Accueil > Satire et humour > Hollande à Alger : discussion privée.
Hollande à Alger : discussion privée.
Une imagination d’Insi...
dimanche 23 décembre 2012
par Masin
Pour des raisons d’ordre personnel, Insi n’a pas pu accompagner le Président français à Alger, mais il a réussi à faire placer, par un intermédiaire, un petit micro sous la semelle de Bouteflika. Après que celui-ci ait embrassé "ventousement" Hollande, braguette ouverte, par le cou et les mains, il l’invite à Djenan el Mitaq, la somptueuse villa aux motifs berbères se situant sur les hauteurs d’Alger, où il a l’habitude de recevoir ses hôtes. Cinq dattes, un verre de lait de chamelle et la discussion commence…



Boutef : Bienvenue chez toi, maître des lieux.

Hollande : Justement, je viens faire l’État des lieux. C’est bientôt la fin de l’année, je viens te renouveler le bail, mais je t’augmenterai un peu le loyer. Tu sais que la maison a changé trois fois de propriétaire. Je suis dans l’obligation de revoir le montant du loyer que mes prédécesseurs Chirac et Sarkozy t’avaient appliqué.

Boutef : Je comprends. Mais comme tu vois, je n’ai rien changé à la maison. Je n’ai rajouté que quelques motifs arabo-islamiques sans grande importance.

Hollande : T’as bien fait. Par contre, le jardin a perdu toutes ses fleurs.

Boutef : C’est vrai. J’avoue que c’est là où je fais paître mes moutons de l’aïd chaque année. Ils ont tout mangé.

Hollande : Je comprends. Tu égorges dans la baignoire aussi ?

Boutef : C’est pour cela que la baignoire est un peu sale. Nous n’avons pas encore nettoyé le sang de la dernière fête.

Hollande : Les toilettes sentent un peu mauvais.

Boutef : Il n’y a pas d’eau.

Hollande : A part cela, les rats que nous vous avons laissés en 1962 dans la cave, comment se portent-ils ?

Boutef : Très bien. Je fais comme on me l’a toujours dit. Ceux qui essayent de monter dans les appartements, je les empoisonne. Mais à mon avis, il faut que tu me changes de produit. Celui que De Gaulle a laissé en 1962 au locataire Ben Bella ne tue plus.

Hollande : T’es un bon locataire, toi !

Boutef : Merci, monsieur.

Hollande : Boubou !

Boutef : Oui, oui, Monsieur, merci !

Hollande : Ne t’inquiète pas. Je t’ai ramené un nouveau produit. Très efficace. Nous l’avons essayé en Tunisie et en Egypte ; il a donné d’étonnants résultats. Il a terrassé tous les rats rebelles.

Boutef : C’est un produit hallal ?

Hollande : Tous nos poisons sont hallal.

Boutef : Les rats sont imprévisibles. Dès que j’éteins la lumière la nuit, il y en qui envahissent mon lit. Ils ne me laissent pas dormir. Mon ami Benyounes a essayé de les éradiquer, mais il n’a pas réussi. Ils sont plus malins que lui. Hier, monsieur Laskri a essayé son dernier produit de marque "coalition arithmétique" : idem, ça n’a rien donné.

Hollande : Tu sais, avant 1962 il y avait dans cette maison des rats, mais nous les avons bien maîtrisés grâce à de gros chats. Un produit naturel !

Boutef : Il paraît qu’ils les torturaient ?

Hollande : Parfois. D’ailleurs je compte leur demander des excuses.

Boutef : Non, monsieur. Parce que nos chats aussi les torturent. Il ne faut pas commettre cette erreur.

Hollande : Tu as des chats toi aussi ?

Boutef : Oui, des descendants de vos chats. Nous en avons même de très gros. Quand un chat attrape un rat, il joue avec, le torture, puis il le tue. De plus, il ne le mange pas. Comme nos chats mangent à tous les râteliers ; ils se contentent de tuer.

Hollande : Ils sont de vrais chasseurs, tes chats.

Boutef : Ils adorent le sang. De plus, nos chats sont de véritables croyants, ils font même la prière.

Hollande : Sans blague ?

Boutef : Oui. Ils font d’abord leurs ablutions, puis...

Hollande : Est-ce qu’on peut voir tes rats ?

Boutef : Si tu veux. Mais moi, ils ne m’aiment pas trop. Il y en a qui essayent de me mordre quand je descends dans la cave pour leur donner du poison.

Hollande : Ah bon ?

Boutef : Oui, oui, Monsieur, merci Monsieur.

Hollande : T’aurais dû m’écrire sur Facebook, je t’aurais tout de suite dit ce qu’il convient de faire.

Boutef et Hollande descendent dans la cave.

Hollande : Tes rats vivent dans des conditions lamentables.

Boutef : Tu crois ?

Hollande : Il faut respecter la charte des droits de l’homme des rats.

Boutef : Mais je la respecte. Pour les tuer, je n’utilise que des produits conventionnels. Jamais de mort-à-rats chimique par exemple.

Hollande : Ne fais pas ça. Les écologistes de mon gouvernement ont un œil sur toi.

Boutef : Qui ?

Hollande : Des gens qui défendent les rats et les arbres.

Boutef : Même les arbres ?

Hollande : Même les arbres. Ecoute, pour faire sortir tes rats de leurs trous, tu peux parfois mettre le feu à leurs habitations, mais discrètement. Puis tu ouvre des agences d’assurance contre le feu, tu gagneras beaucoup d’argent. Tous les rats vont souscrire à une assurance-feu.

Boutef : Je compte bien les loger dans ma nouvelle mosquée… tu sais, celle que je suis entrain de construire.

Hollande : C’est une bonne idée. Comme ça, tu les confieras à Allah.

Boutef : Une très bonne idée.

Hollande regarde la foule de rats qui s’agitent, crient, se bousculent...

Hollande : Oh la, y en a des gros !

Boutef : Ce sont des toubas. C’est avec eux que je travaille. Ils me dénoncent tous les rats rebelles. Ils sont mes yeux et mes oreilles.

Hollande : C’est les rats du parti !

Boutef : Et d’ego !

Ils ressortent de la cave

Hollande : Et le puits d’eau noir que nous avons laissé derrière la maison, il y est toujours ?

Boutef : Toujours. Tu veux le vider ?

Hollande : Pas tout de suite. Par contre, pourrais-tu me préparer quelques litres ?

Boutef : Je voudrais te poser une question… oui oui monsieur, merci !

Hollande : Oui.

Boutef : Un ami m’a dit que ce n’est pas de l’eau qu’il y a dans le puits mais plutôt du pétrole.

Hollande : Comment s’appelle ton ami ?

Boutef : Il s’appelle Chavez.

Hollande : Il ne faut surtout pas le croire. Chavez est complétement malade. Remarque vous êtes tous malades.

Boutef : Comment ?

Hollande : J’ai dit que toi tu nous enterreras tous.

Boutef : Merci, Monsieur, merci !

Hollande : C’est juste de l’eau sale. On en achète partout où il y en a d’une telle qualité, on la recycle puis on la revend.

Boutef : Pour qui ?

Hollande : Pour toi et tes semblables.

Boutef : C’est vrai ?

Hollande : En fait, le chargeur que je t’ai envoyé marche toujours ?

Boutef : Ça va. Là, tes amis m’ont bien chargé les batteries. Ils m’ont programmé pour trois jours sans sommeil. Regarde ! Je peux même courir... (Et il court un peu devant Hollande.)

Hollande : Excellent ! Si tu veux t’y abonner, adresse-toi à mes hommes d’affaires.

Boutef : Ca coûte cher ?

Hollande : Cela dépend de la formule que tu choisiras. Je pense que le kit deux ans avec chargeur te conviendrait parfaitement !

Boutef : Avec une nouvelle pile ?

Hollande : On peut toujours faire un geste commercial, parce que tu es un bon client.

Boutef : Est-ce que c’est remboursé par la sécurité sociale ?

Hollande : Tiers-monde… pardon, tiers payant.

Boutef : Moi, j’ai la CMU

Hollande : Maintenant, il te faut une mutuelle.

Boutef : C’est à dire ?

Hollande : Que ton patron doit payer des charges en plus pour que tu puisses bénéficier d’une mutuelle.

Boutef : Pour ?

Hollande : Pour que tu puisses te soigner gratuitement en France.

Boutef : Mais c’est toi mon patron.

Hollande : Oui, mais Chirac ne t’a pas fait signer de CDI. Il t’a fait signer seulement un CDD que tu as renouvelé avec Sarkozy.

Boutef : Et toi, tu ne peux pas me faire signer un CDI ?

Hollande : Il faut d’abord que je fasse voter le contrat de génération. A partir de là, on verra.

Boutef : Si tu veux je t’organiserai le vote à l’Assemblée ?

Hollande : Mon assemblée ?

Boutef : Oui.

Hollande (souriant) : Non, non, monsieur, merci !

Boutef trébuche et tombe par terre. Hollande aperçoit le micro que l’intermédiaire d’Insi a placé sous la semelle de la chaussure de Boutef. Il le prend, l’écrase et Insi perd le fil de la discussion.

Articles dans la rubrique :

Satire et humour
23/05/13
2
Insi rend visite à Laurent Fabius, ministre français des affaires étrangères. Celui-ci le reçoit (...)

Lire l'article

19/05/13
9
Insi a rendu visite à Boutef à l’hôpital du Val-de-Grâce. Mort, mais heureux de continuer de (...)

Lire l'article

20/04/13
18
A sa sortie de chez Boutef, Insi se rend chez Toufik, le patron des services. Il le trouve au (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


7 Messages

  • Hollande à Alger : discussion privée. 23 décembre 2012 21:24, par Aziz
    Et la Kabylie ? Elle ne figure pas dans cet entretien ?

    repondre message

    • Hollande à Alger : discussion privée. 24 décembre 2012 06:50, par La Mecreante !

      @Aziz

      Les kabyles ? mais il n’est question que de ça !

      tu ne comprends donc pas les sous-entendus de ces deux salopes-iZlamo-égorgeuses !?...

      Qui veux-tu que torturent les khrozbyles de merde (Benyouyou-FFis-enculés-du-DRS) ?

      qui sont, à ton avis, chez l’arabo-ângérie-iZlamo-égorgeuse "les rats, les sangliers, les singes, et autres imbécillités de leurs trois neurones mecquois ?

      réveille-toi ! lol !

      Le lèche-cul de Boutef n’a plus qu’à lui rendre la politesse en l’invitant en grande pompe dans le 9-3. Boutef y sera chez lui, comme flamby est chez lui dans la kasbah ângérienne.

      Sauf que, ni l’un ni l’autre n’ont pas eu les couilles d’aller se promener au pays des kabyles ! On aurait bien rigolé !!!

      repondre message

      • Hollande à Alger : discussion privée. 24 décembre 2012 13:30, par jonas igh
        c’est ce que je me suis dit, s’ils auraient eu l’audace de venir en Kabylie, et laisser les gens s’exprimer en toute liberté tout en respectant leurs protocole de sécurité, ils vont voir la vrais Algérie a quoi elle ressemble si c’est a cette Alger blanchit ou les gens hissent les deux drapeaux algérien et français. les français sont nos amis mais pas le gouvernement et les coulissent du systèmes français, car notre idéologie du peuple kabyle est proche de l’idéologie du peuple français et on s’aime, mais leurs systèmes et leurs renseignement c’est de la merde pour nous, et sont contre nous

        repondre message

        • Hollande à Alger : discussion privée. 25 décembre 2012 09:08, par La Mecreante !

          hello Jonas !

          la Kabylie de nos amours, celle de mes parents, avec zéro zaraberie dans la contrée, n’en a rien à foutre des uns et des autres.

          cette Kabylie-là n’a jamais "pesé ou mesuré" qui est digne de "son amour". Elle n’aime qu’elle, ses enfants et son territoire.

          le passant étranger trouve toujours chez elle de quoi étancher sa soif ou apaiser sa faim mais il doit aussitôt passer son chemin !

          Rien à voir donc avec ces deux salopes qui fomentent contre elle (parce qu’elles en crèvent de peur !) et se pavanent devant les caméras en se roulant des pelles à la face du monde.

          Notre Kabylie à nous ne s’en torche même pas !

          Il faut juste prendre les "benyouyou" par la peau du cou et leur écraser le nez dans leur caca-zarabe !

          tout le reste n’est que zaraberie à deux balles qui pue la putasserie généralisée.

          repondre message

  • Hollande à Alger : discussion privée. 29 décembre 2012 18:51, par anagh
    le silence de l’azawd est inquietant,sur les accords d’alger.

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.