Accueil > Actualité > Amazighs de Kabylie et de la Vallée du Mzab, cibles de (...)
Amazighs de Kabylie et de la Vallée du Mzab, cibles de la même conjuration du Pouvoir algérien
vendredi 24 janvier 2014
par Masin
Il s’est toujours raconté dans l’intimité moyenâgeuse des quartiers arabes de Tagherdayt (Ghardaïa) [1] et de tous les autres qui gravitent illégalement autour de toutes les pentapoles amazighes du Mẓab [2], que les Amazighs mozabites sont les ennemis kharidjites [3] venus de la péninsule arabique qu’ils vouent impitoyablement à l’inquisition du rite sunnite [4] auquel ces Arabes appartiennent exclusivement. Entendre par là que les At Mẓab [5] ont dévié du chemin musulman tel que tracé par Dieu et son messager, le prophète Mahomet. Et cela justifie déjà très largement la propagation de fetwas génocidaires confectionnées dans les laboratoires que l’on sait et qui appellent à leur extermination sous leur cri d’appel de bédouins sauvages et d’un autre âge : "leur sang, leur honneur, leur biens, leurs enfants,... et même leurs femmes sont halal !". Voilà où l’on en est des conséquences désastreuses de l’école criminelle du FLN [6] qui occulte des millénaires d’Histoire amazighe de l’Afrique du Nord !

Cela est d’autant quotidien qu’il se retrouve aggravé par une autre idée reçue qui, avec le temps, a pris la certitude populaire profondément ancrée et largement partagée localement et qui fait du Mozabite un descendant juif. Un dénigrement [7] sciemment planifié qui précède et justifie l’appel au meurtre et qui rappelle, dans son élan hystérique et sanguinaire, celui lancé déjà contre la Kabylie traitée [8] elle aussi de Tel-Aviv ! Et comme en Kabylie, pendant la marche historique du 14 juin 2001, le pouvoir, en bon stratège, fidèle à ses scénarios dignes de barbouze et, en arbitre criminel feinteur, reprend la même méthode de purification ethnique à Taγerdayt et qui consiste à sous-traiter ses crimes anti amazighs, méthode qui lui permet de se laver les mains, à des meutes de nervis hystériques et de délinquants réputés de tous genres, formées, manipulées et perverties par ses constantes aliénantes.

Ces contre-vérités colportées délibérément sur les Amazighs en général et les Mozabites en particulier, fomentées, bien entendu, par le pouvoir algérien et installées dans l’esprit des bédouins Châambas pervertis et à peine immergés de la préhistoire, n’ont d’autres objectifs que celui qui consiste à vouloir effacer par l’extermination tout ce qui a trait au monde amazigh. Un dessein qui s’apparente à une conjuration ethnique d’autant qu’il est motivé par le sentiment criminel et négativiste du nationalisme arabo-islamiste. C’est malheureusement l’idéologie qui a envahi bien d’esprits et est très largement partagée aujourd’hui dans toutes les contrées arabophones de l’Afrique du Nord.

Certains observateurs, choqués, se demandent pourquoi "la police et la gendarmerie nationales", plutôt que de jouer leur rôle de gardiennes de l’ordre, prennent-elles sans ménagement le parti des Châambas contre les Amazighs mozabites ! Comme en Kabylie, les Amazighs de Tagherdayt considèrent que les jeunes mozabites n’ont rien à faire en s’engageant au sein des structures de sécurité d’un pouvoir dictatorial illégitime et sans contrat social consentant, qui ne les reconnait pas comme spécificité réelle et historique faisant partie intégrante de la personnalité algérienne. C’est un repli identitaire et culturel légitime et jusqu’ici salvateur en ce sens qu’il est brandi en bouclier social efficace pour contrecarrer les visées assimilationnistes de l’arabo-islamisme du pouvoir algérien, mais a aussi ceci de risqué qu’il se pose ouvertement et constamment comme ennemi affiché d’un ordre machiavélique établi qui ne désespère pas de le submerger, de le désagréger pour l’anéantir dans sa résistance séculaire. D’où la permissivité policière flagrante dont les éléments, tout comme ceux des Châambas, sont tous façonnés dans le même moule idéologique des constantes bâtardes fabriquées à Tripoli [9].

Cela n’est évidemment pas le cas de la société arabe bédouine des Châambas qui, elle, s’est donnée corps et âmes en épousant opportunément et aveuglement, comme avec le colon français d’hier, l’idéologie du nouveau pouvoir tout aussi colonisateur et qu’elle a grandement participé à consolider. Ainsi, le policier et le gendarme algériens, tous deux liés au bédouin châambi, se retrouvent unis à défendre avec férocité le même idéal négativiste et si l’idéologie qui les motive se radicalise, autrement dit si elle n’accepte aucune transgression de son ordre imposé, elle répondra plus violemment encore que le sera la transgression légitime des communautés qui ont choisi de rester fièrement et stoïquement amazighes : près de 130 assassinats en Kabylie et combien encore le seront à Tagherdayt ?


Chabane Timecriwect


- Lire également :

- L’Etat algérien organise-t-il un éthnocide dans le Mzab ?

- La chasse aux Mozabites continue...

- Le Mzab, cible du pouvoir algérien...

- Quelques vérités sur les évènements de la Vallée du Mzab

- Les Mozabites victimes du racisme du régime algérien...

Notes

[1Ce toponyme, comme bien d’autres de la région du Mzab, a, bien entendu, une forme et un sens en rapport avec la langue de l’établissement humain qui l’occupe depuis la nuit des temps. En effet, la forme sémantique de Taγerdayt que l’on a voulu rapprocher de taγerdat/taγerdayt, féminin d’aγerda ("rat"), n’est elle aussi que confusion. Il s’agit là d’un homonyme que l’on a confondu par quiproquo avec le toponyme Taγerdayt. Selon une hypothèse appuyée, le toponyme Taγerdayt, signifiant "cuvette/dépression" se décompose comme suit : "ta---t" (indices du féminin singulier, dans tamazight) + γer (découlant de iger/ager signifiant "champ") + adday (partie inférieure, bas, dessous). Ce qui va en harmonie avec le sens de "cuvette/dépression". Par ailleurs, en tamazight d’Adrar n Infusen, en Libye, le mot taγerdayt est bien attesté. Il donne le sens de "terre située au bord de la rivière".

[2En fait, la forme "mozabite" est la corruption de "At Mẓab" (avec un /z/ emphatisé). "At Mẓab" qui, dans un processus d’arabisation, est véhiculée par l’élite arabisante sous formes de "Beni Mẓab/Moẓab/Mizab/Mosâab", se compose de trois éléments : "At + M + ẓab". En bref, selon les données historiques et linguistiques qu’il n’est du ressort du présent papier de traiter, la deuxième tranche "M" devrait découler de "N" qui, en langue amazighe, est une préposition d’appartenance. Outre que le phénomène d’altération de "N" en "M" est un fait attesté en tamazight, la tradition orale chez les Imuhagh (Touaregs) perpétue à ce jour la prononciation "Nẓab". Il est utile d’évoquer aussi que l’ethnonyme "At N Ẓab" est en soi-même un document historique, révélateur d’un ensemble de données utiles aux chercheurs. Loin de toute idée simpliste, il est à préciser que le renforcement du peuplement du Mzab serait non seulement consécutif à la chute de l’Etat Rustumide et l’exode définitif des populations de Warejlen (Ouargla) et d’Isedraten (qui fut déjà amazighe ibadhisée), mais il serait aussi le résultat de la migration dans le temps de familles de la région des Aurès (Chaouis), d’une partie de la Libye et de la Tunisie actuelles. Si les origines géographiques de Tamazgha (Berbérie) qui traversent cette société du Mzab se chevauchent bel et bien aux divers plans, les gens ignorent superbement cette donnée historique pour autant dans la vie sociétale actuelle.

[3Le terme "kharedjites" est un nom masculin au pluriel qui provient de l’arabe "xawariǧ" signifiant littéralement "les sortants". Une autre tendance voulait faire signifier que le mot "kharedjites" veut dire ceux qui sortent dans l’objectif de mener le jihad pour Dieu. Une 3ème tendance avait voulu dire que cela signifie "sortir de la religion".

[4Le vocable "sunnite" lui-même cache toute une histoire. Nous nous satisfaisons ici d’évoquer que tous les rites islamiques prétendent avoir appliqué et conservé la "Sunna", alors que qu’ils tirent tous leur origine du Coran et de la Sunna. Par conséquent, nous pouvons dire que tous les musulmans qui se basent sur le Coran et la saine Sunna du prophète, font sans exception partie des gens de la Sunna.

[5Les fondements définissant les At Mẓab (Les Mozabites) s’articulent autour de quatre critères principaux :
* Le critère linguistique (emploi d’une variante amazighe dénommée Tumẓabt).
* Le critère historique (les At Mẓab ont en leur actif une préhistoire et une histoire sociale extra-millénaire).
* Le critère cultuel (les At Mẓab font partie du rite musulman ibadhite).
* Le critère culturel (mode de vie, arts, connaissances pratiques, traditions,…).

[6FLN : Front de libération nationale. Parti politique algérien.

[7Le substantif "dénigrement" mis en rapport avec le qualificatif "juif" et le participe "traitée" en relation avec Tel-Aviv, ne sont péjoratifs que dans l’esprit islamisé des Chaâmbas et du pouvoir algérien qui les instrumentalisent.

[8Le substantif "dénigrement" mis en rapport avec le qualificatif "juif" et le participe "traitée" en relation avec Tel-Aviv, ne sont péjoratifs que dans l’esprit islamisé des Chaâmbas et du pouvoir algérien qui les instrumentalisent.

[9Congrès algérien fait à Tripoli, en Libye, œuvre du Clan d’Oujda, mené sous la direction du premier dictateur de l’État algérien naissant Ben Bella et qui se voulait une riposte arabe au Congrès de la Soummam considéré kabyle.

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


5 Messages

  • Excellent article !!!Il n’ y a que sur ce site que les articles sont bien écris et que la ligne éditoriale est constante depuis plus de 20 ans. Chapeau-bas !!!!!! Bon courage, vous nous émerveillez avec tous ces articles bien documenté et l’engagement sans frilosité et sans reniement. Merci Chabane T, merci Masin, le combat continu !!!!

    repondre message

  • - « quartiers arabes de Tagherdayt »

    SVP, est-ce que le mot "Tagherdayt", ici, a quelque chose à voir avec "rat" ou "souris", même de façon métaphorique ?

    Merci à qui veut m’instruire.

    repondre message

  • LES KABYLES DANS LE REGIME MILITAIRE ALGERIEN

    Nous avons affaire à Pouvoir dictatorial de nature " militaire et clanique ". Pas ethnique ou régional. Le tenants du discours culturaliste et identitariste le qualifieent de régional, d’arabo-islamiste, de raciste, pour ne pas dire sa " vraie nature ", et donc fuir la vérité, car tout simplement ces " agitateurs extrémistes " sont pour la plupart d’entre eux des valets et serviteurs zélés du DRS, ce sont des manipulateurs manipulés qui attisent les haines, sans pour autant prendre une position oppositionnelle face au Régime militaro-mafieux en place depuis 1962. Bien plus ils sont alignés sur la " ligne dure ", celle des faucons et ultras de la Junte criminelle et prédatrice, à savoir celle des Maitres "gestapistes " du DRS et de l’Etat-major....Alors même que de nombreux Kabyles (et chaouis) servent ce Régime militaire sanguinaire et mafieux. Bon nombre de Kabyles à la tète de la Police politique, et ce depuis 1962, et à l’Etat-major. Bon nombre de Kabyles ont servi et servent encore dans les " appareils de répression " : Le DRS surtout, la Gendarmerie, la Police, les Forces spéciales, les Milices, les Escadrons de la mort, etc. Bon nombre de Kabyles dans les " organes de propagande " : journaux, radios, TV, Sites, Blogues....contrôlés par le DRS. Bon nombre de Kabyles dans la politique criminelle et abrutissante de l’arabisation-islamisation de l’enseignement et de la culture, et bon nombre de Généraux Kabyles du DRS sont dans le service de manipulation (recrutement et entrainement) des extrémistes islamistes...Bon nombre de ces Généraux ont font partie de ceux qui ont planifié et engagé la guerre civile (1991-2014), participé aux massacres, assassinats, attentats, et autres crimes de masse, à l’instrumentalisation des Groupes islamistes du DRS...Ce sont majoritairement des Kabyles qui sont à la tête du très " gestapiste " DRS.

    La SM-DRS : « ORGANISATION CRIMINELLE » et « MAFIA TENTACULAIRE ».

    DRS, ex-DGPS, ex-SM, ex-MALG ou les » mues du serpent » !

    Ceci ressemble à une lapalissade : le serpent demeure un serpent en dépit de ses mues ! Pourtant, c’est une vérité : le Régime militaro-mafieux d’Alger avait procédé à plusieurs reprises à des changements d’appellation pour son « organe répressif » principal. Et ce n’est pas anodin ou sans intérêt, mais plutôt pour brouiller les pistes, et tenter d’atténuer les très mauvaises associations liées à sa nature et son passé amplement criminels et mafieux, comme partout ailleurs dans le monde les officines semblables ont changé de « logo » pour mieux tromper et leurrer. Mais, les observateurs avertis ne se trompent sur la véritable mission de cette « machine à broyer les hommes et les femmes patriotes » de ce pays.

    La SM-DRS : « instrument de terreur » et « mafia tentaculaire » au service des Généraux criminels et prédateurs

    Le DRS n’est pas le DRS s’il ne sème pas la terreur ! Exactement comme la Gestapo. Cette dernière a été définie et qualifiée « organisation criminelle » par le Tribunal de Nuremberg. Ainsi va du DRS, dont la logique principale, la marque spécifique de la dite Police politique du Régime militaro-mafieux d’Alger est « la violence meurtrière permanente ». Ce « modèle gestapiste » de la violence extrême est celui emprunté par toutes les Polices politiques des Régime militaires post 1945, en Europe (Grèce, Espagne, Portugal…) et en Amérique latine (Chili, Argentine,…). Et c’était en fin connaisseur, de l’intérieur même de la « boîte » que Mécili disait en 1962 déjà : « Le MALG va dévorer l’Algérie ! »…….

    La SM-DRS et ses crimes

    Assassinats, massacres, tueries, attentats, rapts, kidnappings, la manipulation massive des extrémistes de tous bords (islamistes, baassistes, séparatistes, régionalistes, etc.), et toutes autres sortes de crimes dans son parcours. Faut-il rappeler aussi qu’à sa naissance, les Généraux français n’avaient ressenti aucune inquiétude : ils savaient que le MALG de Boussouf est conçu pour exercer le contrôle et la surveillance de la société, de la population « indigène ». Et c’était au plus fort de la Guerre d’indépendance que le criminel Boussouf avait commencé ses besognes sanguinaires, ciblant les héros du mouvement libérateur : Abbane, Mellah, Amirouche, Zighout et autres grandes figures de la Résistance contre la barbarie coloniale… La liste est longue de ces Grands Hommes tombés sous les balles et/ou les tortures du MALG, de la SM, puis du DRS. Et combien de mouvements, de protestations ont été cassés, dont la Grève des dockers d’Alger en 1976, le Printemps berbère et ses suites, le Printemps noir 2001et ses 121 victimes, les 250 000 victimes de la Guerre civile, instiguées et planifiée par le Cabinet noir, et mise en pratique par le DRS. Les 20 000 disparus, 40 000 veuves, 300 000 orphelins, 900 000 exilés, xxx 000 milliards de dégâts matériels et logistiques font aussi partie de la comptabilité macabre induite par la » Stratégie de la tension » érigée par les Maitres du DRS (1991-2013)….Cette collection d’horreurs pourra être consignée dans un « Grand Livre noir des Crimes de la Dictature militaire d’Alger ».

    La SM-DRS : « cheville ouvrière » des Coups d’Etat successifs

    La Police politique a toujours été la « cheville ouvrière » des Coups d’Etat successifs depuis 1956, qui consacrent la victoire et l’emprise du Clan fort. Le Pouvoir dictatorial militaire repose sur un « trépied » : primo, le DRS ; secundo : le Commandement militaire (DRS + Etat-major) ; tertio, les Clans rivaux, unis contre la population civile, (bien que) désunis entre eux, en raison de l’immense butin à partager, le Clan fort étant le Clan le plus fortement amarré/arrimé/accroché au DRS… Le Régime militaire forme un « mouvement d’intérêts communs », selon la formule Wébérienne : ses membres, franges et factions sont animés par des réflexes et des sentiments de solidarité clanique, familiale et idéologico-politique construits durant 50 ans….Pour une nette et meilleure précision sur les termes et les notions, il faut dire que ce sont les Maitres du DRS et les Généraux de l’Etat-major ( la Hiérarchie) qui commandent, et non l’Armée (l’Institution militaire, cadre institutionnel).

    La SM-DRS : une mafia tentaculaire, ramifiée partout !

    De nos jours, le DRS s’est mué en « mafia tentaculaire », « ramifié » à tous les domaines d’activité sécuritaire, politique, économique, sociale et associative, et tissé sa « toile d’araignée », son quadrillage partout : institutions, associations, entreprises, sociétés, tous les secteurs, à tous les stades et échelons. Ses agents et correspondants ont pour domaines de prédilection : le commerce extérieur, l’import-export, le trabendo, les trafics en tous genres, le proxénétisme, la prostitution, les hôtels de passes, les lieux de débauche, les bars et restaurants, la drogue, le net, les sites, les blogs, les médias, la presse, les radios, partis, associations, le BTP et autres secteurs où ça rapporte énormément d’argent, l’argent comme autre instrument de domination. Le DRS recrute fortement dans les institutions (facs, lycées, hôpitaux, usines, administrations, entreprises) convoitées quotidiennement par les flux importants de populations, ces populations que le Régime militaire considère comme « l’ennemi intérieur », l’ennemi à abattre, et tient à le surveiller, le contrôler, l’embrigader, le terroriser, le régenter et l’empoisonner par la propagande et l’intox. Son « système concentrationnaire » constitue la « 49° Wilaya » : bagnes, prisons, redoutes, cachots, caves…..où ses sbires assoiffés de sang pratiquent « la torture généralisée », héritée de triste mémoire, celle des sinistres pratiques de Bigeard, Massu, Aussaresses, Le Pen, Godard, Trinquier, Léger et compagnie …..

    La SM-DRS quadrille le pays !

    Le DRS est « partout et nulle part » ! Partout, du fait de son quadrillage systématique. Nulle part en raison de son organisation et sa structuration secrètes, invisibles, imperceptibles…mais décelables !

    La SM-DRS : l’Enclave autoritaire principale qui bloque le pays !

    Le DRS est le Pouvoir réel, le Sommet de la « Pyramide du pouvoir », c’est l’Enclave autoritaire principale, la Main de fer des Généraux, leur Bras politique, la Colonne vertébrale et l’Epine dorsale du Régime militaire, son Syndicat du crime, son Fer de lance, son Cœur et son Cerveau, son Centre névralgique, son Mur de soutènement, sa Digue de protection, sa Force d’interposition……contre tout ce qui peut menacer les intérêts de la « caste militaro-mafio-bureaucratique » qui détient le Pouvoir dictatorial, total, intégral, absolu..…

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.