Accueil > Actualité > Biya : un militant rifain assassiné
Biya : un militant rifain assassiné
mercredi 9 août 2017
par Masin
Les autorités marocaines – véritables autorités néocoloniales – ont annoncé mardi 8 août la mort de Imad Laatabi, un manifestant rifain blessé grièvement à Biya (El Houceima) lors de la manifestation du 20 juillet. Au lieu de répondre aux revendications des citoyens, les autorités ont choisi de creuser davantage le fossé qui les sépare du Rif. Les circonstances exactes de l’assassinat restent inconnues. Les autorités marocaines font le dos rond et gardent le silence.


A Biya, on achève bien les manifestants rifains. Ceux qui ont échappé aux arrestations arbitraires sont matraqués, blessés, traqués et il arrive même qu’ils soient tués... C’est ce qui est arrivé au jeune Imad Laatabi. Mardi, 8 août, le procureur général près la Cour d’appel de Biya a annoncé, dans un communiqué, le décès à l’hôpital militaire de Rabat de Imad Laatabi, un manifestant touché au visage le 20 juillet dernier par une bombe lacrymogène lancée dans sa direction par les forces de la répression de la monarchie marocaine.

  Cette manifestation avait été violemment réprimée. Plusieurs dizaines de protestataires ont été blessés par les cartouches lacrymogènes, de fabrication française, utilisées lors de différentes interventions musclées à Biya par les différents corps de police et de l’armée. Pourtant, les manifestations étaient pacifiques. Les protestataires avaient formé des chaînes humaines pour protéger les biens privés et publics contre toute tentative de saccage, mais les forces de répression ont préféré priver les habitants de leur droit de manifester en les attaquent violemment. Depuis le 20 juillet, Imad Laatabi, transféré à Rabat contre l’avis des médecins, a été plongé dans le coma artificiel. Les autorités marocaines n’ont cessé de mentir sur son état de santé. La famille de la victime est restée dans l’ignorance quant à l’état de santé de Imad et n’avait pas été autorisée à lui rendre visite.

  Il semblerait que le jeune manifestant est décédé depuis son transfert à Rabat et que les autorités marocaines avaient attendu le moment « adéquat » pour annoncer son décès afin d’éviter d’aggraver la situation dans le Rif qui refuse toujours de plier à la monarchie. L’événement qui a pu retarder cette annonce est le discours fade et sans intérêt, adressé samedi 29 juillet à « son fidèle peuple », du monarque marocain.

  Imad a été assassiné. Ses assassins sont libres. Certains sont à Rabat, d’autres écument tout le Rif, matraquent, arrêtent, exilent et assassinent dans l’impunité totale. Le procureur général près la Cour d’appel de Biya a promis dans son communiqué que les responsables de ce crime seront punis. Mais l’on sait que le mensonge, la répression et le mépris sont monnaie courante au pays de Mohammed VI qui en fait des principes de sa politique d’Etat. Aucun intérêt n’est accordé aux vies humaines. A ce propos, les droits et les libertés promises par la constitution de 2011 ne sont-elles pas qu’une chimère, un mirage, un trompe-l’œil ?

Il n’y a rien à attendre de Rabat, si ce n’est la répression, le mépris et la mort. Il suffit de jeter un regard sur l’histoire contemporaine du Rif pour comprendre que ce pays a toujours souffert de la répression de la monarchie marocaine qui a provoqué des milliers de morts.

  Face à cette situation, il appartient aux Rifains, s’ils désirent se libérer du joug de la monarchie marocaine et de reconquérir leur dignité, de saisir la situation actuelle et de penser à d’autres méthodes de lutte qui leur permettront de mettre fin à cette politique néocoloniale de la monarchie marocaine.


A. Azergui .

Articles dans la rubrique :

Actualité
18/10/17
0
L’Institut Berbère, à Marseille, donne la parole à Hawad, poète, écrivain et artiste touareg, les 20 (...)

Lire l'article

14/10/17
2
Même en France l’Etat algérien agit en vue de récupération de la mémoire Lounès, dans le seul but de (...)

Lire l'article

03/10/17
0
N’en déplaise aux ennemis des libertés et à tous les hypocrites européens qui prétendent défendre (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.