Accueil > Annonces top site 2 > Azawad > Hama ag Mahmoud dénonce l’ambigüité de la CEDEAO
Hama ag Mahmoud dénonce l'ambigüité de la CEDEAO
samedi 11 août 2012
par Tamilla
Pendant que certaines puissances, et à leur tête la France, font mine de se préoccuper de la situation régnant dans l’Azawad, un de leurs "prolongements" en Afrique, nommé la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), se préoccupe, lui, de participer au jeu trouble qui se trame contre les Touaregs depuis plusieurs mois. Même si en réalité le plan visant l’éradication des Touaregs remonte à loin : au moins à la création des Etats contemporains par la France coloniale.


En effet, Djibril Bassolé, médiateur de la CEDEAO pour la crise née du conflit entre l’Azawad et le Mali, s’est rendu dans l’Azawad le mercredi 8 août 2012. Il a mêlé, dans la foulée de cette visite éclaire, une rencontre avec le personnel de l’hôpital de Gao et une rencontre avec le chef d’Ansar-Dine, Iyad ag Ghali, à Kidal. Ce dernier lui a, dit-on, promis une déclaration de soutien à la médiation.

Un drôle de hasard, d’ailleurs, fait que depuis la prise des grandes villes de l’Azawad par les islamistes, les représentants d’Etats et les médias se rendent dans l’Azawad sans difficulté aucune, et la question de sécurité n’est pas, n’es plus, évoquée. C’est à croire qu’ils ont des garanties ! Et les champions de ce cirque restent tout de même les Algériens qui se baladent en toute liberté dans l’Azawad prétextant le transport d’aide humanitaire par l’intermédiaire du Croissant rouge algérien (CRA) pour livrer des armes aux islamistes et charger des officiers d’assurer l’entrainement et la formation des combattants notamment d’Ansar-Dine.

On peut dire que la mascarade continue. En quelques mois à peine, le groupe d’obscurantistes a multiplié des actes de barbarie sur les populations vivant dans l’Azawad, mêlant ainsi intimidation du MNLA et terreur de la population sur place et buzz médiatique au niveau international. Il n’en fallait pas plus à ce groupe à l’idéologie et aux pratiques d’un autre âge pour devenir fréquentable et même interlocuteur "privilégié" de la CEDEAO… Et comme le dit Hamma Ag Mahmoud, dans une communication en date du 9 août, publiée sur Toumstpress.com, "Cette offensive n’aurait-elle pas, en définitive, pour seul but que de rendre fréquentables, aux yeux de la communauté internationale, ces groupes islamo-narco-terroristes ?"

Il faut dire que ces derniers temps, l’impression grandit qu’il est bien plus dérangeant de voir naître un Etat amazigh, où qu’il soit sur le vaste territoire historique des Amazighs, que d’avoir comme partenaires des islamo-narco-terroristes. Les Touaregs sont pourtant déterminés dans leur lutte et tous les Amazighs les soutiendront pour y parvenir.

La Rédaction .



Hamma ag Mahmoud



La médiation de la CEDEAO : une posture ambiguë et troublante

La plupart des observateurs de la sous-Région savaient déjà - c’est un secret de polichinelle - que des pays du champ entretiennent des relations troubles avec les groupes terroristes et mafieux qui sévissent dans l’Azawad depuis des années.

Les rôles sous-traités par ces groupes terroristes et mafieux sont de divers ordres. La redistribution des rançons ; le prélèvement et l’affectation des redevances sur le trafic de la drogue, des armes, des migrations ; la dissuasion des investisseurs et touristes en brandissant la menace de prises d’otages et autres sabotages sur les sites, représentent de substantielles rentes dont ne profitent pas seulement que les narco terroristes.

Le Mali et certains de ses voisins, dont les accointances sont avérées avec tous ces criminels, s’activent à Gao, Tombouctou et Kidal depuis le déclenchement des hostilités par le MNLA suite aux répétitives provocations de l’Etat malien.

A présent, apparaissent, au grand jour, les grandes manœuvres de certains Etats, empêtrés dans leurs relations troubles avec les groupes islamo-narco-terroristes, pour sauvegarder et perpétuer leurs intérêts dans l’Azawad.

La démarche actuelle consistant à prendre langue avec tous les "groupes armés", sous couvert d’un dialogue inclusif, est une tentative de "réhabiliter" Ansar-Dine, dont tout le monde sait les accointances et l’engagement indéfectible avec AQMI, afin de permettre à cette organisation d’adouber les deux autres que l’on ne peut directement associer.

Faudra-t-il rappeler qu’aucun de ces groupes, qui sont de plus en plus fréquentables pour la médiation, n’a jamais déclaré la guerre au Mali, encore moins posé clairement des revendications. Ils sont tous venus porter secours au Mali, en faisant subitement irruption dans l’Azawad, dans le sillage des offensives du MNLA contre les forces armées maliennes, avec le seul but de mettre en échec la lutte d’indépendance du peuple de l’Azawad. Ces groupes obscurantistes exécutent des plans de mentors malintentionnés et se positionnent comme des alliés en service commandé pour le Mali.

Les initiatives de la médiation de la CEDEAO depuis quelques mois, et particulièrement la démarche spécifique du mardi 7 août 2012 (déplacement du ministre burkinabé des affaires et étrangères à Gao et Kidal), est troublante, ambiguë et suscite de nombreuses interrogations.

La médiation est-elle plutôt en train de blanchir des groupes islamo-narco-terroristes, pour perpétuer des pratiques mafieuses et terroristes, comme à l’époque du régime ATT (Amadou Toumani Touré), pour le grand bonheur de certains Etats du champ. Des Etats qui fournissent à des terroristes autant d’appuis au grand jour, à Gao, Kidal et Tombouctou.

Qu’y a-t-il à recevoir, discuter et négocier avec des islamo-narco-terroristes détenant des otages, lapidant, flagellant, amputant des citoyens et détruisant les monuments millénaires d’une civilisation autochtone ?

Cette offensive n’aurait-elle pas, en définitive, pour seul but que de rendre fréquentables, aux yeux de la communauté internationale, ces groupes islamo-narco-terroristes ?

Il n’est pas normal que ces mêmes pays, reçoivent, discutent et négocient (quoi ?) avec ces terroristes, dans le seul but de les rendre fréquentables aux yeux de la communauté internationale.

Il est immoral et choquant dans le drame qui se joue au Sahel de constater que pour l’instant les seules sympathies et empathies exprimées, mais aussi soutiens logistiques, ne vont qu’aux groupes terroristes !!!

Décidément, la défense des droits de l’homme, la quête de la démocratie, de l’Etat de droit, de la laïcité, n’ont pas cours dans l’environnement de l’Azawad.

L’engagement pris par le MNLA de bouter hors de l’Azawad le terrorisme et les mafias, s’est donc retourné contre lui.

La communauté internationale devra faire preuve de vigilance et sortir de sa torpeur afin de prévenir le génocide qui se profile à l’horizon contre le peuple de l’Azawad.


Nouakchott, le 9 août 2012.


Hamma Ag Mahmoud ,
Membre du Conseil Transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTEA),
Chargé des relations extérieures et de la coopération internationale.

Articles dans la rubrique :

Azawad
13/07/15
1
Un jeune touareg de l’Azawad ainsi que deux Amazighs de Meknès ont été arrêtés par la police de la (...)

Lire l'article

19/06/15
1
Les milices gouvernementales maliennes installées à Ménaka depuis le 27 mai ne cessent de (...)

Lire l'article

13/06/15
0
L’Observatoire amazigh des droits et libertés (OADL), basé à Rabat (Tamazgha occidentale), dénonce (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.