Accueil > Satire et humour > La déesse Neige
La déesse Neige
Entretien imaginé par INSI
jeudi 29 mars 2012
par Masin
Insi s’est rendu sur le pic de Tamgout, en Kabylie, où séjourne Sa Majesté La Neige. C’est au-dessus des nuages, par un beau jour de printemps, qu’elle reçoit notre ami Insi. Drapée comme autrefois en blanc et couronnée de feuilles d’oliviers, elle parle à Insi des dernières intempéries qui ont frappé le pays kabyle.

Insi : De retour ?

Neige : Juste une piqure de rappel.

Insi : Tu étais dure cet hiver avec les Kabyles.

Neige : Demandez plutôt aux anciens.

Insi : Tu aurais pu être plus violente ?

Neige : Ma violence est un voile de beauté, mortel. J’ai embelli la Kabylie, je l’ai blanchie et presque purifiée. J’ai mis un voile blanc immaculé comme une bénédiction sur ses misères.

Insi : Oui. Mais tu as bloqué les chemins.

Neige : Il y a longtemps que les Kabyles s’en détournent. Il est temps qu’ils les réinventent.

Insi : Les vrais chemins tu veux dire ?

Neige : Les chemins vers les sommets, où règnent le rêve, l’ivresse et la liberté.

Insi : C’est vrai que tu leur a ouvert les yeux.

Neige : Sans cécité.

Insi : Tu reviendras l’année prochaine ?

Neige : Tout dépend de Sa Majesté Anzar. Je suis sa messagère.

Insi : Ici tout le monde dit que c’est Allah.

Neige : Qui ?

Insi : C’est sans importance.

Neige : J’ai reçu l’ordre d’Anzar d’arroser les terres jusqu’à la racine.

Insi : Les vieux disent qu’il y aura beaucoup d’olives cette année.

Neige : Et beaucoup d’eau aussi.

Insi : C’est vrai. Dommage que les Kabyles ne savent pas la préserver.

Neige : C’est leur problème.

Insi : Mais tu as détruits beaucoup de maisons quand même.

Neige : J’ai détruit les maisons qui ne sont pas à leurs places. Il faut que les Kabyles arrêtent de construire n’importe où et n’importe comment.

Insi : Ton dernier séjour en Kabylie t-a-t-il plu ?

Neige : Oui, à part quelques insultes que j’ai essuyées de la part des amoureux des sables du désert. J’ai vu les faucons du Djurdjura jouer, sculpter et faire même du ski. Je crois que les Kabyles m’aiment bien. Je dirai même qu’ils sont fiers de moi.

Insi : Tu leur rappelle la grande époque.

Neige : Celle des jours heureux, où ils étaient en communion avec la Nature.

Insi : Ce n’est plus le cas tu crois ?

Neige : Maintenant ils s’occupent du Bien et du Mal et de ce qui ne les regarde pas.

Insi : Comme...

Neige : Comme l’au-delà.

Insi : Tu veux dire la mort ?

Neige : Absolument. Les Kabyles se détournent de plus en plus de la vie.

Insi : Parce qu’elle est dure avec eux...

Neige : Est-ce une raison pour courir vers la Mort ?

Insi : Non.

Neige : De plus, la vie est de leur ressort, en revanche, la mort ne dépend pas d’eux.

Insi : Ils veulent aller au paradis.

Neige : où ?

Insi : Un jardin de l’au-delà où paraît-il y a beaucoup de pommes.

Neige : Et de serpents aussi.

Insi : Comment va Anzar ?

Neige : Il rit de votre nouveau monde.

Insi : Tu penses qu’il reviendra un jour ?

Neige : Si les Kabyles le réclament.

Insi : Il y a des Kabyles qui pensent que tu es l’alliée du pouvoir algérien ?

Neige : De qui ?

Insi : Laisse tomber. Sinon, es-tu satisfaite de ta fonction ?

Neige : Partout où je règne il y a du bonheur. Observe la joie de vivre du beau, vigoureux et courageux ours blanc.

Insi : L’ours blanc est comme le Kabyle, il est en voie de disparition.

Neige : Mais il aura vécu, lui, comme tous les puissants.

Insi : Il y a des gens qui parlent de toi comme d’une catastrophe.

Neige : Naturelle j’espère ?

Insi : Oui.

Neige : Sans les catastrophes naturelles, il n’ y aurait ni Terre, ni vie sur Terre. 

Insi : C’est juste.

Neige : La Nature n’est là ni pour récompenser ni pour punir. Elle est tout simplement dans le Devenir.

Insi : Loin du Bien et du Mal.

Neige : De toute morale et de tout Manichéisme.

Insi : Comme dirait l’aigle à son petit : Wi ččan taskurt ar tt-ifak, yessuk talaba f yimi-s (= "Qui dévore la perdrix jusqu’à la fin, s’essuie le bec").

Neige : Sans remords et sans regrets. Telle est la Nature !

Insi : T’as rien contre les Kabyles alors ?

Neige : Le Kabyle est le fils du chêne, aucun Hiver ne peut l’abattre, sauf s’il laisse pourrir sa racine.

Insi : Notamment par la sécheresse du désert.

Neige : Et de l’Esprit.

Sur ce, la déesse disparaît et Insi redescend du sommet de Tamgout vers le plat pays.


Articles dans la rubrique :

Satire et humour
23/05/13
2
Insi rend visite à Laurent Fabius, ministre français des affaires étrangères. Celui-ci le reçoit (...)

Lire l'article

19/05/13
9
Insi a rendu visite à Boutef à l’hôpital du Val-de-Grâce. Mort, mais heureux de continuer de (...)

Lire l'article

20/04/13
18
A sa sortie de chez Boutef, Insi se rend chez Toufik, le patron des services. Il le trouve au (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


4 Messages

  • La déesse Neige 30 mars 2012 03:31, par sabrine9685
    c’es tres beau !!suis d’accord avec dame neige que les kabyles doivent reinventes des nouveaux chemins qui les amenerons vers les sommets ou reignent reves et liberte, merci encore dame neige d’avoir ouvert les yeux a mes freres..et surtout revien par la grace de dieu qui ta envoiyer,surtout que nos freres ne suporte que leur montagnes ne se transforme en desert, la secheresse de l’esprit est encore pire,
    • La déesse Neige 30 mars 2012 10:06, par La Mecreante !

      @sabrine666,

      on te parle de La Déesse Neige et non "dame neige" ! comme tous les ângériens tu ne piges pas la subtilité.

      Fous nous la paix avec tes "inchallah" à la con ! Notre Divinité mythologique à nous, les kabyles, c’es Anzar !

      ça suffira que tu ailles psalmodier tes foutaises dans ta mosquée préférée !

      toi, et les comme toi, n’ont rien à foutre en Kabylie ! Vous salopez tout !

  • La déesse Neige 30 mars 2012 08:16, par La Mecreante !

    Bien jolie rencontre, Insi !

    Puisse-t-elle se transformer en "quatre saisons". Quelle apothéose se serait !

  • La déesse Neige 31 mars 2012 23:28, par boualem
    c’est beau c’est qui qui a écrit ce beau texte a da lakhdhar