Accueil > Actualité > La terreur de Kadhafi s’abat sur le pays amazigh
La terreur de Kadhafi s'abat sur le pays amazigh
vendredi 15 avril 2011
par Masin

Cela fera maintenant bientôt deux mois que les forces de Kadhafi tentent de contrôler la région amazighe d’Adrar n Infusen. La ville de Zwara étant occupée et soumise à la terreur suite à l’offensive meurtrière des troupes : coupée du monde, privée de tout, ses habitants subissent passages à tabac, torture, viols et diverses humiliations.

Quelques jours avant l’adoption, par le Conseil de sécurité, de la résolution 1973 qui a permis à la coalition d’intervenir militairement en Libye, l’aviation de Kadhafi effectuait déjà des bombardements sur des villes amazighes de l’ouest comme Zentan, Yefren, Kabaw, Gheryan, Tekla, Jadu ou encore Qalâa.

La faiblesse des équipements de défense des habitants de cette région - équipements qui se résument en des armes légères comme des kalachnikovs - face à l’arsenal de guerre des troupes de Kadhafi a rendu possible la pénétration de certaines villes comme Zentan et Qalâa après que les chars du barbare ont détruit un partie de la ville.

Les troupes de Kadhafi ont semé partout sur leur passage terreur et violence. Plusieurs jeunes ont été arrêtés et torturés. Plusieurs d’entre eux ont été conduits, semble-t-il, à Tripoli. Les mercenaires ont procédé à la violation de domiciles et au saccages des biens des populations. Ils ont commis des viols sexuels sur des jeunes filles dont plusieurs ont été enlevées.

Les combattants ont fini par repousser les hordes de Kadhafi et ont pu récupérer des armes et du matériel abandonnées par les unités du régime. Les troupes sont ainsi repoussées aussi bien de Zentan, de Qalâa que de Yefren. Les troupes ont été renforcées par d’autres bataillons venus de Tripoli et de ses environs et continuent à pilonner au mortier. Des combats ont lieu quotidiennement et les villes sont coupées de tout. Elles sont privées d’électricité et plusieurs puits sont pollués à l’huile d’automobile et au mazoute pour priver les habitants d’eau.

Cette situation a contraint les combattants à faire en sorte de protéger les femmes, enfants et vieilles personnes en les conduisant à Nalut, une ville qui se trouve à l’extrême ouest du pays amazigh, proche de la frontière tunisienne, avant de rejoindre les camps de réfugiés en territoire tunisien. Le 12 avril, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) des Nations Unies parle de plusieurs centaines de Berbères arrivés aux frontières tunisiennes. Depuis, plusieurs autres centaines les ont rejoints. Toute la région amazighe à l’ouest est pratiquement vidée de ses habitants. Ne sont restés que les combattants qui défendent leur terre face aux forces kadhafistes.

L’un des derniers bastions qui est la ville de Nalut est, depuis quelques jours, devenue la cible des troupes de la mort. Les habitants envisagent d’évacuer les femmes, enfants et vieilles personnes vu que le régime de Kadhafi entend renforcer ses troupes. Des unités supplémentaires se dirigent vers Nalut.

Il est à déplorer que les populations amazighes qui se battent depuis près de deux mois sont livrées à elles-mêmes. Les frappes de la coalition et de l’OTAN se sont faites très rares laissant ainsi les troupes de Kadhafi pilonner et bombarder sans qu’elles soient inquiétées. Pourtant, plusieurs positions militaires dans la région méritent d’être frappées. Et ce ne sont pas les appels de la population qui ont manqué.
Les témoignages des filles, des femmes, des vieilles personnes et des quelques hommes qui les ont ont accompagnées dans les camps de réfugiés en Tunisie montrent la barbarie des troupes de Kadhafi et leur acharnement sur les populations amazighes.

Su place, les combattants qui sont restés défendre leur Terre se battent avec courage et détermination et ne sont pas prêts à laisser les troupes de Kadhafi occuper leur pays. Depuis quelques jours, ils ont changé de stratégie. Equipés de nouveaux matériels militaires, récupérés lors des combats qu’ils les ont conduits à chasser les troupes de Kadhafi de leurs villes, maintenant ils n’attendent pas que les forces kadhafistes attaquent pour se défendre, mais ce sont eux qui attaquent les positions ennemies pour les repousser au plus loin. Ces attaques ont fait nombre de victimes au sein des forces d’occupation et du nouveau matériel militaire récupéré. Et parmi les hommes des troupes kahafistes caapturés par les combattants et faits prisonniers, plusieurs sont des mercenaires. Ainsi à yefren, par exemple, les combattants ont capturé dix mecenaires dont six sont originaires d’Afrique noire et quatre de nationalité algérienne.

Plus que jamais Imazighen de l’ouest de la Libye ont besoin de soutien. Un soutien d’abord moral, notamment pour les combattants qui résistent aux attaques acharnées du criminel de Tripoli. Un soutien également matériel : les combattants ont besoin d’armes et ont besoin de de frappes de l’OTAN sur les positions militaires de Kadhafi afin de neutraliser ses chars. Enfin, les familles réfugiées en Tunisie aussi ont besoin de soutien et de prise en charge. Le temps est à la solidarité, et une mobilisation en faveur des Imazighen de Libye est plus que jamais nécessaire.


Masin FERKAL.

Lire également :

- Kadhafi tente de corrompre les Berbères de Libye

- Kadhafi menacerait d’exterminer les Berbères...

- Les troupes de Kadhafi attaquent la ville amazighe Zentan

- Zwara, une ville amazighe sérieusement menacée !

- Exode massif de Berbères libyens vers la Tunisie...



Fil de l’actualité sur Tamazgha.fr
Suivre l’actualité en Libye







Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • La terreur de Kadhafi s’abat sur le pays amazigh 16 avril 2011 14:19, par La Mécréante !

    Franchement, il n’y a plus aucune solution (militaire ou diplomatique) à l’enfer libyen.

    froidement et radicalement : il faut exploser kadafi et sa clique sans état d’âme ou tout arrêter pour que cessent les tueries.

    si les États (les uns plus hypocrites que les autres) ne peuvent pas le faire ouvertement, les services secrets sont faits pour ça !

    Mais au train où vont les choses, les mercenaires et milices venus d’ailleurs finiront par exterminer l’entier peuple libyen et s’installeront à sa place.

    l’idéologie islamiste du CNT de Benghazi y est pour beaucoup dans ce fiasco. Cette graine de talibans ne voulait pas "de soldats mécréants sur son sol".

    des avions mécréants, oui. mais pas de rangers dans ses sables...

    leur allah devait y pourvoir. Ben attendons Godot !