Accueil > Actualité > Un tournant dans le combat amazigh en Libye
Un tournant dans le combat amazigh en Libye
dimanche 6 janvier 2013
par Masin
Le début de l’année 2012 avait l’air de plonger le Mouvement amazigh de Libye dans un cycle de stagnation, voire de régression. Tout donnait l’impression d’une voie qui mène vers l’impasse.

En effet, l’année 2011 s’est terminée dans une dynamique très optimiste avec un bras de fer engagé entre Imazighen et les autorités libyennes (CNT et gouvernement provisoire). A l’attitude négative voire méprisante des deux institutions, les organisations de la société civile et le Congrès national amazigh libyen, créé en septembre 2011, ont très vite réagi en exprimant leur détermination à ne pas se laisser faire et ne pas accepter la négation ou la marginalisation du fait amazigh en Libye. Imazighen, à travers ces organisations, ont été jusqu’à prendre leurs distances de ces institutions libyennes pratiquant la négation et le mépris. Plusieurs manifestations et rassemblements pacifiques ont été organisés pendant le dernier trimestre de l’année 2011. La mobilisation fut exemplaire et extraordinaire.

Il est vrai qu’une fois tous les moyens pacifiques épuisés, il est difficile de trouver une recette miracle qui puisse faire avancer les choses lorsqu’on sait qu’on a à faire à des énergumènes qui ne comprennent nullement le langage pacifique et qui ne s’inscrivent pas dans une logique de dialogue. Imazighen, quant à eux, n’entendent pas faire parler les armes qu’ils détiennent bien par ailleurs. Les autorités libyennes qui ont exclu de leur composition Imazighen sont restées fidèles aux méthodes kadhafistes qui sont par ailleurs les méthodes de l’ensemble des régimes arabo-islamiques qui règnent en Afrique du Nord. Et lorsqu’on sait également qu’une bonne partie des membres de ces institutions ne sont rien que les résidus du régime du dictateur, leur attitude peut être qualifiée de normale et naturelle.

L’année 2012 annonçait aussi la tenue d’élections, ce qui pouvait, peut-être, laisser comprendre qu’Imazighen allaient mettre de l’espoir en ces élections en vue d’un éventuel changement qui serait favorable à l’amazighité.

Face à la seule possibilité qui est celle de l’usage de la violence, Imazighen ont dû choisir la réflexion. Et c’est au moment où on les croyait sombrés dans le statuquo qu’ils ont resurgi avec une autre stratégie. Tout en tenant la Communauté internationale pour témoin, ils semblent changer radicalement de méthode ignorant les institutions libyennes et décidés à prendre toutes les décisions qui leur semblent nécessaires, de manière unilatérale.

Tout a commencé le 5 septembre avec un rassemblement devant la représentation des Nations Unies à Tripoli pour faire savoir leur détermination à voir Tamazight reconnue officielle en Libye. Une délégation a été reçue par les fonctionnaires onusiens.

Peu de temps après cette sortie publique, une réunion s’est tenue à Ifran où le Conseil local décide de procéder à l’enseignement de Tamazight dès la rentrée suivante. Quatre jours plus tard, ce sont l’ensemble des Conseils locaux des régions amazighes, notamment At-Willul (Zouara) et Adrar n Infusen qui se réunissent à Lalut (Nalut) et reprennent à leur compte la décision prise à Ifran et décident ainsi de procéder à l’enseignement de la langue amazighe à travers l’ensemble du territoire amazighophone pour la première année du cycle primaire. Les mêmes Conseils ont voté à l’unanimité la prise en charge des dépenses liées à la mise en place de cet enseignement (rémunération des enseignants, leur formation, conception et réalisation des manuels scolaires,...).


Le 5 octobre, une autre réunion des Conseils locaux décide de procéder à l’adoption de tamazight et de l’arabe pour la transcription de l’ensemble des enseignes des bâtiments scolaires et établissements publics (sociétés et services publics,...) ainsi que les panneaux de signalisation routière.

L’ensemble de ces décisions ont été prises de manière unilatérale, et l’avis des autorités "nationales" libyennes n’a été ni sollicité ni attendu. La mise en œuvre ne s’est pas fait attendre. En effet, l’enseignement a été introduit dès la rentrée. La formation des enseignants a été assurée en un temps record : des séances de formation intensive ont été organisées. Le manuel scolaire pour la première année du cycle primaire a été réalisé et distribué dans toutes les écoles début novembre 2012.

Le 6 octobre 2012, une réunion qui s’est tenue à At-Willul (Zouara) le et ayant rassemblé des membres du Congrès général libyen notamment des représentants des régions amazighophones, les présidents des Conseils locaux, les directeurs des bureaux d’enseignement des régions amazighophones ainsi que des représentants d’organisations de la société civile et d’universitaires a porté sur les manuels scolaires et la réalité de l’exclusion et de la falsification des identité et histoire de la Libye. Après un débat assez riche sur la question, il a été décidé d’œuvrer pour la valorisation du fait amazigh dans les villages et les villes amazighes, de mettre les autorités libyennes (Gouvernement et Congrès général) devant leurs responsabilités ; les participants exigent que les responsables de cette falsification soient poursuivis devant les tribunaux. Ils ont mis également en place une commission chargée du suivi des recommandations des participants à la réunion et la mise en place de mécanismes pour leur exécution.

Ainsi, Imazighen de Libye semblent décidés à ne pas accepter et laisser se poursuivre une politique de marginalisation de Tamazight et de son exclusion et encore moins la falsification de l’histoire de la Libye.

Le 16 octobre, une grève à travers toutes les écoles des régions amazighophones a eu lieu pour dénoncer le contenu des manuels d’histoire.

Le 29 décembre 2012 s’est tenue à Ifran (Yefren) une rencontre de l’Union des Forces Nationales pour l’Authenticité, Appartenance et le Développement à laquelle ont pris part des représentants de plusieurs tribus (Houara, Infusen, Zenata, Sanhadja, Lowata, Imuhagh et Qabayel) et ont déclaré publiquement leur détermination à officialiser Tamazight dans la Constitution libyenne. Le message est très clair : il ne s’agit pas d’une revendication ou d’une demande, mais d’une déclaration. Cela signifie simplement que les représentants de ces tribus ne laissent pas le choix aux institutions nationales libyennes quant à l’officialisation de Tamazight qu’ils considèrent comme un droit naturel.

Le dernier jour de l’année 2012 a vu se réunir à Tripoli les représentants de l’ensemble des Conseils locaux des régions amazighophones qui ont décidé de consacrer le 13 janvier, jour de l’an amazigh, jour férié à travers toutes les régions amazighophones. Encore une fois, les représentants des régions amazighophones ne demandent rien aux institutions nationales libyennes mais prennent une décision de manière unilatérale.

L’on ne peut pas dire qu’Imazighen de Libye n’ont pas su se rattraper après un ralentissement que la première partie de l’année a connue. Disons que ce fut, peut-être, juste une période de réflexion et qui leur a permis de bien rebondir et prendre les bonnes résolutions.
Oui, Imazighen de Libye semblent avoir compris qu’ils n’ont rine à demander à ceux-là qui sont hostiles à l’amazighité et qui se voient déjà à la place de leur guide déchu... Imazighen ne semblenet pas vouloir parâitre comme demandant l’aumône sur leur propre Terre !

En attendant, Imazighen ont décidé de s’offrir un grand spectacle de musique amazighe, avec comme invités Takfarinas, Khalid Izri, Bombino et Dania Bensasi à Tripoli le 12 janvier 2013 pour marquer le jour de l’an amazigh.

Et ce n’est là que le début du chemin de la véritable libération... un chemin qui devra être emprunté par l’ensemble des Imazighen en Afrique du Nord !


Masin Ferkal.


Lire également :

- Imazighen de Libye sont-ils décidés à prendre leur destin en main ?

- Berbères de Libye : un paramètre méconnu, une irruption politique inattendue

Articles dans la rubrique :

Actualité
09/12/16
0
Le Centre international des cultures populaires (CICP) abritera une journée de solidarité avec (...)

Lire l'article

02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


10 Messages

  • ils sont efficaces 8 janvier 2013 07:27, par lekabylien
    Ils sont efficaces parce qu’ils n’ont pas beaucoup de temps pour parler. Pour "prendre un coup" comme le font les kabyles au lieu de travailler. Dommage pour la Kabylie, qui est victime de son élite, qui se comportent comme de véritables "arraw lehram" au service de leur ennemi. On le voit, même la femme kabyle est travestie, elle change à vue d’oeil. C’est à croire que les kabyles veulent leur disparition.

    Voir en ligne : la Charte kabyle

    repondre message

    • ils sont efficaces 8 janvier 2013 13:08, par La Mecreante !

      Azul, lekabylien

      -  Dommage pour la Kabylie, qui est victime de son élite,

      cher ami, la Kabylie n’est et ne sera jamais victime de quiconque. Elle est éternelle et personne ne la changera.

      ce sont les kabyles (cons comme la mort) qui rampent et se transforment au fil des psalmodies Médino-Mecquoises pour occuper leurs trois neurones dégénérés 5 fois par 24H.

      Ce ne sont pas les kabylo-khrozbyles qui font la KABYLIE ; la Kabylie se suffit à elle-même.

      Qu’ils (elles) crèvent tous le cul-en-l’air ! La Kabylie reconnaîtra toujours les siens.

      « Et s’il n’en reste q’UNE », je serait celle-là !

      repondre message

      • ils sont efficaces 8 janvier 2013 21:26, par AZRAYEL
        Ulac agdud imzellel, amellal. D tidett d iqerra (imeqqranen) i yezwaren s kennu maca wid mi kkaten wulawen nsen s TEQBAYLIT xas ttwagezmen asen yixfawen nsen mazal-iten bedden !

        repondre message

      • ils sont efficaces 9 janvier 2013 08:58, par lekabylien
        ça fait chaud au coeur d’entendre dire que la Kabylie est éternelle. ça renforce mes convictions, que j’ai du mal à garder quand je vois tout ce que je vois. j’espère que comme tous ceux qui ont colonisé le Berbère, les arabes disparaîtront bientôt.

        repondre message

        • ils sont efficaces 10 janvier 2013 01:53, par La Mecreante !

          Azul le kabylien,

          si ta maison est salopée par l’intrus elle ne reste pas moins ta maison. à toi de virer l’intrus après lui avoir fait bouffer sa merde !

          si des kabyles veulent continuer à se complaire dans leur condition de larve rampante, tant pis pour leur gueule ; ce ne sont plus des kabyles mais des parasites ! et ce n’est pas leur idiotie qui changera la face de Jerjer.

          PS : j’en profite pour corriger ma faute de grammaire :

          « Et s’il n’en reste q’UNE je serais celle-là ! »

          repondre message

      • ils sont efficaces 10 janvier 2013 17:48, par Idir

        Chère Mécréante,

        On peut te trouver souvent"excessive" mais o combien tu as raison.

        Parce que on peut chercher partout dans le monde les peuples se battent toujours pour leur liberté. Il n’y a que deux peuples (je n’en connais pas d’autres)qui se soumettent à la volonté de leurs occupants.

        Les tibétains mais ils n’existent plus. A Lassa il y a plus de chinois que d’autochtones leur pacifisme les a rayé de la carte.

        Les kabyles prétendus "hommes libres". Eux ils sont divisés en deux groupes, les arabisés islamisés jusqu’à la moelle, plus musulmans que les musulmans leurs représentants sont les élites autoproclamées, souvent issues de familles maraboutées. Ce sont les amis de nos ennemis.

        Les autre malheureusement minoritaires, dont l’éveil est récent. Leur combat sera long mais pas utopique et pas impossible. Parce que justement tu l’as dit la Kabylie est éternelle !
        Les juifs de par le monde ont attendu 2000 ans avant de recouvrer leur pays. Ils sont aujourd’hui la première puissance de leur région.

        C’est pourquoi je reste optimiste et comme le dit Rimbaud "Jugurtha reviendra et son peuple renaitra"

        Bonne année la Mécréante et continue de nous instruire de tes commentaires.

        Idir

        repondre message

    • ils sont efficaces 9 janvier 2013 11:32, par AGWZUL

      AZUL,

      a ugma ekkes yir awal "arraw lehram" s tmazight neqqar anegbu inegba.

      Saramegh asen talwit akken ad eblullsen, atfedjidj tamurt n Tmazgha.

      Agwzul

      repondre message

  • Merci Masin 8 janvier 2013 22:25, par Omar
    Merci pour cet article Masin Ferkal. Merci d’exister, merci pour le site Tamazgha. cet article comme beaucoup d’autres que tu as écris nous remontent le moral. mais aussi et surtout, merci aux Imazighen Lybiens d’exister. notre honneur est entrain de renettre de là où on s’attendait le moins. il ne faut pas oublier que Chachnaq l’Amazigh Pharaon était Lybien. c’est peut être tard pour cette année, mais tôt ou tard, j’irai en lybie passer le Yenayer avec mes frères Lybiens.

    repondre message

  • Un tournant dans le combat amazigh en Libye 9 janvier 2013 19:15, par Yessen
    Une seule formule fait survire l’arabe a Tamazgha : Tuer les Amazighs quels qu’ils soient, et ce au nom de leur arnaque religieuse parasite et agonisante depuis 14 sielces et s’accochant a la vie par la mort de l’autre.

    repondre message

    • Un tournant dans le combat amazigh en Libye 10 janvier 2013 18:50, par La Mecreante !

      non non non, Yessen !

      ils ne s’accrochent pas à la vie mais à la promesse du harem de houris !

      leur chemin qui mène au claque est semé d’égorgeries ! même leurs soeurs et leurs mères y passent !

      c’est une bourrique ailée qui leur a dit.

      repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.