Accueil > Satire et humour > Le Serpent Géant
Le Serpent Géant
Entretien imaginé par Insi
mardi 15 janvier 2013
par Masin
Insi s’est rendu dans la forêt d’Yakourène, où il a rencontré le Serpent Géant. Celui-ci vit dans le lieu-dit. Comme un dragon, quand il souffle, il crache du feu. Comme un boa constrictor, il s’enroule autour de sa victime et l’étouffe à petit feu avant de l’avaler. Ce serpent a élu domicile en Kabylie depuis quinze siècles. Il reçoit Insi dans sa grotte et voilà l’entretien qu’il lui a accordé.



Insi : Bonjour, monsieur le Serpent.

Le S. G : Salam, salam.

Insi : Comment vas-tu ?

Le S. G : Je vais bien. Il y a tout ce qu’il faut dans la forêt d’Yakourène. Il y a beaucoup de proies dans la région, sans oublier la fontaine fraîche. Un véritable paradis : il ressemble à celui décrit dans le Coran.

Insi : Il y a beaucoup de sangliers dans la forêt ?

Le S. G : Il y a beaucoup de sangliers dans la forêt, mais ma religion m’interdit de les toucher. Ceux-là, je les tue avec le feu en brûlant la forêt.

Insi : Comment fais-tu en hiver ?

Le S. G : L’hiver est très rude ici, surtout quand il neige. Là, je m’enterre comme tous les animaux au sang-froid. De plus, moi je suis né dans une région très chaude.

Insi : Où ?

Le S. G : Je viens d’Arabie. Je suis né dans le désert. Au départ, j’étais un serpent des sables, puis on m’a ramené ici dans les montagnes.

Insi : Apparemment tu t’es bien acclimaté ?

Le S. G : Tu sais, après quinze siècles, on finit bien par s’adapter. Maintenant je fais partie du décor et du patrimoine.

Insi : Tu n’as pas de prédateurs ici dans la forêt ?

Le S. G : Au départ, c’était dur. Il y avait un ogre et une ogresse dans les parages. Ils ne me laissaient même pas sortir de ma grotte pour me lézarder au soleil.

Insi : Ils sont partis où ?

Le S. G : Un jour, j’ai regroupé les animaux de la forêt autour de moi, et nous les avons chassés. Où sont-ils maintenant ? Je ne saurai te le dire.

Insi : Ils sont dans les contes.

Le S. G : Où ?

Insi : Rien.

Le S. G : Toute cette forêt m’appartient, tous ces animaux sont mes proies.

Insi : Tu parles des animaux qui t’ont aidé à prendre le pouvoir ?

Le S. G : Oui.

Insi : Tu les manges ?

Le S. G : Je ne les mange pas, je les avale.

Insi : ....

Le S. G : Tu sais, les animaux de proie font toujours la même erreur : ils aiment changer de prédateur ; ils pensent toujours que le nouveau arrivé est moins pire que l’ancien.

Insi : Et ils appellent cela l’avènement de la lumière !

Le S. G : Ou le changement !

Insi : Aussi…

Le S. G : Enfin, je les ai convaincu d’une chose : que finir dans mon ventre, ils y trouveront des rivières de beurre et de miel.

Insi : Pas mal, l’astuce !

Le S. G : Je fais ce que je peux. Tant qu’ils croient... comme dirait l’autre "Pourvu que ça dure !"

Insi : T’as des problèmes avec certains animaux ?

Le S. G : Les singes. Ceux-là sont durs à avaler.

Insi : Ils ne t’aiment pas ?

Le S. G : Je m’entends bien avec les vieux. Le problème vient de certains jeunes. Il y en a parmi eux qui veulent changer de monstres, puis d’autres veulent me domestiquer. Les premiers se liguent parfois, viennent à plusieurs pour lancer des pierres dans ma grotte.

Insi : Et que fais-tu dans ce cas-là ?

Le S. G : Je réponds en crachant du feu, et je mange les moins calcinés. Une année, j’ai mangé plus d’une centaine. En ce moment, c’est la crise, il m’arrive rarement d’en attraper. Quoi que la semaine dernière, j’ai avalé deux d’un coup.

Insi : Ils ont bonne chair les jeunes singes ?

Le S. G : Très tendre.

Insi : Comment as-tu réussi à les attraper ?

Le S. G : Ce n’était pas difficile. Je les ai trouvés endormis à côté de la fontaine fraîche et je les ai cueillis comme des figues mûres. Cela dit, je n’attaque que les singes rebelles, car les dociles, ceux-là mêmes qui croient qu’il existe des fleuves de beurre et de miel dans mon ventre, quand je les croise, je me contente de les regarder dans les yeux en ouvrant la bouche ; ils y entrent hypnotisés comme de vulgaires crapeaux.

Insi : Tu n’as pas peur que les singes rebelles te tuent un jour ?

Le S. G : Non, pas vraiment. Les singes rebelles ne cherchent qu’une chose en réalité, que je les laisse vivre tranquillement dans la forêt. Quand ils se rebellent, j’entends les singes adultes, qui se disent savants et non violents, leur conseiller de viser uniquement la queue. Quand j’entends ces singes savants, je me sens rassuré. Ces singes adultes pacifiques, je dirais même pacifistes, ne souhaitent pas ma mort. D’ailleurs, l’année où j’ai mangé plus d’une centaine, ils ont réussi à me couper la queue, mais elle a repoussé vite. Tu vois, les singes ne veulent pas me tuer, ils veulent juste me couper la queue.

Insi : Et pourtant il y a un proverbe kabyle qui dit : "Le serpent, il faut le frapper à la tête !"

Le S. G : Dans mon cas, ils me frappent à la queue.

Insi : Pourquoi à ton avis ?

Le S. G : Je ne suis pas n’importe quel serpent. Je suis Lhadj Serpent.

Insi : Et comment fais-tu quand tu n’arrives pas à attraper un singe qui te nargue ?

Le S. G : Généralement ceux-là le font du haut de leurs arbres. Dans ce cas, je mets le feu à la forêt.

Insi : C’est donc toi qui brûle nos forêts chaque été ?

Le S. G : Oui, dans le but de retrouver mon climat naturel. N’oublie pas que je suis né dans le désert d’Arabie. Il faut que je fasse de cette région un désert pour que je puisse vivre sur cette terre en paix et éternellement.

Insi : Tu n’aimes pas les arbres ?

Le S. G : Les arbres risquent d’attirer d’autres prédateurs. Je veux rester le seigneur des lieux.

Insi : Y a-t-il un animal dont tu as peur ?

Le S. G : Pour le moment non. Mais une rumeur court dans la forêt que l’ogre et l’ogresse ne sont pas loin de la lisière.

Insi : Tu appréhendes leur retour ?

Le S. G : J’ai encore de mon côté la majorité des animaux qui les détestent et qui croient qu’il y a vraiment des fleuves de beurre et de miel dans mon ventre, mais si un jour ils se rendent compte que ce n’est pas vrai, c’est sûr qu’ils feront appel à leurs monstres en l’exil.
Insi : Ce jour-là tu quitteras les lieux ?

Le S. G : Tout dépend des animaux de la forêt. Si mes proies dociles perdent la guerre, je serais sûrement tué. Dans le cas où les singes rebelles mettent la main sur moi, je finirai sûrement danseur sur les marchés.

Insi : Mais tu auras la vie sauve…

Le S. G : Plutôt mourir que de finir comme mon cousin de Grenade.

Insi : Qu’est-il arrivé à ton cousin de Grenade ?

Le S. G : Il fait la danse du ventre devant le roi du Maroc, le commandeur des croyants.

Insi : Et pourtant c’est ce qui t’attend !

Le S. G : Je sais. Mais d’ici là, je compte profiter de la naïveté des animaux de cette forêt.

Insi : Elle est belle ta grotte !

Le S. G : C’était celle de l’ogre, je l’ai récupérée après son exil forcé.

Insi : Profites-en avant son retour.

Le S. G : J’y compte bien.

Il est midi et le soleil atteint le seuil de la grotte. Le Serpent Géant s’excuse auprès d’Insi. Il est temps pour lui de sortir de son trou pour lézarder sur les rochers. Insi quitte le Serpent en lui souhaitant bonne sieste.

Articles dans la rubrique :

Satire et humour
23/05/13
2
Insi rend visite à Laurent Fabius, ministre français des affaires étrangères. Celui-ci le reçoit (...)

Lire l'article

19/05/13
9
Insi a rendu visite à Boutef à l’hôpital du Val-de-Grâce. Mort, mais heureux de continuer de (...)

Lire l'article

20/04/13
18
A sa sortie de chez Boutef, Insi se rend chez Toufik, le patron des services. Il le trouve au (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


3 Messages

  • Le Serpent Géant 16 janvier 2013 02:44, par Lwennas
    Jstama, imuqranen agi yeddarayen tasga seg asmi id nlul qqarenagh d "Ewtet azrem gher tjehnitt"ihi dayemmi si zzik n zzik nekkat tazmert ulac.Acu akka tura ihi imezyanen agi isihedren iw seggas nni anda inghan ugar n meyya ahat ad nedhen ad sefden deg wemnar gher daxel syen azrem agi ad yefru ccughlis asenni ad nini "akken yebghu yighzif yid du leqrar ad yali wass"

    repondre message

  • Le Serpent Géant 16 janvier 2013 04:30, par La Mecreante !
    un vrai zermemouche, cet infâme rampant ! Même pas foutu de leur bouloter un pied et une main ! Pfffff !

    repondre message

  • Le Serpent Géant 15 mai 01:42, par didine
    le seul conseille que je peux donner aux jeune singes pour tuer un serpent il faut lui couper la tète et de lui colle-mater sa grotte

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.