Accueil > Actualité > Le gouvernement espagnol vise la destruction de la (...)
Le gouvernement espagnol vise la destruction de la Catalogne !
Entretien avec Carles Castellanos, ancien vice-président de l’ANC.
mercredi 25 octobre 2017
par Masin
Le samedi 21 octobre, le président catalan, Carles Puigdemont, qualifie la décision du chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, d’appliquer l’article 155 de la Constitution espagnole qui impliquerait la destitution des autorités catalanes comme la pire attaque contre la Catalogne depuis Franco. En effet, la Catalogne se souvient de l’année 1939, année où elle perd son autonomie suite à l’accès du dictateur Franco au pouvoir en Espagne et qu’il dirige jusqu’à sa mort en 1975.
En effet, le chef du gouvernement espagnol se croit tout permis, il refuse tout dialogue et son vocabulaire se limite à dicter des ordres et somme les Catalans de s’y soumettre. Autrement dit, il entend les humilier.

Pour comprendre un peu plus la situation que traverse la Catalogne, nous avons posé quelques questions à Carles Castellanos, ancien vice-président de l’ANC [1] qui a bien voulu nous répondre.

La Rédaction.



Questions sur l’actualité en Catalogne

Tamazgha : Le chef du gouvernement espagnol vient d’annoncer l’application de l’article 155 de la Constitution espagnole. Il semblerait que l’application de cet article impliquerait la destitution du gouvernement autonome catalan et la prise de contrôle des institutions catalanes par le gouvernement espagnol. Que pensez-vous de cette attitude du gouvernement espagnol ?

Carles Castellanos : C’est une attribution abusive que s’octroie le gouvernement espagnol lequel vient de publier tout un ensemble de mesures visant la destitution du gouvernement autonome catalan et la prise de contrôle, par le gouvernement de l’état espagnol, des institutions catalanes. Des mesures qui seraient approuvées par le Sénat espagnol (le 27 octobre prochain), une chambre où le PP [2] est majoritaire. Il s’agit d’une interprétation vraiment excessive de cet article qui formule l’exercice d’une pression vis-à-vis d’un gouvernement autonomique quelconque censé avoir dépassé ses limites, mais qui ne prévoit pas des mesures aussi drastiques comme celles qui sont à présent proposées. A titre d’exemple, l’intervention dans des organes élus par le peuple catalan. De la part du PP, il s’agit d’une véritable boutade puisqu’avec 8 % des voix en Catalogne il veut faire passer ses dispositions en sachant qu’elles sont rejetées par 80 % des Catalans.

On pense, à juste titre, que le gouvernement espagnol est devenu fou et ne pense qu’à soumettre manu militari le peuple de Catalogne afin de tenter d’éviter l’indépendance. En même temps il se croit investi de pouvoirs lui permettant d’entreprendre une politique de destruction de la Catalogne (fermeture de la TV catalane, etc.), un objectif destructif visé par l’Espagne franquiste qui gouverne actuellement.

Que va-t-il se passer exactement, après cette décision, et quelle marge de manœuvre ont les Catalans pour empêcher le contrôle de leurs institutions par l’Etat espagnol ?

D’un point de vue général c’est surtout un acte de propagande du gouvernement espagnol afin d’affirmer sa domination et aussi faire peur au peuple Catalan, mais qui a une viabilité très restreinte parce que le gouvernement espagnol n’est pas en état d’appliquer toutes ces mesures qui sont matériellement impraticables. La seule réponse des Catalans, comme nous l’avions déjà soutenu, sera la proclamation effective de l’Indépendance. Et toutes ces grandes propositions deviendront nulles et non avenues. Il va y avoir une certaine confrontation, mais c’est une situation à laquelle on s’y attendait.

Comment expliquer l’indifférence de l’Union européenne au problème catalan et son soutien inconditionnel à l’Etat espagnol ?

L’Union européenne est une structure bureaucratique qui ne pense qu’à gérer les affaires des grandes entreprises et qui n’est point représentative des populations. De ce fait, l’Union européenne est en train de se faire rejeter par une majorité de Catalans. Je pense qu’ils ont fait un piètre calcul en s’alliant à un État espagnol qui est en faillite.

Dans ce contexte, le parlement catalan pourrait-il envisager de déclarer l’indépendance de manière unilatérale ?

Oui, dans ce contexte le parlement prendra la décision la plus cohérente : la déclaration de l’Indépendance. Et il trouvera, sans doute, un appui inconditionnel de milliers de représentants de toute sorte (municipaux et autres) qui ont déjà commencé à manifester leur rejet à ces prétentions du gouvernement espagnol.


Propos recueillis par,
Masin Ferkal.


Lire également :

- Catalogne : l’inéluctable indépendance !

Notes

[1ANC : Assemblea Nacional Catalana (Assemblée nationale catalane) est une organisation populaire, unitaire, plurielle et démocratique qui a pour but l’indépendance politique de la Catalogne sous la forme d’un État de droit, démocratique et social. L’ANC est née en 2012 suite à une Assemblée constituante qui s’est tenue au Palais Sant Jordi de Barcelone le 10 mars 2012. Une feuille de route vers l’indépendance a été alors adoptée à cette occasion.

[2PP : Parti populaire. C’est un parti politique libéral-conservateur espagnol. Il est fondé en 1989 par Manuel Fraga, ancien ministre franquiste et chef de la droite conservatrice depuis le retour à la démocratie, en 1977.

Articles dans la rubrique :

Actualité
10/11/17
0
A l’initiative du Collectif de solidarité avec le peuple catalan, une réunion publique s’est tenue (...)

Lire l'article

09/11/17
0
Face à la complicité des Etats de l’Union européenne dans le projet de répression espagnole en (...)

Lire l'article

03/11/17
0
Di tegnitt-agi anida Kaṭalunya tettnaɣ ɣef tlelli-ynes mgal adabu n Ṣbenyul ixsen ad tt-irkeḍ yerna (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.