Accueil > Actualité > L’injustice se poursuit à Imider...
Tamazgha occidentale
L'injustice se poursuit à Imider...
la condamnation de trois militants confirmée par un tribunal d’appel...
mercredi 9 juillet 2014
par Masin
C’est un véritable cauchemar que la monarchie marocaine et ses institutions font subir aux militants et populations d’Imider qui se mobilisent depuis août 2011 pour faire entendre leur cause et faire cesser l’injustice qu’ils subissent depuis des années. Ils tiennent notamment à ce que l’exploitation des richesses de leurs propres terres aient des retombées sur la région et ses populations qui exigent que leur soient assurer les moyens d’une vie digne et décente.

Oui, car l’exploitation des mines d’argent d’Imider profite principalement à la famille de Mohamed VI à travers la Société métallurgique d’Imiter (SMI) qui n’est rien qu’une filiale du groupe Managem, lui même appartenant à l’ONA (Omnium Nord Africain) qui, en 2010, s’est fusionné avec la Société nationale d’investissement (SNI) propriété de la famille de Mohamed VI. L’extraction du minerai d’argent à Imider est considérée par les populations, véritables propriétaires de cette richesse, comme une spoliation de leurs terres ce qu’elles contestent. Les habitants de la région sont ainsi maintenus dans la misère. Pire encore ; l’eau exploitée abusivement par la SMI est pompée de la nappe phréatique qui alimente la région en eau potable, mais aussi leur système d’irrigation si nécessaire pour la vie de la région dont l’agriculture représente une activité importante.
C’est cette injustice que les populations ne cessent de dénoncer. Depuis août 2011, elles ont décidé de s’installer sur le mont d’Alebban où elles observent un sit-in et où des rassemblements et des manifestations ont lieu régulièrement.
Les autorités marocaines, habituées à la violence et à la barbarie, ont usé de tous les moyens pour intimider les populations d’Imider et mettre fin à leur mouvement. Ainsi plusieurs militants ont fait l’objet d’arrestations arbitraires. Des opérations d’humiliation et de menaces, menées notamment par la police et la gendarmerie, ont lieu régulièrement.

Le samedi 1er mars 2014, trois militants ont été arrêtés par la gendarmerie marocaine (voir notre article à ce sujet). Il s’agit de Omar Moujane, Brahim Hamdaoui et Abdessamad Madri. Ces deniers se dirigeaient, en compagnie de membres de leurs familles, dans une voiture, vers le mont Alebban. Malmenés, les trois militants ont été mis en prison. Traduits devant le tribunal de Ouarzazate, ils ont été condamnés, le 24 avril 2014, à trois ans de prison ferme chacun. Parmi les chefs d’inculpation, le tribunal a retenu, entre autre, ceci : "constitution d’un groupe criminel, […] rassemblement non autorisé, mise en difficulté de projets de développement dans la région, incitation au boycott de l’école, […] non comparution devant la gendarmerie royale". Ayant fait appel, les trois militants ont comparu devant le tribunal d’appel, à Ouarzazate, le 7 juillet 2014 : ce tribunal d’appel n’a fait que confirmer leur condamnation à une peine de trois ans de prison ferme chacun, laquelle condamnation est assortie d’une amende de 60.000 dh chacun.



Le Mouvement sur la Voie de 96 a dénoncé une juridiction aux ordres qui condamne sur la base de rapports fallacieux, montés de toutes pièces par une police judiciaire aux ordres.
En réalité, ce qui est reproché à ces militants c’est leur combat pour la dignité, un combat contre une mafia qui pille leurs terres. A travers ces condamnations, et d’autres aussi, les autorités marocaines entendent donner un exemple à la population dans l’espoir de la contraindre à renoncer à son combat.

Ce qui se passe Imider aujourd’hui n’est qu’une illustration de l’injustice, de la dépossession et de l’humiliation dont sont victimes les Amazighs en Afrique du nord. Injustice, humiliation, spoliation,... qui sont l’oeuvre d’Etats au service de l’idéologie arabo-musulmane dont le but principal demeure l’éradication de l’Amazighité. Il s’agit là d’un colonialisme, un véritable colonialisme qu devra être combattu.
A travers l’ensemble de l’Afrique du nord aujourd’hui, aujourd’hui Imazighen ont le choix entre deux voies : accepter l’humiliation et renoncer à l’Amazighité ou se battre pour se débarrasser de ces régimes anti-amazighs et aller vers la libération nationale seule à même de rendre aux Imazighen leur dignité et rétablir la justice à travers Tamazgha.

Masin Ferkal.


Lire également :

- Imider : les habitants victimes de l’arbitraire

- Imider : face à la détermination des habitants, l’arbitraire des autorités

- Arrestation arbitraire de trois militants de la cause d’Imider

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • L’injustice se poursuit à Imider... 26 août 2014 20:01, par abdelkader
    ces régimes se sont allier a la france pour faire disparaitre imazighens en general c’est-a-dire les autochtones,dans le but supréme de partager les richesses de ces pays,on doit comprendre les choses et continuer de résister quand-meme,ne pas se diluér dans la nation arabe,peut-etre un jour nous allons éxister.

    repondre message

    • L’injustice se poursuit à Imider... 2 octobre 2014 12:25, par ider
      c’est un combat inutile, la plus part des responsable de la mine Imider sont imazighen ! ceux qui beneficient sont aussi imazighen et ceux aussi qui sont lésés sont imazighen ! Alors arreter qde semer le communautarisme entre marocains de même souches Au Maroc on n’a pas d’arabes et berberes, on a des marocains c’est tout ! car differencier ne sert à rien, nous sommes un melange parfait

      repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.