Accueil > Actualité > Le groupe Fowé, un air de famille
Portrait
Le groupe Fowé, un air de famille
mercredi 28 août 2013
par Masin

La discographie amazighe du Sud-est [1] s’enrichit d’un nouvel album qui, aspirant à moderniser le patrimoine musical local, inscrit la chanson dite contestataire dans la durée. Connu pour son talent exceptionnel de soliste, Fowé qui a eu à donner un sacré coup de main à divers groupes musicaux dont on ne cite que deux, Saghru Band et Imenza n Tlelli, sort son premier album intitulé sobrement "Akez awal !" (Saisis la parole !). Il comprend sept titres :
Akez awal (Saisis la parole), Yuda (ça suffit !), Tawada (La marche), Lumière des ténèbres, Taγufi yucckan (Saveur disparue), Imezdaγ (Les habitants) et Rwaḥ, rwaḥ (Viens, viens !).


De la poésie de Fowé et de son statut de poète
Intime, social et politique, les paroles des chansons de Fowé deviennent l’écho du réel. En réaction aux commodités relatives à la forme, la poésie de Fowé n’a de forme qu’elle-même. Cette mutation n’ôtera certainement pas la vitalité à sa poésie. Au contraire, elle la rendra plus intense et surtout plus proche des gens.
La tradition biblique consistant à s’adresser directement à Dieu, voire à échanger avec lui, traverse l’œuvre de Fowé. Akez awal, cette chanson qui porte d’ailleurs le nom de l’album, en est l’illustration. Le poète part d’un constat simple : les relations humaines sombrent dans la folie du mensonge ; une situation face à laquelle on est souvent démunis et que le poète traite en appelant à l’amour et à l’entraide sociale, deux valeurs profondément ancrées dans la culture amazighe.
G ddunit-a γas tiḥellal  : Inondée de mensonges est cette vie
G ddunit-a γas tikerkas  : Que du mensonge dans cette vie
Kwnni tessendum awal  : Comme du lait vous baratez la parole
Kwnni tzuzzurem awal  : Comme du blé vous répandez la parole
Awesat-aγ a ayetma  : Aidez-nous, ô frères !
Awsemt-aγ a isetma  : Aidez-nous, ô sœurs !
Id is tsuld ad talid  : Est-ce que tu vas encore te lever
A tafuyt lliγ nettiẓir  : Ô ! Soleil d’antan

(Extrait de la chanson "akez awal")


Penser l’œuvre de Fowé nous amène à réfléchir sur le statut du poète-musicien. Au fait, deux images s’avèrent attribuables à Fowé. Victor Hugo distingue le poète des artistes qu’il ne cesse de traiter de "chanteurs inutiles" [2] ou encore de "faux sages" dont il condamne l’individualisme. Or, la poésie de Fowé est utile à la communauté. Inquiet, il sillonne les ruines en cherchant des solutions aux problèmes qui rongent son territoire.
L’image de l’élu peut être également attribuée au poète, car celui-ci se prend pour un prophète et parle en son nom. Il s’adresse à tous ceux qui ne parlent pas, médite et prédit l’avenir. Dans cette perspective, le poète va jusqu’à se familiariser avec Dieu.
Ce poète à rôles multiples sert de repère car il éclaire l’avenir et agit pour tous. Il est également similaire au Christ dans la mesure où il souffre pour les siens. Signalons, au passage, que la fonction du médiateur demeure la fonction la plus privilégiée qui soit pour Fowé.

(Le groupe de Fowé chante en hommage à Nba Oulaârbi à l’occasion de la commémoration de l’anniversaire de la bataille de Bougafer à Alennif)



Deux frères, une sœur, un groupe.
Ce groupe, qui se compose de deux frères et une sœur, est issu d’une famille d’artistes. Hamou Kémous [3], ce belgo-amazigh qui, musicien et graphiste, est l’oncle du trio Fowé, Boutayeb et Jazya, les co-fondateurs du groupe musical. Ceux-ci ont aussi pour oncle le sculpteur Addi Kemous dont les sculptures exposées dans sa maison récemment transformée, par ses soins, en musée attestent de la qualité artistique de ses œuvres.


L’idée qu’un musicien du Sud-est implique ses frères ou sœurs dans un groupe de musique nous rappelle essentiellement Moha Mellal qui a incité sa sœur et sa nièce à créer leur propre groupe, en l’occurrence Tifa [4]. Par cet album dont la maquette est fusionnée au portrait de la maman des fowés band, le groupe musical rend hommage à la femme amazighe en faisant de Jazya l’incontournable choriste du groupe.


Asafar Lihi

Notes

[1L’appellation « Sud-est » désigne les immenses territoires des régions d’Imtghren, Tinghir et Warzazat. Ces territoires sont situés dans le versant sud du Grand Atlas à Tamazgha occidentale.

[2"Fonction du poète", Victor Hugo, Les rayons et les ombres

[3Hammou, K. (propos recueillis par A.L) (2011, avril). "Interview avec l’artiste-peintre H.Kemous" Asirem Amazigh, n°2, pp. 41-43

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.