Accueil > Actualité > Imider : quatre ans de lutte et de résistance...
Imider : quatre ans de lutte et de résistance...
dimanche 2 août 2015
par Masin
Face au mépris des autorités de la monarchie marocaine, les citoyens des sept villages d’Imider, par la voie du Mouvement sur la Voie de 96 [1], interpellent la communauté internationale, les organisations de défense des droits de l’Homme et toutes celles et tous ceux épris de justice et soucieux du respect du droit des populations à jouir de leurs richesses et de leur Terre, afin que cette injustice imposée par la monarchie marocaine cesse.

En effet, c’est depuis le 1er août 2011 qu’une mobilisation d’envergure s’est mise en place avec des rassemblements et des assemblées générales qui ont abouti, le 20 août 2011, à la mise en place d’un sit-in ouvert sur le Mont Alebban où les populations des sept villages d’Imider ont dressé leurs tentes et occupent les lieux en permanence pour dénoncer la spoliation dont ils sont victimes [2].
Pour trouver une solution au litige qui les oppose à la SMI [3], un holding appartenant à M6, le chef de la monarchie alaouite qui occupe Tamazgha occidentale, les villageois ont tenté à plusieurs reprises des négociations qui ont, à chaque fois, été sabotées par les autorités qui, lorsque leur tentatives de corruption n’aboutissent pas, usent de la violence. C’est ainsi que plusieurs militants se sont retrouvés arbitrairement en prison. Décidemment, les autorités coloniales [4] marocaines comptent beaucoup sur l’épuisement du mouvement de mobilisation d’Imider, un mouvement que ces autorités tentent d’isoler. Il est d’ailleurs anormal que les différentes associations de Tamazgha occidentale, qu’elles soient des associations amazighes ou des organisations de défense de droits de l’homme, soient silencieuses à ce point [5]. Leur silence et leur inaction pousse à se poser des questions quant à la réalité de leur indépendance de la monarchie marocaine !
A Tamazgha occidentale, et même au-delà, une grande mobilisation devra se mettre en place pour soutenir et accompagner le mouvement d’Imider. Il est irresponsable, et voir lâche, de laisser ces villageois, qui ont tenu déjà quatre ans, livrés à eux-mêmes face à un régime aussi raciste et violent que le régime marocain.

Au-delà de l’hommage qu’ils méritent pour leurs ténacité et détermination, les habitants des villages d’Imider ont besoin de soutien concret et d’appui pour que leur combat puisse aboutir. Ces citoyens qui sont entrain de montrer l’exemple et la voie à l’ensemble des Amazighs qui sont spoliés de leurs biens et leur Terre, méritent d’être soutenus et que partout s’organisent de telles mobilisations pour se débarrasser des différents colonialismes qui sont entrain de piller Tamazgha et œuvrer pour la destruction de l’Amazighité de l’Afrique du nord. En réalité, l’initiative des villageois d’Imider n’est rien qu’une forme de désobéissance civile qui ne dit pas son nom. Et c’est cette désobéissance civile qui doit être adoptée comme moyen de lutte à travers l’ensemble de Tamazgha, car seule voie pacifique qui peut enclencher un mouvement de libération nationale si nécessaire pour rendre aux Amazighs qui tiennent à leur amazighité leur dignité et débarrasser Tamazgha du fléau qui la ronge et qui la menace.

Masin Ferkal.



-  Lire au sujet du Mouvement sur la Voie de 96 :

- Une article paru dans Le Monde Afrique, du 17 février 2015
- Imider : une mobilisation sans précédent
- La monarchier marocaine use de l’arbitraire à Imider
- L’injustice se poursuit à Imider
- Imider : jugez la SMI, libérez les détenus
- Imider : même les enfants se mobilisent !
- Alebban est une colonie de vacances !
- Maroc : la monarchie de la repression !

Notes

[1Le Mouvement sur la voie de 96 est la structure que les citoyens d’Imider ont mis en place pour organiser, coordonner leur action et les représenter.

[2La région a connu deux autres mouvements de mobilisation : en 1986 et en 1996. celui de 1996 a particulièrement marqué la région, d’où d’ailleurs le nom de "Mouvement sur la voie de 96" qui est une manière de dire que c’est le combat de 1996 que la population compte poursuivre.

[3SMI : Société métallurgique d’Imider. C’est une société anonyme (S. A.), filiale du holding Managem. Elle exploite et traite le gisement argentifère d’Imider. La mine d’Imider se situe à 150 km à l’est de Ouarzazate et à 30 km de Tinghir sur la rive nord d’Adrar n Saghrou. Il est situé à 1500 m d’altitude. La SMI s’est donc appropriée cette ressource naturelle qui est un bien commun qui doit bénéficier aux populations locales qui sont les propriétaires de la Terre où se trouve la mine. Les habitants de la région se sont trouvés ainsi spoliés de leurs biens d’autant plus que les revenus de l’exploitation de la mine profitent uniquement à l’enrichissement du propriétaire de la société. Les populations d’Imider récupère toute la pollution provoquée par cette exploitation et voit ses ressources en eau s’appauvrir et ses terres contaminées par les rejets de cette mine. Bien entendu, la région ne bénéficie d’aucun développement et est laissée dans la pauvreté et la misère.

[4Lorsque j’utilise le terme "colonial" je pèse bien mes mots. Ce qui se passe à Imider montre bien que nous avons à faire à un régime colonial puisqu’il pratique la spoliation. Cette spoliation est pratiquée dans plusieurs autres endroits où la monarchie alaouite a instauré son pouvoir. Par ailleurs, le chef de cette monarchie, pour légitimer son règne, prétend être descendant de la famille de Mahomet que les Musulmans considèrent comme prophète. Cette affirmation à elle seule, si on l’accorde à ces tenants de la monarchie, confirme le caractère colonial de la monarchie puisqu’il s’agit bien d’étrangers à l’Afrique du nord qui exercent le pouvoir sur des Nords africains et, de plus, ils les spolient…

[5Quelques actions ont été menées, mais elles restent très timides et sont inefficaces.

Articles dans la rubrique :

Actualité
09/12/16
0
Le Centre international des cultures populaires (CICP) abritera une journée de solidarité avec (...)

Lire l'article

02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.