Accueil > Actualité > Juppé : "Les Touaregs, peuples mirages"
Satire
Juppé : "Les Touaregs, peuples mirages"
Entretien imaginaire avec Alain Juppé
samedi 7 avril 2012
par Mohend
Insi s’est rendu au Quai d’Orsay où il a rencontré Monsieur Alain Juppé, ministre français des affaires étrangères. Voici ce que ce dernier a livré à notre ami Insi à propos de La République d’Azawad, nouvellement proclamée par le MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad).




Insi : Bonjour monsieur le Ministre.

Monsieur Juppé : Bonjour.

Insi : Alors, vous restez toujours "droit dans mes bottes" quant au combat du peuple touareg ?

Monsieur Juppé : Le Touareg est une belle voiture, de création française en plus.

Insi : Je parle du peuple de l’Azawad.

Monsieur Juppé : Un beau pays l’Azawad, surtout le soir, au coucher du soleil, on dirait une carte postale.

Insi : Je parle du combat des Touaregs de l’Azawad.

Monsieur Juppé : J’aime bien les voir passer le soir, habillés en bleu, sur le dos de leurs chameaux, le visage caché dans du chèche noir... On ne voit que leur fier regard. Impressionnant ! Ils sont généreux en plus. Une fois, ils m’ont offert du thé Hmmmmmm !!!! Excellent !. Du thé confectionné trois fois de suite : le premier amer comme la mort, le second doux comme la vie et le troisième sucré comme l’amour.

Insi : Moi je vous parle de politique, monsieur le Ministre.

Monsieur Juppé : Moi aussi.

Insi : Je vous parle de la République de l’Azawad. Vous avez déclaré dernièrement que la France fera tout pour sauvegarder l’intégrité du territoire malien.

Monsieur Juppé : Oui.

Insi : De quel territoire s’agit-il ? De l’Ancien Mali ou de celui que vous avez créé ?

Monsieur Juppé : On verra cela plus tard.

Insi : Oui, mais les Touaregs ne revendiquent que l’Azawad, leur territoire.

Monsieur Juppé : Oui, ils l’ont eu. Maintenant il ne faut pas qu’ils s’attaquent à notre, pardon, au Mali.

Insi : Un lapsus, Monsieur le Ministre.

Monsieur Juppé : Non, je veux parler de notre territoire d’AREVA.

Insi : Areva ?

Monsieur Juppé : Oui Areva. Areva est une association qui regroupe en son sein trois pays : le Mali, le Niger et l’Algérie qui bénéficie d’une étroite autonomie.

Insi : C’est vrai ?

Monsieur Juppé : Si je te le dis...

Insi : Pourquoi traitez-vous les Touaregs de terroristes ?

Monsieur Juppé : Ce n’est pas ce que j’ai dit.

Insi : Pensez-vous que le MNLA est un mouvement terroriste ?

Monsieur Juppé : Non, mais ses combattants sont d’apparence terroriste.

Insi : Vous ne pensez pas que l’Aqmi et Ansar Dine sont plutôt des alliés du Mali et de l’Algérie ?

Monsieur Juppé : Si.

Insi : Est-ce légal de laisser des Etats utiliser des milices parallèles ?

Monsieur Juppé : Non, mais la diplomatie nous conseille toujours de taper sur les autochtones, et les Touaregs sont plus faciles à mater que les islamistes des Algériens et des Maliens. Les Touaregs sont sur leur territoire. Ils sont plus faciles à dénicher.

Insi : Vous dites que vous êtes contre les islamistes dans l’Azawad, pourquoi alors vous avez porté ces mêmes islamistes au pouvoir en Libye, en Tunisie et en Egypte après les fameuses "révolutions arabes" ?

Monsieur Juppé : Les islamistes de ces pays sont à la tête des pays arabes, comme on les aime. Le problème des Touaregs, c’est qu’ils veulent créer un Etat touareg, peut-être même berbère.

Insi : Qu’avez-vous contre les Berbères enfin ?

Monsieur Juppé : Les Berbères représentent la fin de notre Afrique du Nord, version Maghreb arabe.

Insi : C’est-à-dire ?

Monsieur Juppé : Avec les Arabes et les islamistes, comme ce n’est pas leur terre, on fait de bonnes affaires.

Insi : C’est pour cette raison que vous jouez la carte arabe ?

Monsieur Juppé : C’est notre carte maîtresse dans la région.

Insi : Avec l’aide du Qatar bien entendu.

Monsieur Juppé : Le Qatar est notre partenaire en banlieue et en Afrique du Nord.

Insi : Etes-vous pour un Etat palestinien, monsieur le Ministre ?

Monsieur Juppé : Oui.

Insi : Le Hamas, est-il un mouvement terroriste ?

Monsieur Juppé : Avec qui on peut discuter.

Insi : Mais pas avec les laïcs du MNLA ?

Monsieur Juppé : Non.

Insi : Pourquoi ?

Monsieur Juppé : Parce que pour le moment nous dicutons avec le Mali et l’Algérie, autrement dit nos beni oui-oui.

Insi : Ils sont toujours là ceux-là ?

Monsieur Juppé : Plus que jamais.

Insi : Sincèrement, pourquoi êtes-vous contre un Etat touareg ?

Monsieur Juppé : Un Etat touareg signifie pour nous la fin du Niger, de l’Algérie, du Maroc, de la Libye et peut-être même d’Areva.

Insi : Que comptez-vous faire alors ?

Monsieur Juppé :Comme d’habitude, nous enverrons la chair à canon de l’OCEDE faire la sale besogne.

Insi : Qui fournira la logistique ?

Monsieur Juppé : Nous.

Insi : En ces temps de crise ?

Monsieur Juppé : Ne t’inquiète, c’est l’Algérie qui payera.

Insi : Croyez-vous ?

Monsieur Juppé : Pour casser du Berbère, l’Algérie est prête à tout.

Insi : Et pourquoi l’Algérie payera ?

Monsieur Juppé : Parce qu’elle a des Touaregs, sans oublier les Kabyles, les Chaouis et consorts.

Insi : Croyez-vous à la liberté, monsieur le Ministre ?

Monsieur Juppé : Pas quand elle menace les frontières qu’on a tracées en Afrique...

Insi : ...A la règle.

Monsieur Juppé : Et c’est la règle !

Insi : Et les droits de l’Homme dans tout cela ?

Monsieur Juppé : Ne tergiverse pas, petit. Là, on parle des Touaregs. Maintenant si tu permets, j’ai un coup de fil à donner à l’ONU pour qu’on s’occupe un peu de ces Touaregs qui veulent être LIBRES chez eux, qui souhaitent même instaurer notre Laïcité et notre démocratie sur leur territoire sans notre permission. Mais où se croient-ils ces gens qui veulent vivre en paix et libres sur leur propre sable ? C’est scandaleux, ces Touaregs qui refusent d’être gouvernés, comme on le souhaite, par un Etat malien corrompu et mafieux. Si ça continue comme ça, même les Kabyles se soulèveront un jour pour vivre Libres chez eux en Kabylie. Où on va comme ça ? Ils se croient tout permis ces Berbères. Nous les avons prêtés aux Arabes et maintenant ils veulent se libérer de l’arabo-islamisme, la doctrine des ténèbres, celle qui nous a permis jusque-là de les maintenir dans la misère...

Insi : N’est-ce-pas légitime d’aspirer à la liberté ?

Monsieur Juppé : Ce n’est pas aux Berbères d’en juger. A propos, dis-leur que leur langue sera, à partir de maintenant, partout nationale et officielle en Afrique du Nord. Je m’engage !

Insi : Trop tard, monsieur le Ministre. C’était une revendication du siècle dernier.

Monsieur Juppé : : C’est vrai qu’on est en 2012 et en plein campagne, zut !

Insi : Que pense mosieur Sarkozy de tout cela ?

Monsieur Juppé : Lui, en ce moment, il pense que les Touaregs de l’Azawad sont manipulés par la Hollande.

Insi : Non ?!

Monsieur Juppé : Si. Attends, j’ai un coup de fil de mon ami l’émir du Qatar. Tu veux que je te le présente ? En ce moment, il projette d’acheter l’équipe de Bordeaux.

Insi : Faites attention, monsieur le Ministre, il va bientôt vous interdire le Bordeaux.

Monsieur Juppé : Il boit en cachette. Ne le dis à personne.

Monsieur le Ministre décroche le téléphone :

"Ahlane ya ḥabibi !"

Sur ce, Insi salue monsieur le Ministre et quitte le Quai d’Orsay.

Entretien réalisé par INSI.


Lire également un reportage d’INSI :

- La république d’Azawad

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


19 Messages

  • Juppé : "Les Touaregs, peuples mirages" 7 avril 2012 00:38, par yacob

    l’algérie qui soutien les sahraoui territoire qui fait partie du maroc pour son indépendance et elle refuse au touaregs du MALI leur indépendance ;allez comprenre qq chose..LE PRETEXTE JUSTCIE SA HAINE

    Bravo insi ,vous avez résumé la vérité de la politique et position francaise qui a inventé le monde arabe pour mieux faire dissoudre les berberzs ;ce complot ourdi existe depuis napoleon ,de gaule et ça continue .ce n’est pas un hasard si le terme amazigh voir berbere n’est jamais usité car le démon berbere comme le disait bourguiba les poursuit tout le tout tout comme les arabomuzs ;voice deux assos de malfateiteurs pour mettre a genoux le très vieux peuple méditerranées qui a donné de grnds personnages et de sa lumière dantan. SI AUJOURD4HUI IL EST DANS L4ATAT DE D2SOLATION ON PEUT DIRE MERCI A CETTE ASSOS DIABOLIQUE QUI REUSSI SON TRAVAIL DE SAPE.mais ce peuple prEmiEr peut-il mourir ?

    NON !NON ! JAMaIS !
    Il renaitra tel un phoenix CAR LA NATURE A HORREUR DU VIDE..cette espece humaniste et universaliste lui manquerait tellement.

    soutenons l’azawad...

  • Juppé : "Les Touaregs, peuples mirages" 7 avril 2012 02:20, par La Mecreante !

    Qu’est-ce qu’il foutait au Quai au lieu d’être au Bourget, celui-là !?

    Il ne chasse plus le bulletin des tarikistes-ramadanesques pour son petit Zébulon ?

    DÉGAGE hadj-Juppé ! DÉGAGE hadj-Sarko ! DÉGAGEZ tous françarabia !

  • Juppé : "Les Touaregs, peuples mirages" 7 avril 2012 04:03, par lounes
    Le peu de crédibilité qu’avait Alain Jupé s’est envolé le jour ou il avait décidé de se joindre à Sarkozy.
    • Juppé : "Les Touaregs, peuples mirages" 7 avril 2012 06:30, par La Mecreante !

      lounes,

      hadj-Juppé n’a jamais eu de crédibilité. Il a toujours été le maître à penser de hadj-chirac. il est le cheikh-imam de Bordeaux !

      Sarko a inventé l’UOIF, le CFCM, et surtout « l’islam-de-France »  !

      et pourquoi pas :« l’islam d’Arabie », « l’islam d’Amérique », « l’islam de Russie », « l’islam de Mars », « l’islam de la lune », « l’islam de Hongrie »... ?

      Il a même inventé « l’islam du Louvres » !

      Tout ça pour ne pas dire clairement « islam des pétrodollars »

      d’ailleurs, regarde :

       :http://www.dailymotion.com/video/xc7u01_allocution-1ere-pierre-des-salles-d_news

      ça veut dire quoi déjà, "putasser" ?...

      • En quittant la France pour s’installer au Québec , il s’est un peu amélioré lol sauf qu’il a eu par la suite un retour aux sources avec la venue de Sarkozy , pour le "peu de crédibilité" je fais mon mea-culpa parlons plutôt d’hypocrisie.
        • Juppé : "Les Touaregs, peuples mirages" 8 avril 2012 12:18, par La Mecreante !

          t’en fais pas Lounes, tu as le droit de te tromper dans cette salade d’hypocrites invétérés.

          il était parti au Canada la honte au front avec " son sursis de 14 mois" puisqu’il a morflé, aussi, d’une inéligibilité de xxxx,...

          certes, il s’est mal défendu mais tout le monde sait pourquoi il n’a pas "balancé"...

          Tout le monde sait aussi, que le clan hadj-chirac et Sarko sont "ennemis jurés".

          hadj-Juppé est au Quai "contre la volonté" de Sarko... (mais aucun ne vaut la corde pour le pendre).

          si tu as envie de comprendre "la classe politique" Française, regarde à nouveau le film LE PARAIN...

          • J’ai vu son interview à France 24 sur la crise de L’Azawad ,effectivement un enfant de l’école primaire aurait pu répondre d’une façon plus intelligente. Les observateurs de la scène politique Française sont en en droit de se demander ou va la France.
            • FRANCE INFO ,DES INFO RME 9 avril 2012 16:54, par MAZZZZZ


              vendredi 23 mars 2012France Info au pays des Soviets.

              Incorrigibles journalistes que ceux de France Info. Eux, si prompts à dénoncer la censure réelle ou supposée pratiquée de par le vaste monde, à commencer par la Russie, viennent en effet de se livrer à un acte de censure particulièrement grossier à mon encontre.

              Exposé des faits : vendredi 23 mars à 10 heures 30, je reçois le mail suivant :

              "Bonjour,
              Je suis Catherine Duthu, journaliste au service "Monde" à France Info. Je souhaiterais faire une interview avec Bernard Lugan à propos de la situation au Mali. L’interview se passerait par téléphone et serait ensuite diffusée en longueur sur notre antenne dès 15h45 pour être ensuite rediffusée dans le courant de la journée. Pourriez-vous me contacter au plus vite pour me dire si cela est possible ? Je vous en remercie par avance."

              Un contact téléphonique est donc établi avec la journaliste Catherine Duthu, laquelle, ayant lu mon communiqué sur le Mali publié la veille sur mon blog, souhaitait un entretien pour diffusion le jour même à 15h 45 dans l’émission « Regards sur le monde ».

              L’entretien téléphonique se déroula normalement entre 11 heures et 11 heures 15 et la journaliste me confirma qu’il serait diffusé en temps et heure convenus. Or, à 15 heures 45, ce fut un autre intervenant, plus « politiquement correct » aux yeux de sa rédaction qui répondit aux mêmes questions que celles qui m’avaient été posées par Madame Catherine Duthu.

              Pourquoi cette censure ? Parce que j’expliquais dans cet entretien que le règlement de la question touareg ne passait pas par des élections, mais par la prise en compte du fait que les Touaregs ne désirent plus être dominés par les sédentaires noirs du Sud au seul motif qu’ethno mathématiquement, ils sont moins nombreux qu’eux et donc, que toute solution durable doit impérativement être construite sur cette évidence.

              Tenus en laisse, certains journalistes sont bien les laquais de la pensée dominante. Ils n’ont plus leur libre-arbitre. Plus que jamais la résistance passe donc par les circuits parallèles de l’information, à savoir internet.
              Pour vous tenir informés des réalités africaines, consultez mon blog et d’abord, abonnez-vous à l’Afrique Réelle revue par internet livrée par PDF.

              Bernard Lugan
              23/03/2012

              voilà un vrai homme libre ..bravo MR LUGAN

              • LE PRÉSIDENT DU RCD, MOHCINE BELABÈS, : 13 avril 2012 12:37, par amazan

                LE PRÉSIDENT DU RCD, MOHCINE BELABÈS, AU SOIR D’ALGÉRIE :
                « La future Assemblée sera un patchwork ingérable »

                Abordons, si vous voulez, la situation au Mali, où les événements se sont précipités. Il y a eu le coup d’Etat, puis la proclamation par le MNLA de l’indépendance de l’Azawad, territoire où les organisations terroristes islamistes agissent à découvert, enfin l’enlèvement des diplomates algériens à Gao.

                Comment appréciez-vous cette situation ? Quelles peuvent être ses implications sur l’Algérie ?

                Il y a d’abord les éléments apparents de la crise qui secoue ce pays. Le putsch organisé par des militaires contre le président en exercice, une forte présence terroriste, le rapt des diplomates algériens revendiqué par une branche dissidente d’Aqmi, les problèmes et les revendications des populations touarègues qui remontent à la période de la décolonisation et la proclamation unilatérale de l’Azawad comme Etat indépendant. Il y a ensuite les jeux et enjeux des puissances régionales et internationales en vue d’une évolution géopolitique de la région. Il y a aussi le timing dans lequel sont intervenus ces événements, à savoir une conjoncture électorale en Algérie, en France et aux Etats- Unis. Il y a beaucoup de similitudes dans les problèmes que vivent le Mali et l’Algérie.

                En premier, la prise du pouvoir par les fraudes ou les coups de force. Ensuite, il y a le terrorisme et son instrumentalisation par les régimes en place. Enfin, il y a la situation des populations touarègues qui cherchent une reconnaissance culturelle et politique et qui vient d’être confirmée par le déplacement précipité d’Ahmed Ouyahia à Tamanrasset pour rencontrer les notables locaux. Ajoutez à cela les frontières incontrôlées entre les deux pays qui encouragent et facilitent la circulation des éléments d’Aqmi dans la région.

                Le MNLA est un mouvement plutôt moderniste, voire laïque.
                Acculés par les complicités de Bamako et d’Alger, rejetant toute idée de décentralisation, il a dû s’accommoder de la présence des islamistes sur ses terres pour peser plus contre le pouvoir central malien.

                Par ailleurs, les événements qui secouent le Mali confirment le naufrage de la diplomatie algérienne d’autant plus qu’elle est impliquée dans le traitement du dossier touareg depuis une vingtaine d’années à travers le Premier ministre Ahmed Ouyahia. L’Algérie a même abrité plusieurs rounds de négociations entre le mouvement touareg et le pouvoir malien. Aujourd’hui, c’est la Cédeao qui arbitre et décide. Alger paye le prix de l’absence d’une vision démocratique régionale.
                S. A. I.
                http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2012/04/12/article.php?sid=132813&cid=2

                • O N U OTAN CONTRE LES PEUPLES 23 avril 2012 22:38, par AZAF

                  les massacreurs de pEn ce moment même, et sous la protection de la Mission de l’ONU et de son chef Ian Martin, se déroule le transfert vers la Libye de brigands de « l’opposition » syrienne par les forces spéciales. Étant donné que ce fait a été rendu public [7],

                  Ian Martin s’est efforcé de présenter les évènements comme s’il ne s’agissait pas de combattants mais de « réfugiés » fuyant le régime sanguinaire de Bachar Assad.

                  N’importe qui connaissant sa géographie comprendra que pour « fuir » de la Syrie vers la Libye, il faut traverser la Jordanie ou Israël, puis ensuite le territoire égyptien. Et tout ça pour offrir à ces réfugiés le pays d’accueil « idéal » ! Ce ne sont pas des réfugiés mais coureurs de marathon ! Et à nouveau nous est donné une explication dénuée de sens. Mais personne ne se soucie de l’authenticité de ces explications. Les assemblées du Conseil de Sécurité sont devenues depuis longtemps des modèles de cynisme et d’hypocrisie, telle une scène où se répand le mensonge face au monde entier et dont le but est de faire soutenir par l’opinion publique les crimes les plus lâches et monstrueux.
                  http://www.voltairenet.org/ays ...

  • Juppé : "Les Touaregs, peuples mirages" 7 avril 2012 07:18, par La Mecreante !

    voilà la Françafrique dans toute son hypocrisie !

    http://www.france24.com/fr/20120405-rebelles-sont-petit-millier-selon-alain-juppe-cedeao-intervention-militaire-entretien-exclusif

    écoutez ce menteur qui "passe commande" à ses sous-traitants.

    il va tout faire pour que ce soit les africains qui s’entre-tuent pour son uranium.

    ça lui arracherait la gueule de soutenir et reconnaître l’AZAWAD et le MNLA et sommer l’Algérie de ramener son Aqmi d’égorgeurs au club-des-pins !

    • Comment l’Algérie tente de contrôler « les terres rouges » de l’Azawad
      mercredi 11 avril 2012,

      Rien ne va plus entre le MNLA-Mouvement National pour la Libération de l’Azawad - et le gouvernement algérien. Depuis la déclaration d’indépendance du territoire touareg au Nord du Mali, Alger exerce énormément de pression, notamment médiatique, sur les indépendantistes Touaregs.

      A Alger, c’est le Département Renseignement et Sécurité (DRS), les « services », qui prend en charge totalement le dossier malien depuis des années.

      C’est sous les conseils du général d’armée Mohamed Mediène dit « Tewfik », patron du DRS, que le gouvernement d’Abdelaziz Bouteflika avait choisi de ne pas intervenir militairement dans la région.

      En effet, il aurait été maladroit sur le plan diplomatique d’intervenir contre un mouvement de libération alors que l’Algérie abrite sur son territoire depuis une quarantaine d’année le Front Polisario qui lutte contre le Maroc afin d’obtenir l’indépendance du Sahara occidental.

      Pour Alger, il fallait donc jouer finement
       : déstabiliser le MNLA sans pour autant se montrer trop hostile aux indépendantistes azawadiens. Pour cela, le DRS a sorti de son chapeau une vieille connaissance.

      Il s’agit du chef historique Touareg du MNLA Iyad Ag Ghali, qui sur les conseils du pouvoir algérien avait déposé les armes avant d’être nommé, en 2007, vice-consul du Mali en Arabie Saoudite. C’est dans ce pays qu’Iyad Ag Ghali aurait effectué sa mue et serait devenu salafiste sous l’influence d’un prédicateur pakistanais. En rentrant d’Arabie Saoudite, Iyad Ag Ghali disparaît de la circulation pendant un bon moment.

      Il prête ses services à plusieurs états de la région, mais ne rompt jamais ses liens avec le DRS. Avec la chute de Mouammar Kadhafi et le retour des milliers de combattants Touaregs de la Libye, Iyad Ag Ghali refait brusquement surface à la tête d’une légion salafiste de 1000 combattants particulièrement bien équipée, bien entraînée et surtout bien informée, qu’il intitule « Ansar Addine ».

      Dans le Nord du Mali, quand il ne fait pas la course en tête, il talonne de près les rebelles du MNLA à qui il met la pression à chaque bataille contre les forces loyalistes maliennes.
      A Kidal, ses hommes – bien renseignés dit-on par les services algériens- livrent une bataille féroce contre la garnison malienne.

      A Tombouctou, alors que le MNLA se cantonne à l’aéroport de la ville, « Ansar Dine » sont au centre de la cité et font hisser le drapeau malien version islamiste.

      Quelques jours après, Iyad Ag Ghali se fend d’une déclaration dans laquelle il détaille les objectifs de son mouvement, notamment un Mali uni appliquant la Chariâ. Il se démarque du MNLA et de son agenda indépendantiste.

      A Paris, les observateurs avertis notent qu’Iyad Ag Ghali a été hospitalisé à l’hôpital militaire Aïn Naadja à Alger il y a quelques semaines.

      Une coïncidence troublante qui renforce les doutes sur la relation entre « Ansar Dine » et le DRS algérien, d’autant plus que d’après un cadre de la DGSE, les groupes salafistes algériens et ceux du Sahel sont largement infiltrés par les services algériens et cela depuis des années déjà.

      Alger aurait tout à gagner de la présence d’Iyad Ag Ghali au Nord du Mali.

      Elle démontre ainsi que le MNLA est incapable de contrôler l’Azawad et d’y fonder un Etat. Elle exerce en outre une surveillance de près sur trois anciennes connaissances Yahya Abu El Hemam, chef de la mystérieuse « Siyriat Al Forqane », Mokhtar Belmokhtar - (appelé le Borgne ou Mister Marlboro) – et enfin Abid Hammadou dit Abou Zeid.

      Une situation qu’Alger affectionne et qui lui laisse les mains libres dans la région sans qu’elle n’ait besoin d’intervenir directement.
      Source : Temoust.org

      voilà un état voyou qui mérite d’être à genoux..

  • Juppé : "Les Touaregs, peuples mirages" 8 avril 2012 10:16, par S. A. M.
    Tanemmirt ay Insi, ay Insi tanemmirt ! S. A. M.