Accueil > Actualité > Fil de l’actualité > On massacre aussi à l’ouest de Tripoli…
On massacre aussi à l'ouest de Tripoli…
Communiqué de Presse
mardi 19 avril 2011
par Masin

Une guerre dans les régions amazighes [1] de la Libye a bien lieu. Situées principalement à l’ouest du pays, ces régions furent parmi les premières à se libérer et c’est spécialement sur ces villes amazighes (Yafren, Nalut, Zwara, Zentan, Jadu,…), que l’aviation libyenne a intensifié ses bombardements, dès le début de la guerre.

Cependant, les combats dans cette zone ouest ne sont qu’exceptionnellement révélés par les médias occidentaux. Pour l’heure, seuls certains médias arabes (Al Jazeera, Alhurra, Al Arabia) rendent visible les rudes combats dans les montagnes amazighes et l’exode des populations (enfants, femmes et personnes âgées).

En effet, en plus des bombardements, les forces kadafistes aidées par des mercenaires, parmi lesquels des algériens (selon la Ligue libyenne des droits de l’Homme, entre deux à trois milles mercenaires auraient déjà été envoyés par des services algériens, en Libye), font subir toutes sortes de violences à la population (saccages des habitations, pollution des eaux potables, viols des personnes,…) l’obligeant à chercher refuge en Tunisie.

D’après les appels qui parviennent à notre organisation (Tamazgha), la situation est préoccupante : les moyens des organisations humanitaires et des populations locales sont très insuffisants pour satisfaire les besoins des réfugiés libyens. Estimés déjà à plusieurs milliers de personnes, ce nombre est continûment croissant.

Au camp de Rmada, on compte déjà plus de 1000 réfugiés. Les autres camps humanitaires tunisiens sont ceux de Dehiba, Bir Tlathin, Douiret, Ras Jdir et Tataouine-centre. A noter que des habitants de ces villes logent eux-mêmes une partie des réfugiés. Les problèmes qui nous ont été signalés sont un manque d’eau, le manque d’aliments pour enfants et de médicaments ; les risques de piqûres par les scorpions et les vipères s’ajouterait depuis quelques jours. Enfin, le travail de certaines organisations humanitaires compliquerait la situation par manque de professionnalisme.

Autre information qui nous est parvenue : celle de l’infiltration des camps par les hommes de Kadhafi. Certains opposants tentant de rejoindre la Tunisie, sont poursuivis et certains ont été assassinés par les hommes du régime libyen du coté tunisien de la frontière.

Si le drame est vécu par tout le peuple libyen, la population amazighe qui s’est toujours opposée au régime kadafiste, non seulement affronte seule les bombardements et pilonnages de l’armée kadafiste (les frappes de l’OTAN étant essentiellement concentrées à l’est du pays) mais le comble de l’injustice serait que ces opposants de toujours pourraient être assimilés à des pro-kadafistes.

Ainsi, le pouvoir algérien, ami du dictateur libyen, qui en matière de propositions machiavéliques n’est jamais à court d’idée, tenterait, notamment par l’intermédiaire de son ambassadeur à Bruxelles, de faire passer la solution de diviser la Libye en deux : la Tripolitaine et la Cyrénaïque, pour maintenir le dictateur en Tripolitaine. Pour ceux qui connaissent la haine particulière que le dictateur voue à la civilisation amazighe, si un tel projet se concrétisait, les Amazighs ne seraient plus seulement persécutés mais exterminés. Fort heureusement, pour l’heure, les opposants libyens, de tout le pays, réclament, comme non négociable, le départ du dictateur.

Nous sollicitons l’attention de votre média, pour informer de ce qui se passe à l’ouest de Tripoli, afin de soutenir les combattants de cette région et de permettre qu’une aide humanitaire suffisante soit apportée aux réfugiés.

Association TAMAZGHA .

Paris, le 19 avril 2011.

Télécharger le communiqué en format PDF


PDF - 572.2 ko

Pour plus d’information 

- Sur notre site Tamaghra.fr :

Exode massif de Berbères libyens vers la Tunisie...
Kadhafi menacerait d’exterminer les Berbères...
Le sale rôle de l’Etat algérien dans l’affaire libyenne
L’affaire des mercenaires algériens en Libye ne fait que commencer...



- Communiqué de l’UNHCHR : Des centaines de Berbères libyens fuient les montagnes de l’ouest et rejoignent la Tunisie

Notes

[1"Amazigh" est synonyme de "Berbère". "Amazighs" étant le nom autochtone des Nord Africains, il signifie "Hommes libres" ; "Berbères" étant le nom utilisé par les envahisseurs, renvoyant à "barbares" car les Amazighs ont toujours refusé un état centralisé (soumission à un pouvoir central).

Articles dans la rubrique :

Fil de l'actualité
27/08/13
0
La Fédération Régions et Peuples solidaires (R&PS), qui regroupe des partis autonomistes de (...)

Lire l'article

18/08/13
0
Tripoli, 18 August 2013 - Special Representative of the Secretary-General for Libya, Tarek (...)

Lire l'article

03/03/12
0
Genève / Niamey (CICR) – Agissant en qualité d’intermédiaire neutre, le Comité international de la (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • On massacre aussi à l’ouest de Tripoli… 20 avril 2011 22:46, par cacant
    oui c toujour le cas ls bérberes on subie l’humiliation de l’histoir car ils etait conquis par des faibles et c’est la le plus dur il sont insaller dans des regions moins riches naturellement et il subissent toutes les formes d’injustice voila meme l’occident ne peut les aider ou tres peut interesser de les aider car il n ya pas de matiere premiere