Accueil > Actualité > Azawad : les menaces algériennes se dévoilent
Azawad : les menaces algériennes se dévoilent
lundi 20 avril 2015
par Masin
Dans un communiqué daté du 14 avril 2015, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) rend public le fait qu’"une délégation de la Coordination des Mouvements de l’Azawad, conduite par Mr Sidi Brahim Ould Sidatt, Secrétaire Général du MAA, se rend à Alger à l’invitation de l’Algérie, chef de file de la médiation internationale afin d’exposer, de vive voix, aux acteurs de la médiation internationale les raisons qui ne lui permettent pas de parapher le document proposé à sa signature le 1er mars ; ainsi que les réserves pertinentes remises à la mission internationale, le 17 mars 2015 à Kidal.". En effet, les Algériens avaient prévu une cérémonie de paraphe de la CMA le 15 avril à Alger, annoncée dans un courrier, daté du 6 avril, envoyé par le ministre algérien des affaires étrangères, Ramtane Lamamra, aux différentes parties concernées par le conflit entre l’Azawad et le Mali. Les autorités algériennes voulaient ainsi mettre les dirigeants de la CMA devant le fait accompli et les contraindre à signer le document d’Alger. Mais cela ne s’est pas fait sans la complaisance de certains éléments de la CMA [1] qui ont été bien travaillés par les autorités algériennes qui excellent dans la corruption.


manifestatnts à Kidal (mars 2015)


L’annonce de la réunion du 15 avril et le paraphe par la CMA du document d’Alger a suscité une levée de boucliers au sein des différents acteurs des mouvements de l’Azawad qui ont démenti un quelconque paraphe de la part de la CMA. Dans un communiqué en date du 10 avril la CMA confirme qu’elle ne pourra pas parapher "l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali" dans son état actuel et à la date indiquée [15 avril].

La réunion d’Alger qui a débuté le 15 avril n’a rien modifié aux positions de la CMA dont les dirigeants ont martelé l’attachement de la CMA aux revendications principales de l’Azawad exprimés dans les amendements remis à la mission internationale, le 17 mars 2015 à Kidal. Ces amendements constituent un préalable à tout engagement de la CMA.

Face à la détermination de délégation de la CMA, le ministre algérien des affaires étrangères n’a pas caché son mépris à l’égard des représentants de l’Azawad : il a osé les malmener en public, et devant la délégation malienne, lors de la rencontre du 17 avril à Alger. Habitué à la gestion policière des affaires, le représentant de cet Etat aurait eu l’audace de qualifier ceux qui tiennent tête à ses tentatives de corruption de "menteurs" et de "tricheurs". En effet, ayant vu son projet échouer, Ramtane Lamamra n’a su contenir sa colère.

Mais l’attitude policière de l’Etat algérien ne s’est pas arrêtée là, puisque le DRS [2] a confisqué les billets d’avions et les passeports des membres de la délégation de la CMA, les empêchant ainsi de voyager. Le DRS est habitué à ce genre de pratiques. Lors des conflits des années 90, certains responsables touaregs se sont vus séquestrés à Alger pendant plusieurs mois.

Aux dernières nouvelles, le DRS a restitué leurs documents de voyage aux membres de la délégation de la CMA à l’exception du chef de cette délégation qu’ils ont préféré garder à Alger. Il s’agit de Sidi Brahim Ould Sidatt, Secrétaire Général du MAA [3], Les autorités algériennes prétendent que ce dernier a demandé à rester à Alger pour y subir des soins !!! Il semblerait que le nouveau projet des Algériens soit de faire venir à Alger uniquement les secrétaires généraux ou présidents des différents mouvements qui composent la CMA et (sans doute après leur avoir administré des "soins" ?), les envoyer à Bamako où ils seront contraints de signer.
Voilà ce qui se passe et se dit en OFF.

Mais tout cela est perceptible dans le communiqué du ministère des affaires étrangères algérien, en date du 18 avril, dans lequel est souligné "que tous les acteurs, séparément et collectivement, doivent prendre conscience de la responsabilité qui est la leur en la matière et qu’il y va de la stabilité et de la prospérité non seulement du Mali et de la population malienne mais aussi de l’ensemble des Etats et des populations de la région sahélo-saharienne."
Et à Alger d’exhorter fortement les parties de continuer à respecter jusqu’à terme tous les engagements qu’elles ont pris à travers l’accord de cessez-le-feu du 23 mai 2014 et ses modalités de mise en œuvre, la Déclaration de cessation des hostilités du 24 juillet 2014 et la Déclaration des parties au processus d’Alger du 19 février 2015". Et à ceux qui leur résisteront, les Algériens affirment qu’ils ne manqueront pas de "saisir les instances internationales concernées au sujet de toute attitude ou action de nature à mettre en péril le processus de paix en cours." Cette menace vise, bien entendu, les dirigeants de la CMA. Et les instances internationales ont préparé le terrain pour d’éventuelles sanctions – les dernières déclarations de Ban Ki-Moon en sont la preuve [4] – au cas où la CMA camperait sur ses positions (Voir notre article à ce sujet). Mais la CMA, en réalité, est surveillée de près par les populations de l’Azawad hostiles à ce qu’elles qualifient d’"accord de la mort".

Alger est en effet décidée à mettre au pas la CMA, croyant pouvoir reproduire ce qu’elle a su/pu faire par le passé avec des Iyad ag Ghaly et consorts, mais elle ignore que l’opinion de l’Azawad s’est donnée les moyens de ne pas se laisser embarquer par ses dirigeants là où elle ne le souhaite pas. Et là, en l’occurrence, les Azawadiennes et les Azawadiens ont fait savoir clairement qu’ils ne tiennent pas à confier le sort de leur pays à l’Etat algérien. Le document d’Alger n’a-t-il pas été brûlé sur la place publique à Kidal ?

Donc, l’algérien Lamamra peut toujours dire que "C’est une nouvelle page de l’histoire de ce pays (Mali) qui va s’ouvrir et s’écrire à partir du 15 mai prochain" [5] affirmant que toutes les parties seront présentes pour la signature, le dernier mot reviendra aux populations de l’Azawad qui ont su résister et ont su déjouer toutes les tentatives de perversion de leur Révolution.
Elles ont su le montrer jusque-là et ce ne sont pas les menaces algériennes et leurs méthodes de voyous qui viendront à bout de la détermination d’un peuple à accéder à son indépendance, seule garantie à même de lui assurer liberté et dignité.

En attendant, les troupes maliennes se concentrent depuis quelques jours près de Nianfunké et Léré tandis que les groupes terroristes, autour du MUJAO, s’amassent eux au sud de Gao. Il est certain que les Algériens préparent également leurs groupes terroristes, autour d’Aqmi, pour agir à partir du nord de l’Azawad.


La Rédaction .



Les messages des populations de l’Aawad sont on ne peut plus clairs !

Notes

[1Bilal Ag Achérif a adressé une lettre le 4 avril à Ramtane Lamamra pour lui faire savoir la disponibilité de la CMA à parapher le document d’Alger du 1er mars. Cette lettre est une initiative personnelle de Bilal Ag Achérif, sans concertation avec les membres de la direction de la CMA, et encore moins avec la base qui est farouchement hostile à ce qu’elle qualifie de "mascarade d’Alger".

[2DRS : Département du renseignement et de la sécurité.

[3MAA : Mouvement arabe de l’Azawad

[4En effet, Ban Ki-Moon a multiplié les déclarations au sujet de l’Azawad et a été jusqu’à accuser le MNLA de viol et autres exactions. Ses propos ont été rapportés notamment par la presse malienne :

- Le MNLA "est connu pour recruter et utiliser un grand nombre d’enfants" (Ban Ki Moon)

- Ban Ki Moon dénonce les violences sexuelles au nord

[5Déclaration de Ramtane Lamamra à la presse le 19 avril à Alger.

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Azawad : les menaces algériennes se dévoilent 29 avril 2015 00:47, par TASSMI
    AZUl C’était claire depuis le début que le régime Algérien à peur du peuple Touareg puisque le pays Azawad dépasse la pseudo frontière Algérienne confectionnée par la France pour pomper les richesse de l’AZAWAD. Pour cela il joue la carte du réconciliateur qui ne cherche qu’a continuer à dépouillé les Touaregs pour payer les chinois pour un nord qui s’enrichi et un sud qui s’appauvrit. Tanmirt

    repondre message

  • Azawad : les menaces algériennes se dévoilent 29 avril 2015 00:48, par TASSMI
    AZUL C’était claire depuis le début que le régime Algérien à peur du peuple Touareg puisque le pays Azawad dépasse la pseudo frontière Algérienne confectionnée par la France pour pomper les richesse de l’AZAWAD. Pour cela il joue la carte du réconciliateur qui ne cherche qu’a continuer à dépouillé les Touaregs pour payer les chinois pour un nord qui s’enrichi et un sud qui s’appauvrit. Tanmirt

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.