Accueil > Satire et humour > Ouyehya, bonhomme de neige
Satire
Ouyehya, bonhomme de neige
Entretien imaginé par INSI
lundi 13 février 2012
par Masin
Insi a rencontré ce samedi, Ahmed Ouyehya, premier sinistre algérien. La rencontre a eu lieu dans le bureau de celui-ci. Un bureau, grand, confortable et très chaud, selon les normes du FLN. Sur son bureau de travail de chêne massif d’Akeffadou, il y avait toutes sortes de baqlawa.



Insi : Il fait froid en ce moment.

Ouyehya : Tu trouves ?


Insi : Il paraît qu’en Kabylie, la neige a atteint deux mètres par certains endroits.

Ouyehya : C’est de la propagande kabyle tout cela.


Insi : Tu n’as pas vu les images sur Internet ?

Ouyehya : Moi, je regarde uniquement notre ENTV nationale.


Insi : Il paraît que ton village est complètement isolé.

Ouyehya : Mon village ?


Insi : Oui ! ton village, en Kabylie. Nordine Aït Hamouda a dit, en arabe, sur France 24 que le village du premier ministre algérien est complètement isolé par la neige.

Ouyehya : Si c’est Si Nordine qui le dit...


Insi : Alors qu’est-ce que tu as décidé de faire pour la Kabylie ?

Ouyehya : Ca y est, j’ai envoyé des chasse-neiges.


Insi : Pour ouvrir les routes ?

Ouyehya : Oui, les routes qui mènent aux casernes militaires. On ne va quand même pas laisser nos militaires mourir de froid. Voyons !


Insi : Ces casernes pourront quand même accueillir des gens sinistrés de la région, non ?

Ouyehya : Il n’y a plus de place. On a accueilli nos frères d’Aqmi. On ne va pas les laisser se geler la barbe et le cul dans les grottes. Et puis, ils ont besoin d’eau chaude pour la prière du matin.


Insi : Et pour la population kabyle ?

Ouyehya : Les Kabyles n’ont qu’à demander de l’aide à leur gouvernement provisoire.


Insi : T’es sérieux ?

Ouyehya : Puisque la situation est provisoire…


Insi : Tu laisses donc la Kabylie au GPK ?

Ouyehya : Je la laisse même à la JSK de Si Mohand Cherif s’il le faut.


Insi : N’es-tu pas en train de jouer avec le feu ?

Ouyehya : Non, en ce moment on joue aux boules de neige dans le jardin. Mes amis Ould-Ali El Hadi, Belaïd Abrika, Amara Ben Younes m’ont envoyé des milliers de boulettes. Elles sont bien au frais. Tu veux participer à une neige party tout à l’heure ? Je t’invite.


Insi : Non, sans façon.

Ouyehya : Tu as tort de ne pas jouer avec le RND.


Insi : Il paraît que les Kabyles n’ont pas de bonbonnes de gaz.

Ouyehya : Il y en à Hassi Messoud, ils n’ont qu’à venir les chercher.


Insi : Comment ?

Ouyehya : Tu ne vois pas que je suis du côté des Kabyles, non ?


Insi : Explique.

Ouyehya : Je les pousse à réagir.


Insi : Comme les Touaregs de l’Azawad ?

Ouyehya : Chuuut !


Insi : Puisque tu es du côté des Kabyles, que comptes-tu faire pour les aider ?

Ouyehya : Moi, personnellement, je ne ferai rien !


Insi : Pourquoi ?

Ouyehya : Écoute, moi je connais les Kabyles, ils vont s’organiser, s’entraider, puis à la fin, Si Abdelâaziz fera un discours pour les féliciter et tout rentrera dans l’ordre. Tu verras.


Insi : Et si cette fois-ci les Kabyles déjouent ton plan et décrètent l’indépendance de la Kabylie ?

Ouyehya : Tu connais mal les Kabyles, Insi. Moi je les connais très bien. Attends-toi plutôt à l’inverse. Nos imams vont leur dire que si Allah a fait tomber tant de neige, c’est parce que les Kabyles ne respectent assez l’Islam. Et tu verras que grâce à la neige, la Kabylie redeviendra Musulmane pure arabica inchallah.


Insi : Tu crois ?

Ouyehya : Tu fais un pari ?


Insi : Non.

Ouyehya : Je connais mon affaire, plus on les humilie, plus ils s’islamisent. C’est la règle.


Insi : Tu ne penses pas que c’est Anzar qui revient chez lui ?

Ouyehya : C’est plutôt le bazar oui !


Insi : Il paraît qu’ils n’ont pas d’électricité non plus ?

Ouyehya : Pour qu’ils inondent d’images et d’informations l’Internet ? Non, merci.


Insi : Tu t’en fiches du peuple en fait ?

Ouyehya : Mon ami, nous ne devons rien à ce peuple. Nous avons pris le pouvoir par la force et nous comptons le garder. Si le peuple veut le changement, il n’a qu’à faire comme nous.


Insi : Faire quoi ?

Ouyehya : Nous renverser.


Insi : Est-ce un défi ?

Ouyehya : Oui.


Insi : Dans son dernier discours, Boutef n’a rien dit sur les intempéries en Kabylie, est-ce normal ?

Ouyehya : Si Abdelâaziz ne s’occupe pas de la météo. Il s’occupe des élections. Et puis Si Abdelâaziz ne peut pas parler de la neige. Il fait comme Allah. Montre-moi le mot "neige" dans le Coran ?


Insi : Ah bon !

Ouyehya sort son Iphone et appelle : "Allo ! Salam Aâlikoum, rétablissez l’électricité en Kabylie !". Il raccroche.


Insi : C’est génial !

Ouyehya : Quoi ? C’est juste pour une demi-heure. Le temps que les Kabyles chargent leurs téléphones et que mes services leur envoient des SMS pour qu’ils aillent s’inscrire aux bureaux de vote.


Insi : Oui, mais il n’y a pas de routes pour se rendre à leur mairies.

Ouyehya : Je sais, c’est juste pour les faire chier.


Insi : Décidément, tu ne changeras jamais.

Ouyehya : Les Kabyles ne m’aiment pas, qu’ils se rassurent, je ne les aime pas non plus. Ils n’ont qu’à se débrouiller avec Aghrib d winna n’at Weghrib.


Insi : Tu plaisantes ?

Ouyehya : C’est les Kabyles qui ont commencé la plaisanterie, d’abord en 1963, ensuite en 1980, puis en 2001. Moi je n’y suis pour rien.


Insi : .....

Ouyehya reprend son téléphone et appelle à nouveau : Envoyez beaucoup de chasse-neiges en Kabylie et ouvrez les routes des écoles.


Insi : C’est déjà ça.

Ouyehya : Les petits Kabyles, il faut bien qu’ils se rendent à leurs écoles pour étudier la langue arabe et le Coran, non ?


Insi : Dernier mot.

Ouyehya : J’aime bien cette situation, et comme diraient les Kabyles : "Abrid agi a d-banen widak n wedfel."


Insi : Ah bon ?

Ouyehya : C’est fini. Il est temps d’aller jouer à la boulette de neige kabyle.


Insi : C’est vrai ?

Ouyehya : C’est pour faire la promotion de l’un des aspects de votre culture berbère.


Insi : La boulette de neige ?

Ouyehya : Il y a aussi Taghyoult ou l’ânesse si tu veux. Regarde, Ould-Ali El Hadi m’en a envoyé une plus grande cette année. C’était son cadeau de Elmawlid.


Insi : C’est lui qu’il l’a roulée ?

Ouyehya : Avec Amara Ben Younes et Belaïd Abrika. Ils sont très gentils ces gens-là.


Insi : Je vois.

Ouyehya : Au revoir, monsieur Insi.


Insi range son stylo et son calepin et quitte le palais du gouvernement sous un déluge de boulettes de neige, made in Kabylia, sorties toutes roulées des ateliers KDS.

Propos recueillis par
INSI.


Articles dans la rubrique :

Satire et humour
23/05/13
2
Insi rend visite à Laurent Fabius, ministre français des affaires étrangères. Celui-ci le reçoit (...)

Lire l'article

19/05/13
9
Insi a rendu visite à Boutef à l’hôpital du Val-de-Grâce. Mort, mais heureux de continuer de (...)

Lire l'article

20/04/13
18
A sa sortie de chez Boutef, Insi se rend chez Toufik, le patron des services. Il le trouve au (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • Ouyehya, bonhomme de neige 13 février 2012 09:18, par La Mécréante !

    Insi,

    il manquait juste une question à ce bouffon : comment explique-t-il que les kabyles le dégueulent, les zarabes le dégueulent, les muZlimo-iZlamistes le dégueulent ? Qu’en dit sa mère ?...

    • Ouyehya, bonhomme de neige 13 février 2012 14:47, par RAM15

      EN QUOI EST-CE UN KABYLE CET IMBECILE, IL NE SAIT MÊME PLUS OU CE TROUVE SON VILLAGE.
      NON PAS DE NEIGE, OUI IL FAIT CHAUD, MAIS DANS SON BUREAU SEULEMENT.
      VIENDRA LE JOUR OU DEVRA SUBIR LE JUGEMENT KABYLE ET ENSUITE DIRECTION L’ARABIE POUR BOIRE L’URINE DE CHAMEAUX.
      CE MISERABLE KDS QUI A VENDU LES SIENS JUSQU’A SON PROPRE VILLAGE N’EST QU’UN BOUFFON CRABESS MUZZS QUI A FAIT DON DE SON ÂME POUR SON CHER BOUTEF DONT IL EST ESCLAVE.
      IL NE FAUDRAIT PAS QU’IL S’Y RENDE EN KABYLIE CE SOUS-MERDE, CE N’EST QU’UN VAUTOUR LECHE ASSIETTES ET LECHE BOTTES DES CRABESS.

      A NOUS DE RELEVER LE GANT POUR VENIR EN AIDE A NOS ENFANTS ET FAMILLES.

      AMITIES.