Accueil > Actualité > L’Etat algérien plus que jamais raciste et barbare...
L'Etat algérien plus que jamais raciste et barbare...
La situation dans la vallée d’At Mzab ne cesse de se dégrader. Le racisme et la barbarie qui frappent les Mozabites prennent de plus en plus de l’ampleur.
vendredi 24 janvier 2014
par Masin
Le 19 janvier 2014, des policiers algériens avaient arrêté Hadj Saïd Khaled, alors qu’il était allongé à moitié conscient par terre. Les policiers l’ont passé à tabac en public. Alors qu’il était sans défense, une meute de policiers s’est acharnée sur lui avec des coups de pieds et des coups de matraque. Les images (voir vidéo) témoignent de la barbarie des policiers algériens.



Scènes de passage à tabac d’un citoyen mozabite par la police algérienne à Tagherdayt (Ghardaïa)


La communauté mozabite est soumise à un calvaire interminable et ce depuis plusieurs mois. Le scénario est toujours le même : appuyées, et parfois accompagnées, par les policiers et les gendarmes algériens, des hordes de voyous viennent des quartiers des châambas (arabophones) et organisent des expéditions punitives dans les quartiers des Mozabites. Des dégâts matériels considérables ont été enregistrés chez mozabites. Lorsqu’elles ont lieu, les interventions des forces de répression algériennes visent systématiquement les victimes, autrement dit les Mozabites.

Les évènements ont pris un tournant dramatique le dimanche 19 janvier lorsque Kebaïli Belhadj, un mozabite, âgé de trente-neuf ans et père de trois enfants, fut assassiné de coups de sabre par une bande de barbares venus des quartiers châambas. Aucun des agresseurs meurtriers n’a été arrêté par la police algérienne.

Hadj Saïd Khaled



Hadj Saïd Khaled, un Mozabite âgé de 35 ans, père de deux enfants, a été victime d’une agression sauvage, le 19 janvier 2014, par des bandes de voyous venus des quartiers arabes de Ghardaïa. Ils l’ont frappé par les bâtons, des pierres et autres armes blanches avant de l’abandonner dans la rue à peine conscient. Et voilà que des policiers algériens arrivent et prennent le relais et s’acharnent sur la victime : ils se sont mis à le tabasser alors qu’il a perdu connaissance ! Les bandes de voyous se sont dirigées vers sa maison qu’ils ont pillée puis incendiée sans avoir à être inquiétés.
Hospitalisé dans un état comateux, Hadj Saïd Khaled a succombé à ses blessures, après quatre jours de surveillance médicale, le jeudi 23 janvier 2014.

Selon le militant des droits de l’Homme, Kameldine Fekhar, la police et la gendarmerie algériennes à Tagherdayt ont arrêté des dizaines de jeune mozabites un peu partout dans les hôpitaux, dans les voies publiques et même dans leurs quartiers. Ces jeunes sont torturés dans les commissariats et la police les obligerait à signer des procès-verbaux dans lesquels ils reconnaissent être responsables de faits dont ils ne sont pas responsables, et ceux qui refusent sont présentés devant les tribunaux avec des chefs d’inculpation à même de les incarcérer. Une méthode chère à la police politique algérienne.

En effet, les Mozabites font face à une véritable guerre qui les menace dans leur existence même. La Communauté internationale pourra-t-elle aller à leur secours ? Une mobilisation des Amazighs voisins du Mzab est-elle envisageable ? A moins que les Amazighs et la Communauté internationale décident d’assister indifférents à ce qui s’apparente ni plus ni moins à une épuration ethnique ?

La Rédaction

- Lire également :

- Amazighs de Kabylie et de la Vallée du Mzab, cibles de la même conjuration du Pouvoir algérien

- L’Etat algérien organise-t-il un ethnocide dans le Mzab ?

- La chasse aux Mozabites continue...

- Le Mzab, cible du pouvoir algérien...

- Quelques vérités sur les évènements de la Vallée du Mzab

- Les Mozabites victimes du racisme du régime algérien...

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


6 Messages

  • Mais, dans l’Etat algérien il y’a des Kabyles à tous les nieveaux, les échelons, les échelles, partout. Dans le DRS surtout, l’Armée de l’AIr, les Forces spéciales, l’Etat-major, le Commissariat politique de l’Armée, les Directeurs centraux au Ministère de la Défense, et de la Police politique (SM, puis DRS), les Généraux ultras, les plus extrémistes, les tenants de la ligne dure, dits éradicateurs, Mediene, Djebbar, Marouf, S. Lamari Haddad, (dcd en 2007), Ouadah, etc., etc. Et naguère : Merbah, Saidi ( tué par le DRS), Ait Mesbah, Kaouane, Vespa, Dakhmouche, etc. De meme dans le système d’arabisation : académies, enseignement, éditions, presse. Dans les organes de propagande : TV, radios, journaux, revues, Blogues, Sites.....

    Vous dite " pouvoir raciste ", pour ne pas dire " pouvoir militaire, dictatorial ", et dont la réalité du pouvoir revient au DRS....plein de Kabyles !

    Il est vrai, "l’agitation culturaliste ", identitaliste, n’a rien à voir avec " l’opposition politique ", c’est plutôt aux antipodes, le contraire meme, puisque les culturalistes sont( pour la plupart) les " alliés du Régime militaire " ! Instrumentalisés par le DRS, nous connaissons bon nombre....Grave !

    repondre message

  • L’Etat algérien plus que jamais raciste et barbare... 2 février 2014 22:57, par win n’ tura

    Terrorisme d’état

    Le terrorisme d’État consiste en l’exercice illégitime par l’État de son monopole de la violence à partir du moment où cette violence est d’une part en contradiction avec le contrat décrit par Thomas Hobbes selon lequel l’individu accepte d’abdiquer une partie de sa liberté en échange de la protection de l’État
    Le terrorisme d’État est à l’origine une variante du terrorisme. Or la notion même de « terrorisme » est issue de l’histoire révolutionnaire française et du régime de la Terreur. Comme le remarque Jean-François Gayraud2, il y eut une expérience concrète avant qu’apparaisse le terme. Selon ses mots, il s’agit « d’une vaste machine politique » qui a organisé des assassinats et des exécutions, soutenue par le pouvoir judiciaire puisque le pouvoir politique avait voté des lois d’exception
    L’essayiste Webster G. Tarpley définit ainsi le terrorisme d’État moderne : « [il est] le moyen par lequel les oligarchies mènent contre les peuples une guerre clandestine qu’il serait politiquement impossible de mener ouvertement » L’EXEMPLE DE LA KABYLIE ET DU M ZAB sont édifiants !!!!!
    John Rawlings Rees (1890-1969), psychiatre et directeur du Tavistock Institute of Medical Psychology à Londres en 1932, a développé une théorie de contrôle psychologique des masses fondée sur la formation délibérée de névroses. Selon lui, il était possible d’imposer à une population adulte un état émotionnel comparable à celui d’enfants névrosés.COMME EN KABYLIE
    Amnesty International signale qu’en 2003, dans 132 pays la torture a été pratiquée par des membres des forces de sécurité, de la police ou d’autres agents de l’État.

    Assassinats

    Les assassinats ou meurtres politiques ont lieu quand des agents de l’État tuent des citoyens jugés comme des menaces, ou pour intimider des communautés. Ils peuvent être réalisés par des militaires, les services de renseignement, les forces de polices ou des milices paramilitaires (type « escadrons de la mort »). Dans ce dernier cas, il peut y avoir des liens étroits entre eux et les forces officielles, avec des participations communes et/ou une absence de poursuites.
    Ces escadrons de la mort, agissant dans un cadre national, attaquent souvent les faibles (socialement), les minorités religieuses ou ethniques, ou les citoyens désignés comme subversifs. Leurs cibles incluent typiquemen , les leaders de syndicats, les peuples indigènes ET AUTOCHTONES, les religieux, les activistes, les journalistes et les universitaires. Ces escadrons protègent généralement leurs donneurs d’ordre par l’illusion d’une criminalité spontanée. Souvent, les corps sont dissimulés, augmentant la détresse des familles et des communautés. Ces cas sont connus sous le nom de « disparitions forcées »
    Le « Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires » de l’ONU a été créé en 1980 pour enquêter sur le phénomène global des disparitions inexpliquées.

    L’élimination d’opposants politiques, s’ils se déroulent à l’étranger, est en règle générale organisée, directement ou indirectement, par les services secrets de l’État incriminé.
    Georgi Markov, dissident bulgare, auteur de romans et de pièces de théâtre a été assassiné en 1978 par les services secrets bulgares à l’aide du parapluie bulgare. Mameri,Mekbel, ,Djaout,Matoub,Meziane m’heni.......qui les a assassinés ?

    repondre message

    • L’Etat algérien plus que jamais raciste et barbare... 7 février 2014 10:06, par La Mecreante !

      - « Mameri,Mekbel, ,Djaout,Matoub,Meziane m’heni.......qui les a assassinés ? »

      bien que tout le monde le sache, ceci est un autre discours. Il n’intéresse plus personne.

      La question du jour est de savoir qui veut être LIBRE (mécréants) et qui choisit d’être ESCLAVE (mahométans).

      La vie est aussi simple que ça !

      C’est mon chien, mon chat et mon cochon qui me l’ont dit ! et ils ont bien raison !

      repondre message

      • L’Etat algérien plus que jamais raciste et barbare... 9 février 2014 12:21, par Ait Amar

        L’énonciation qui en découle de vos propos indique que vous savez bien qui a tué Mammeri, Djout, Mekbel et Matoub, et il fallait le dire.....Le Terrorisme d’Etat pratiqué en permanence par la SM-DRS(néo-MALG) depuis 1957 est très généralement escamoté et tu dans les rangs amazighistes, généralement acquis au camp " éradicateur " incarné par l’aile dure du Régime militaires, celle des Généraux faucons et ultras, que représentent les Maitres gestapistes du DRS, lesquels ont crée le Terrorisme islamiste, des Groupes islamiques...de l’armée, des partis-officines, des organes de propagande (journaux, tv, radios, sites et blogues), des Escadrons de la mort, des Milices, des Groupes barbouzards dit d’auto-défense et autres Syndicats du crimes, bref !

        Justement, l’un des problèmes principaux de certains autoproclamé amazighistes, berbéristes, autonomistes ou indépendantistes est la question de l’absence de crédibilité, la crédibilité qui est une question fondamentale dans l’action politique, le ciment même. Car sans crédibilité, il n’y’a pas de légitimité, ce moteur nécessaire et impératif à la percée politique. Bref. C’est que malheureusement, le mouvement amazighiste a toujours été infiltré et noyauté par les Services algériens, mais aussi les Services français, et bon nombre d’agitateurs et activistes mis au devant de la scène, roulent pour ces Officines criminelles et mafieuses qui ne font que dévoyer et saper notre causse, juste et légitime....Les Services les sponsorisent et les propulsent au devant de la scène, pour diriger, orienter et donner la direction voulue et décidée et concoctée dans les labos’, et donc appliquer les directives et les attributions pour lesquelles ils sont missionnés....pour nuire, désorganiser, saboter et saper !

        Militant amazighiste, depuis la prime jeunesse, dans les années 70 déjà, dès le collège, arrêté plusieurs fois par la Sécurité militaire, la Gendarmerie, la Police, je connais bien ce problème, et malheureusement ça continue encore et toujours, ça s’empire même....et c’est bien ce qui met un frein à l’avancée de notre cause. Quand des partis, des journaux, des blogues, des autoproclamés écrivains, poètes, journalistes, intellos et autres mégalomanes roulent pour les services ça ne peut que nuire et freiner l’élan des vrais militants......

        repondre message

  • L’Etat algérien plus que jamais raciste et barbare... 10 février 2014 21:58, par Anonyme

    REGIME DE NATURE MILITAIRE, pas éthnique ou régional.

    Nous avons affaire à Pouvoir dictatorial de nature " militaire et clanique ". Pas ethnique ou régional. Le tenants du discours culturaliste et identitariste le qualifie de régional, arabo-islamiste, raciste pour ne pas dire la " vraie nature ", et donc fuir la vérité, car tout simplement ces " agitateurs extrémistes " sont pour la plupart d’entre eux des valets et serviteurs zélés du DRS, ce sont des manipulateurs manipulés qui attisent les haines, sans pour autant avoir une position oppositionnelle face au Régime militaro-mafieux en place depuis 1962. Bien plus ils sont alignés sur la " ligne dure ", celle des faucons et ultras de la Junte criminelle et prédatrice, à savoir celle des Maitres "gestapistes " du DRS et de l’Etat-major....Alors même que de nombreux Kabyles (et chaouis) servent ce Régime sanguinaire et mafieux. Bon nombre de Kabyles à la tète de la Police politique, et ce depuis 1962, et à l’Etat-major. Bon nombre de Kabyles ont servi et servent encore dans les " appareils de répression : Le DRS surtout, la Gendarmerie, la Police, les Forces spéciales, les Milices, les Escadrons de la mort, etc. Bon nombre de Kabyles dans les " organes de propagande " : journaux, radios, TV, Sites, Blogues....contrôlés par le DRS. Bon nombre de Kabyles dans la politique criminelle et abrutissante de l’arabisation-islamisation de l’enseignement et de la culture, et bon nombre de Généraux Kabyles du DRS sont dans le service de manipulation (recrutement et entrainement des extrémistes islamistes)...Bon nombre de ces Généraux ont fait partie de ceux qui ont planifié et engagé la guerre civile (1991-2014), participé aux massacres, assassinats, attentats, et autres crimes de masse...Ce sont majoritairement des Kabyles qui sont à la tête du très " gestapiste " DRS.

    La SM-DRS : « ORGANISATION CRIMINELLE » et « MAFIA TENTACULAIRE ».

    DRS, ex-DGPS, ex-SM, ex-MALG ou les » mues du serpent » !

    Ceci ressemble à une lapalissade : le serpent demeure un serpent en dépit de ses mues ! Pourtant, c’est une vérité : le Régime militaro-mafieux d’Alger avait procédé à plusieurs reprises à des changements d’appellation pour son « organe répressif » principal. Et ce n’est pas anodin ou sans intérêt, mais plutôt pour brouiller les pistes, et tenter d’atténuer les très mauvaises associations liées à sa nature et son passé amplement criminels et mafieux, comme partout ailleurs dans le monde les officines semblables ont changé de « logo » pour mieux tromper et leurrer. Mais, les observateurs avertis ne se trompent sur la véritable mission de cette « machine à broyer les hommes et les femmes patriotes » de ce pays.

    La SM-DRS : « instrument de terreur » et « mafia tentaculaire » au service des Généraux criminels et prédateurs

    Le DRS n’est pas le DRS s’il ne sème pas la terreur ! Exactement comme la Gestapo. Cette dernière a été définie et qualifiée « organisation criminelle » par le Tribunal de Nuremberg. Ainsi va du DRS, dont la logique principale, la marque spécifique de la dite Police politique du Régime militaro-mafieux d’Alger est « la violence meurtrière permanente ». Ce « modèle gestapiste » de la violence extrême est celui emprunté par toutes les Polices politiques des Régime militaires post 1945, en Europe (Grèce, Espagne, Portugal…) et en Amérique latine (Chili, Argentine,…). Et c’était en fin connaisseur, de l’intérieur même de la « boîte » que Mécili disait en 1962 déjà : « Le MALG va dévorer l’Algérie ! »…….

    La SM-DRS et ses crimes

    Assassinats, massacres, tueries, attentats, rapts, kidnappings, la manipulation massive des extrémistes de tous bords (islamistes, baassistes, séparatistes, régionalistes, etc.), et toutes autres sortes de crimes dans son parcours. Faut-il rappeler aussi qu’à sa naissance, les Généraux français n’avaient ressenti aucune inquiétude : ils savaient que le MALG de Boussouf est conçu pour exercer le contrôle et la surveillance de la société, de la population « indigène ». Et c’était au plus fort de la Guerre d’indépendance que le criminel Boussouf avait commencé ses besognes sanguinaires, ciblant les héros du mouvement libérateur : Abbane, Mellah, Amirouche, Zighout et autres grandes figures de la Résistance contre la barbarie coloniale… La liste est longue de ces Grands Hommes tombés sous les balles et/ou les tortures du MALG, de la SM, puis du DRS. Et combien de mouvements, de protestations ont été cassés, dont la Grève des dockers d’Alger en 1976, le Printemps berbère et ses suites, le Printemps noir 2001et ses 121 victimes, les 250 000 victimes de la Guerre civile, instiguées et planifiée par le Cabinet noir, et mise en pratique par le DRS. Les 20 000 disparus, 40 000 veuves, 300 000 orphelins, 900 000 exilés, xxx 000 milliards de dégâts matériels et logistiques font aussi partie de la comptabilité macabre induite par la » Stratégie de la tension » érigée par les Maitres du DRS (1991-2013)….Cette collection d’horreurs pourra être consignée dans un « Grand Livre noir des Crimes de la Dictature militaire d’Alger ».

    La SM-DRS : « cheville ouvrière » des Coups d’Etat successifs

    La Police politique a toujours été la « cheville ouvrière » des Coups d’Etat successifs depuis 1956, qui consacrent la victoire et l’emprise du Clan fort. Le Pouvoir dictatorial militaire repose sur un « trépied » : primo, le DRS ; secundo : le Commandement militaire (DRS + Etat-major) ; tertio, les Clans rivaux, unis contre la population civile, (bien que) désunis entre eux, en raison de l’immense butin à partager, le Clan fort étant le Clan le plus fortement amarré/arrimé/accroché au DRS… Le Régime militaire forme un « mouvement d’intérêts communs », selon la formule Wébérienne : ses membres, franges et factions sont animés par des réflexes et des sentiments de solidarité clanique, familiale et idéologico-politique construits durant 50 ans….Pour une nette et meilleure précision sur les termes et les notions, il faut dire que ce sont les Maitres du DRS et les Généraux de l’Etat-major ( la Hiérarchie) qui commandent, et non l’Armée (l’Institution militaire, cadre institutionnel).

    La SM-DRS : une mafia tentaculaire, ramifiée partout !

    De nos jours, le DRS s’est mué en « mafia tentaculaire », « ramifié » à tous les domaines d’activité sécuritaire, politique, économique, sociale et associative, et tissé sa « toile d’araignée », son quadrillage partout : institutions, associations, entreprises, sociétés, tous les secteurs, à tous les stades et échelons. Ses agents et correspondants ont pour domaines de prédilection : le commerce extérieur, l’import-export, le trabendo, les trafics en tous genres, le proxénétisme, la prostitution, les hôtels de passes, les lieux de débauche, les bars et restaurants, la drogue, le net, les sites, les blogs, les médias, la presse, les radios, partis, associations, le BTP et autres secteurs où ça rapporte énormément d’argent, l’argent comme autre instrument de domination. Le DRS recrute fortement dans les institutions (facs, lycées, hôpitaux, usines, administrations, entreprises) convoitées quotidiennement par les flux importants de populations, ces populations que le Régime militaire considère comme « l’ennemi intérieur », l’ennemi à abattre, et tient à le surveiller, le contrôler, l’embrigader, le terroriser, le régenter et l’empoisonner par la propagande et l’intox. Son « système concentrationnaire » constitue la « 49° Wilaya » : bagnes, prisons, redoutes, cachots, caves…..où ses sbires assoiffés de sang pratiquent « la torture généralisée », héritée de triste mémoire, celle des sinistres pratiques de Bigeard, Massu, Aussaresses, Le Pen, Godard, Trinquier, Léger et compagnie …..

    La SM-DRS quadrille le pays !

    Le DRS est « partout et nulle part » ! Partout, du fait de son quadrillage systématique. Nulle part en raison de son organisation et sa structuration secrètes, invisibles, imperceptibles…mais décelables !

    La SM-DRS : l’Enclave autoritaire principale qui bloque le pays !

    Le DRS est le Pouvoir réel, le Sommet de la « Pyramide du pouvoir », c’est l’Enclave autoritaire principale, la Main de fer des Généraux, leur Bras politique, la Colonne vertébrale et l’Epine dorsale du Régime militaire, son Syndicat du crime, son Fer de lance, son Cœur et son Cerveau, son Centre névralgique, son Mur de soutènement, sa Digue de protection, sa Force d’interposition……contre tout ce qui peut menacer les intérêts de la « caste militaro-mafio-bureaucratique » qui détient le Pouvoir dictatorial, total, intégral, absolu..…

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.