Accueil > Actualité > Nina Oualet Intallou : la voix de la liberté.
Nina Oualet Intallou : la voix de la liberté.
Entretien.
vendredi 4 janvier 2013
par Masin
Nina Oualet Intallou, âgée de 49 ans, fait partie des membres fondateurs du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) dont elle est membre du Bureau exécutif. Les femmes touarègues peuvent en être fières dans la mesure où elles sont dignement représentées par des femmes comme Nina qui est jalouse de sa liberté et celle de son peuple mettant toute son énergie pour que l’humiliation et la domination cessent dans ce pays qui a tant souffert.


En avril 2012, dans un article paru dans Le Monde, Isabelle Mandraud sous-titrait "Nina Wallet Intalou, la pasionaria indépendantiste des Touaregs [...]". En effet, la journaliste avait rencontré la militante touarègue dans sa maison à Nouakchott où elle l’avait entretenue sur la situation dans l’Azawad et notamment sur les ambitions du MNLA. C’est alors que Nina affirmait :"Nous voulons notre indépendance, ou une fédération avec un référendum dans cinq ou dix ans, pas l’autonomie. Ce serait revenir en arrière, et nous sommes fatigués". Et au sujet des terroristes islamistes, à l’époque déjà elle disait que "AQMI est en train d’occuper notre territoire, même les hommes ne peuvent plus fumer". Et poursuit en affirmant que ces obscurantistes "combattent notre culture et donc notre identité [...] Ils veulent nous effacer, avec la complicité de l’Algérie". Et à propos d’Ansar-Dine elle n’avait pas mâché ses mots en disant : "On ne pourra jamais pardonner à Ag Ghali, il nous a fait trop de mal".

Huit mois après, Nina est toujours sur les mêmes positions et elle est plus que jamais déterminée dans son combat, au sein du MNLA, pour mettre fin à un demi-siècle d’humiliation et de domination d’un colonialisme dont l’objectif reste l’éradication des valeurs et identité touarègues, même si elle reconnaît que sans le soutien de la communauté internationale la tâche du MNLA sera difficile, très difficile.
Nina Wallet Intalou nous a accordé cet entretien dans lequel elle est revenue sur la situation critique que traverse l’Azawad.

M. F.

Nina Wallet Intalou à son domicile à Nouakchott le 16 avril 2012 (photo : Laurent Prieur)



Tamazgha.fr : Une information fait état de négociations et de signature d’accords entre le MNLA et Ansar-Dine à Alger le 21 décembre. Ils auraient convenu d’aller vers des négociations avec le Mali. Qu’en est-il exactement ?

Nina Wallet Intalou : Je tiens d’abord à préciser qu’il n’y a pas eu de négociations à Alger mais une signature d’un accord de partenariat avec Ansar-Dine. Il faut juste rappeler qu’après la réunion de Gharouss le MNLA avait mis en place une commission de cinq personnes chargée d’étudier la possibilité d’un rapprochement entre les Touaregs avec une commission d’Ansar-Dine composée de cinq personnes. Le but est de convaincre ces derniers à renoncer à la Chariâa et à rompre leurs liens avec Aqmi. Donc, c’est dans ce cadre que l’Algérie a invité le MNLA pour voir si les conditions exigées par le MNLA étaient réunies.
Quant aux négociations, le Mali n’est pas encore venu aux négociations. Il y a eu juste des contacts préliminaires qui ont été pris au Burkina-Faso. De ce fait, ceux qui ont été à Alger n’ont pas été pour des négociations.
D’autre part, l’Algérie n’est pas le pays médiateur pour nous dans les éventuelles négociations qui auront lieu avec le Mali. Si l’Algérie demeure incontournable dans ce conflit, les médiateurs ce sont les membres de la communauté internationale, la Suisse qui nous a accompagnés depuis le début du conflit, la CEDAO, l’Union africaine, la Mauritanie et l’Algérie. L’Algérie est donc un membre parmi d’autres..


Lorsqu’on sait que les membres d’Ansar-Dine ont été responsables d’actes criminels graves comme les lapidations, les amputations sur plusieurs personnes dans l’Azawad, de destructions de vestiges et que ce mouvement s’est attaqué aux combattants du MNLA faisant même des morts, quel crédit accorder à un tel mouvement, et peut-on lui faire confiance ?

En tous cas, pour le moment, on ne peut pas leur accorder un quelconque crédit. Déjà eux-mêmes se contredisent entre eux. Il est vrai qu’il y a des pressions pour que les Touaregs s’entendent entre eux, et une partie de ces Touaregs font partie d’Ansar-Dine et on ne sait pas justement quel est le rôle joué par les signataires de l’accord de partenariat et quel est leur degré d’influence au sein d’Ansar-Dine. On ne comprend pas si ces gens-là se sont désolidarisés d’Ansar-Dine, est-ce qu’il s’agit d’une scission, est-ce qu’ils veulent simplement rejoindre le MNLA et son projet. Ce sont autant de questions que l’on se pose à leur sujet, mais faudrait-il qu’ils s’en expliquent.
Pour le moment, une chose est sûre : leur position est ambiguë et on ne les a pas entendus se désolidariser d’Ansar-Dine qui est encore entrain de commettre des crimes dans l’Azawad.


Comment expliquer que ce mouvement qui est né tout récemment et en quelques mois, devient un mouvement avec d’importants moyens humains et matériels, un mouvement à qui les médias donnent la parole et à qui certains États déroulent "le tapis rouge", etc. D’où lui viennent tous ces moyens à votre avis ?

Ces moyens ne lui viennent pas du ciel. Il y a forcément un État qui les soutiennent et qui leur assure toute cette logistique. Et je pense que maintenant on sait quel est cet État ou ces États qui aident Ansar-Dine et tous ces terroristes présents dans l’Azawad. Ce n’est un secret pour personne !


Quel l’intérêt pour des États à aider et assister Ansar-Dine et tous les autres groupes terroristes comme le MUJAO et Aqmi, alors que tout est fait pour isoler, discréditer et asphyxier le MNLA ?

Le but étant d’asphyxier le MNLA et éradiquer la tradition et la culture touarègues. Ils cherchent à isoler le MNLA qui est aujourd’hui le seul représentant légitime de l’Azawad qui a un projet clair et précis pour l’Azawad et qui aspire à l’auto-détermination de son peuple pour vivre dans la dignité sur son territoire.


En parlant des objectifs du MNLA, et comme son nom l’indique, et tel que soutenu par le mouvement dès sa création notamment depuis le déclenchement des hostilités avec l’État malien, il œuvre pour la libération de l’Azawad et pour l’instauration d’un État Azawad moderne, démocratique et laïc. Est-ce que cet objectif est toujours d’actualité ou y a-t-il une évolution ou rétractation quant au projet initial de la part du MNLA ?

Notre objectif reste toujours le même. Comment y arriver, on verra cela lorsqu’on ira aux négociations. Sinon, encore une fois, notre objectif reste l’autodétermination de l’Azawad. Et comme nous l’avions dit dès le départ, nous tenons à la démocratie et à la laïcité, et en aucun cas nous ne sommes prêts à négocier ces points.


En juin 2012, le MUJAO et d’autres islamistes se sont attaqués au siège du MNLA à Gao, ce qui l’a contraint à abandonner ses positions dans la ville. Comment expliquer que quelques groupes islamistes ont pu chasser le MNLA qui a, tout de même, chassé l’armée du Mali dans l’ensemble du territoire de l’Azawad ?

Le MNLA n’a pas reculé face à quelques groupes islamistes. Vous savez, nous sommes entrain de nous battre contre des États entiers qui sont derrière ces groupes justement.
Et à l’époque, à Gao, ce n’était pas seulement le MUJAO, mais c’était le MUJAO, Aqmi et Ansar-Dine tous réunis qui s’étaient attaqués aux positions du MNLA.
Le MUJAO était soutenu par le Mali, Aqmi qui était là depuis une quinzaine d’années est bien préparé et bien soutenu également. D’autres États autre que le Mali sont là aussi pour soutenir tous ces groupes.
C’est donc à tout ce beau monde que le MNLA devait faire face et contre qui il se bat toujours sans aucun soutien et avec des moyens dérisoires.
De plus, ce qui s’est passé à Gao était un piège tendu au MNLA pour l’impliquer dans un carnage de populations civiles. En effet, tout a été fait pour qu’il y ait des combats à l’intérieur même de la ville de Gao ce qui aurait conduit à des massacres de civils et cela aurait été l’occasion de rendre le MNLA responsable de tels massacres et justifier toute condamnation et attaque de la communauté internationale contre nous. Et ce qui s’était passé à Gao n’est nullement une défaite, bien au contraire. Je pense que nous en sommes sortis honorablement justement pour éviter le piège tendu et épargner la vie des populations civiles pour lesquelles nous nous battons afin qu’ils accèdent à leur liberté et leur dignité.


Lors des différents affrontements qui ont lieu notamment entre les combattants du MNLA et l’armée malienne ou encre les groupes islamistes notamment lors de l’attaque de Gao par ces derniers, il y a eu des blessés dans les rangs du MNLA. Il semblerait que les autorités algériennes n’avaient pas accueilli ces blessés !?

Nos combattants ont eu toutes les difficultés au niveau des frontières algériennes. Lorsque notamment il y a eu l’attaque de Gao, nous avons eu des blessés très graves que les Algériens avaient refusé de soigner sur leur sol, ce qui est d’ailleurs une violation de la Convention de Genève dont l’Algérie est pourtant signataire. L’Algérie avait donc catégoriquement refusé à nos blessés de se faire soigner sur son territoire.


Pourtant des blessés appartenant à d’autres groupes se sont fait soigner sur le territoire algérien….

En tous cas, des blessés d’Ansar-Dine ont été bien accueillis en Algérie et ils ont été soignés dans des hôpitaux algériens.


Finalement, on peut dire que le MNLA et l’Azawad n’ont que des ennemis, et il y a comme une alliance internationale qui s’active à en finir avec le MNLA (l’exploser ou le dévier de son projet initial). Et dans ces conditions, est-ce que le MNLA n’aurait pas besoin d’une solidarité plus large et plus active des Imazighen à travers le monde et surtout en Afrique du Nord ?

Bien entendu que nous avons besoin du soutien des Imazighen partout où ils sont, que ce soit en Afrique du Nord, en Europe ou en Amérique et ailleurs. Nous les remercions déjà pour le soutien qu’ils nous ont apporté depuis le début. Et nous comptons donc beaucoup sur Imazighen là où ils sont pour nous aider dans notre lutte comme nous attendons aussi une prise de conscience de la communauté internationale dont le soutien nous est nécessaire. Nous avons donc plus que jamais besoin du soutien du peuple amazigh.



Concrètement, qu’est-ce-que Imazighen peuvent faire pour exprimer leur solidarité avec le MNLA et l’Azawad ?


En participant à la sensibilisation sur la réalité de l’Azawad, en lançant un appel à la Communauté internationale, à l’organisation des aides au niveau des camps des réfugiés aussi bien que sur le territoire de l’Azawad en mettant une pression sur les pays qui aident les organisations terroristes.
 
Nous attendons également de nos frères Amazighs de ne pas se faire avoir par toute la propagande qui vise à créer la confusion entre le MNLA et les groupes islamistes, et nous aider à faire comprendre à l’opinion internationale et à tous ceux qui mènent la campagne pour Ansar-Dine que ce groupe n’est qu’une branche d’Aqmi.


A Tamazgha, nous avons essayé depuis janvier 2012 d’accompagner le MNLA dans son combat avec les modestes moyens dont notre organisation dispose. Comment le MNLA et les populations de l’Azawad ont perçu cette contribution de Tamazgha ? Et trouvez-vous que le travail de Tamazgha est utile pour votre combat ?

Oui, le travail que Tamazgha fait en faveur de l’Azawad est très important et très utile. Grâce à Tamazgha, il y a eu, je pense, une grande sensibilisation qui a contribué à internationaliser le problème. On ne peut que remercier Tamazgha aussi pour toutes les interviews réalisées et diffusées sur son site avec des membres du MNLA et des personnalités de l’Azawad (Mossa ag Attahar, Moussa ag Assarid, Hama ag Mahmoud, Zakiatou Ouallet Halatine). Ces interviews ont joué un rôle important dans l’explication du combat du MNLA, de son projet et de ses valeurs ainsi que la réalité de la situation dans l’Azawad. Nous avons suivi tout cela de près et nous tenons à saluer l’engagement de Tamazgha à nos côtés. Et nous attendons d’elle qu’elle poursuive ce travail qui nous est, encore une fois, très utile. Et je tiens à dire combien nous sommes fiers de Tamazgha.


Un mot pour finir…

Encore une fois, tous nos remerciements à Tamazgha et à tous les Imazighen qui sont à nos côtés. Nous lançons un appel pressant à la Communauté internationale et à tous les États impliqués de près ou de loin dans ce conflit dans l’Azawad afin d’agir sans délai. Il y a là un sérieux problème et s’il n’est pas résolu rapidement, cela donnera lieu à un désastre pour les populations.
Aujourd’hui, plusieurs dizaines de milliers de personnes sont dans une situation humanitaire catastrophique, manquant jusqu’aux besoins les plus élémentaires et elles ont besoin d’une aide urgente.

Propos recueillis par
Masin Ferkal.

Paris/Nouakchott, le 28 décembre 2012.



SOLIDARITE AVEC L’AZAWAD

Solidarité avec les Touaregs de l’Azawad...

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Nina wallet Intalou : la voix de la liberté. 4 janvier 2013 19:05, par boycott
    le combat du mnla n’est pas seulement delui des azawasis,mais celui de tous les peuples opprimés et spoliés de l’afrique du nord.comme l’a si bien chanté matoub,je suis le patriote de toutes les patries opprimés. soyons donc a la hauteur de ce coùmbat noble et digne,qui nous concerne tous ! vive le mnla vive le peuple de l’azawad vive la laicité la libérté vive la démocratie.

    repondre message

    • pauvres berberes. 13 janvier 2013 10:29
      une nouvelle fois l’espoir de voir un etat independant amazigh s’esr envolé a cause de ces abrutis d’islamistes.l’azawad etait sur le bon chemin de l independance,mais ces terroristes d’aqmi ont tout detruit.AINSI VIVRONT LES Berberes domines opprimes tant qu il ne seront pas solidaires entre eux.

      repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.