Accueil > Autres rubriques > Tamazgha (l’association) > Activités > La question berbère en Libye : un espoir pour Tamazgha (...)
La question berbère en Libye : un espoir pour Tamazgha !
Rencontre, le vendriedi 14 octobre 2011 à Paris (Projection et débat).
lundi 10 octobre 2011
par Masin
En juillet 2011, Masin Ferkal, membre et président de Tamazgha, s’est rendu en Libye. Il y a eu l’occasion de constater les réalisations des Imazighen à Adrar n Infusen. Un moral d’acier, de nombreuses reconstruction, des associations, des drapeaux amazighs, bref, l’ambiance décrite dans le texte de Masin Ferkal nous a donné envie de l’inviter à partager avec tous ceux qui le souhaite ses souvenirs de ce voyage. Cette rencontre sera également l’occasion de débattre autours des questions ô combien d’actualité au sujet de la Libye et notamment du combat que mènent sur place Imazighen.
Venez nombreux à la rencontre qu’organise Tamazgha avec Masin Ferkal ce vendredi 14 octobre à 19h au local associatif (12, rue Moulin des Lapins - 75014 Paris).


Rencontre autour la situation en Libye

avec

Projection vidéo à 19h.


Débat à partir de 20h

Vendredi 14 octobre 2011


Local associatif
12, rue Moulin des Lapins
75014 Paris.
Métro : Pernéty (Ligne 13).



Renseignements

E-mail : tamazghaparis yahoo.fr



Entrée libre


Rassemblement de solidarité avec les Berbères de Libye à Paris



Articles dans la rubrique :

Activités
12/03/16
0
Dans le cadre de son activité, "Rencontres et débats", Tamazgha vous invite à une projection-débat (...)

Lire l'article

29/10/15
0
La Kabylie est dans le désarroi tant économique que moral. Le dernier grand mouvement remonte à (...)

Lire l'article

07/04/15
0
Alors même que les Etats hostiles à la libération de l’Azawad du joug malien poursuivent leur (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • La question berbère en Libye : un espoir pour Tamazgha ! 14 octobre 2011 14:26, par Saga des Gémeaux

    Ce qu’il y a de bien en Libye c’est qu’Imazighen se bougent le cul pour que leurs droits multiséculaires sur leur terre ancestrale soient respectés. Néanmoins n’oublions pas que nos ennemis feront tout pour que la Libye ne redeviennent pas amazigh. Ils peuvent compter sur le soutien des gouvernements occidentaux infestés de franc-maçons qui nous détestent. Frères et soeurs de Libye pouvaient être fièrent de ce que vous avez frappé le colonialisme arabo-musulman à la tête. Mais le combat n’est pas fini, la Libye c’est pour vous et vos enfants. L’arabe n’a pas sa place en Libye amazigh.

    Saga des Gémeaux

    • La question berbère en Libye : un espoir pour Tamazgha ! 15 octobre 2011 20:14, par El gitano

      Mefiez-vous Imazighens , ne pas refaire les memes erreurs que vos encestres . Les combatants Amazighs devraient proteger leur territoire et les Amazighs , je ne vois pas pourquoi les combatants Amazighs de Nefoussa doivent aller se battre et mourir pour liberer Bani walid . Il faut pas epuiser vos forces et votre nombre d’hommes car vous etes vus comme une minorite par les Arabes libyens. Donc a mon avis n’epuisez pas votre armee car vous en aurez besoin apres la liberation de Libye des mains de Ghadafi. Il ne faut pas s’epuiser pour se debarasser d’un ennemi des Amazigh puis le remplacer par un autre , qui peut etre encore pire que Ghadafi. Amazigh Libyens ne faite pas confience aux Arabes .

      Dix-sept combattants du Conseil national de transition (CNT), le nouveau pouvoir en Libye, ont été tués et 50 blessés dans des combats contre des partisans de Mouammar Kadhafi à Bani Walid, à 170 kilomètres au sud-est de Tripoli, a annoncé lundi un responsable militaire.

      "Nous avons perdu 17 combattants lors de violents combats dimanche", a déclaré Salem Gheith, chef de la chambre des opérations du CNT à Tripoli.

      "Nos forces se sont retirées tard dimanche soir de l’aéroport (qu’elles avaient pris quelques heures plus tôt) et de positions avancées conquises dans la ville, mais il s’agit d’un repli tactique", a dit ce responsable, sans autre précision.

      "Nous avons reçu des renforts de Tripoli et de djebel Nefoussa (ouest) et allons reprendre l’offensive", a-t-il ajouté.

      Le commandant Moussa Younès, chef des forces du CNT à Bani Walid, avait affirmé dimanche que ses forces s’étaient emparées de l’aéroport situé dans le sud-ouest de la ville.

      AFP