Accueil > Varia > Pour Rachid Ali-Yahia, le fédéralisme est incontournable (...)
Pour Rachid Ali-Yahia, le fédéralisme est incontournable !
Déclaration de Rachid Ali-Yahia.
dimanche 6 février 2011
par Masin

Face à la situation bouillonnante que traverse une partie de l’Afrique du Nord, Rachid Ali-Yahia livre son analyse et revient sur la nature du régime algérien. Un régime qu’il qualifie de dictature doublée d’anarchie. Il est revenu, bien entendu, sur la politique arabe et d’arabisation du régime.
Enfin, aux démocrates, hommes de progrès, défenseurs des droits de l’Homme où qu’ils se situent, Rachid Ali-Yahia leur demande d’être conséquents avec les convictions qu’ils affichent et doivent s’empresser d’inscrire, à côté de leur lutte pour le triomphe et le respect des droits démocratiques, des droits sociaux, des droits de l’Homme, la lutte nationale contre l’Algérie arabe uniforme...

Nous publions ci-après la totalité de sa déclaration.

La Rédaction.




La lutte pour le régime démocratique et sociale est inséparable de la lutte pour une Algérie algérienne fédérale.

Ces derniers temps, nous assistons dans notre pays à un réveil des forces démocratiques et de progrès.

À l’origine de ce réveil se trouvent d’une part les grandioses manifestations populaires de Tunisie qui ont conduit au renversement et à la fuite du dictateur Ben Ali, et d’autre part la violente et large révolte de notre jeunesse, à l’évidence annonciatrice d’événements bien plus importants.

La réaction première a été généralement, en ce qui concerne la révolte de notre jeunesse, de revenir sur l’augmentation élevée des prix concernant les produits de grande consommation qui l’aurait motivée.

Puis on a considéré à juste raison, qu’en vérité, ce n’est là que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Et l’on s’est appesanti sur les conditions de vie difficiles réservées aux classes moyennes et surtout aux larges masses populaires acculées au désespoir.

Enfin, allant plus loin dans la réflexion, on a fini par convenir que le régime en place est largement la source des maux dont souffre le pays, et le problème, pour certains de son amendement, pour d’autres plus engagés de son existence, doit être posé.

Il en est résulté des appels à la mobilisation et à l’action, l’exemple tunisien, notamment pour ces derniers, servant d’encouragement et de référence.

Il est exact que le régime en place est un régime autocratique au service d’une minorité de privilégiés, civils et militaires, dont le souci premier est d’assurer sa pérennité.

Plutôt que de développer une économie productive dynamique, bien orientée, à tout égard bénéfique en exploitant rationnellement et avec esprit de décision les richesses multiples, y compris humaines, que recèle le pays, il a choisi de s’enfermer dans une large mesure dans une économie de rente et de bazar routinière, bedonnante et stagnante à laquelle sont attachés combien de maux sociaux aussi repoussants que dévastateurs.

Plutôt que de promouvoir une politique sociale justement équilibrée, tenant compte des intérêts des uns et des autres, entre les classes et les catégories sociales, il a favorisé l’émergence d’une caste de privilégiés insatiables et arrogants qui accumule toute honte bue des richesses colossales au détriment du peuple exploité, méprisé et délaissé. C’est précisément cette caste de prédateurs impénitents, civils et militaires, qui forme son entourage et son soutien.

Plutôt que de prendre toutes les dispositions pour élever le niveau d’enseignement, d’éducation et de culture des nouvelles générations pour en faire indistinctement des citoyennes et des citoyens modernes capables d’affronter dans de bonnes conditions les difficultés de la vie et d’être utiles au mieux au pays, il a poursuivi, en connaissance de cause dans ce domaine primordial, une politique néfaste qui, au plan qualitatif, à favoriser au sein du peuple l’enracinement de la ségrégation, de l’ignorance et de la médiocrité. Il a poussé à l’immigration et à l’exil les contestataires et les esprits éclairés. Le pouvoir actuel est sans conteste celui qui a le plus entrepris d’enfoncer intellectuellement et psychologiquement le pays dans le conservatisme, dans l’obscurantisme, dans les ténèbres du moyen-âge.

Plutôt que de gouverner dans le respect de la loi, de la loi républicaine et démocratique s’entend, dans le respect des droits et des devoirs égaux pour tous, sans discrimination aucune, dans le respect des libertés individuelles et collectives, dans l’ouverture honnête des champs politiques et médiatiques, le régime en place a instauré, ce qui est dans sa nature, le règne de l’enfermement, de l’oppression et de la répression des forces nationales, démocratiques et de progrès, le règne de l’arbitraire, le règne du favoritisme et du népotisme, le règne de la prévarication, de la dilapidation, de la corruption à grande, moyenne et petite échelle. Il est incontestablement une dictature doublée d’anarchie.

Ils ont niés les origines fondamentalement berbères des ressortissants algériens et plus largement nord-africains au profit d’une prétendue origine arabe. Avec les français il était question de nos "ancêtres les Gaulois", avec eux il s’agit de "nos ancêtres les arabes". Ils ont doublé l’identité algérienne de l’identité arabe, cette dernière recouvrant la première au point de la faire disparaître. Ils ont tourné le dos à la culture algérienne dans ce qu’elle a de fondamental qui est propre à l’Algérie entière et dans ses particularités régionales au profit de la culture arabe. Ils ont foulés aux pieds nos deux langues nationales, la langue berbère, langue nationale de la communauté berbère berbérophone et l’arabe algérien, langue nationale de la communauté berbère arabophone au profit de la langue arabe classique, création diabolique élitiste, anti-populaire de l’aristocratie arabe après le décès du prophète décrétée arbitrairement langue nationale et officielle alors qu’elle n’en a ni les qualités ni les capacités.

Certes ces dispositions scandaleuses ont à la longue reçu des amendements. Mais ces amendements en vérité de pure forme n’ont en rien contrarié leur politique arabe et d’arabisation qui se poursuit imperturbablement au plan national comme au plan des rapports avec la Ligue arabe dont le pays demeure membre.

Il est important de souligner que cette oppression nationale est supportée et irriguée par l’usage sacrilège qui est fait d’un islam maintenu dans sa version moyenâgeuse envahie d’arabisme au préjudice d’un véritable islam qui, lui, est universaliste.

Ainsi c’est clair comme le jour, il y a bien oppression nationale en Algérie et elle s’exerce sur le pays entier, sur la communauté berbère berbérophone qui en prend de plus en plus conscience et sur la communauté berbère arabophone davantage victime d’aliénation nationale mais qui est cependant en train de se ressaisir.

Tout cela les démocrates, les hommes de progrès, les défenseurs des droits de l’Homme où qu’ils se situent, où qu’ils agissent, ne peuvent pas, ne doivent pas l’ignorer. S’ils sont conséquents avec les convictions qu’ils affichent, ils doivent s’empresser d’inscrire, à côté de leur lutte pour le triomphe et le respect des droits démocratiques, des droits sociaux, des droits de l’Homme, la lutte nationale contre l’Algérie arabe uniforme et pour une Algérie algérienne fédérale. Ces deux catégories de luttes étant intimement liées l’une à l’autre et agissant l’une sur l’autre, en accordant même, normalement, la primauté à cette deuxième catégorie.

S’ils ne le font pas, il manqueront à leurs devoirs. Gare aux reproches qui leur seront fait demain d’avoir usurpé des titres qui ne sont pas tout à fait justifiés. Mais ne le sont-ils pas déjà ?


Rachid Ali Yahia



Alger, le 29 janvier 2011.

Articles dans la rubrique :

Varia
31/01/12
7
Un combat pour l’existence du peuple touareg, celui pour l’existence de la langue touarègue, (...)

Lire l'article

19/12/11
5
La journée internationale de solidarité avec Imazighen de Libye en lutte est une réussite. Cinq (...)

Lire l'article

15/12/11
0
Paris, Rennes, Montréal, Ottawa, New-York, Boston... verront des rassemblements de solidarité (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


11 Messages

  • Merci à Tamazgha d’être à l’affût de l’actualité et de nous faire parvenir des analyses telles que celle-ci. A mon humble avis,c’est surtout l’Algérie algérienne qui est incontournable,n’en déplaise aux agitateurs de vent,mercenaires qui ne trouvent pas preneur. Je pense aux médias algériens, composés de journalistes de l’ancien système ou de leurs héritiers. Ils n’ont jamais su prendre les devants,ils ont toujours été des suivistes.Souvenons-nous,du temps de feu Boumediène,du temps de Chadli et de l’après 88. Ils ont toujours crié :le Roi est mort,vive le Roi. Depuis plus de 50 ans qu’ils ne font que suivre le courant dominant,et ça n’a rien apporté de bien à la société algérienne. Un singe aurait changé d’angle de vue ! Eux non,ils continue à échafauder sur du sable mouvant, pour construire une société maculée d’arabisme,doctrine ou idéal qui n’a de fondement réel nulle part,même pas chez les Arabes,s’il en existe. Voyez la presse algérienne en ce moment,ils étalent à longueur de pages des entretiens et des déclarations de tel égyptien,de tel palestinien,de tel... et leurs analyses partent toutes sur une base bancale:l’arabité du peuple nord africain.Si ces discours pouvaient faire avancer quelque peu nos sociétés,pourquoi cela ne s’est pas déjà fait ? Rien qu’un peu...
  • Pour Rachid Ali-Yahia, le fédéralisme est incontournable ! 7 février 2011 05:34, par La Mécréante !

    désolée, mais je ne comprendrai jamais ce concept : "LA LUTTE POUR UNE ALGÉRIE ALGÉRIENNE FÉDÉRALE." à moins qu’il soit énoncé sans hypocrisie.

    - l’Algérie n’est-elle donc pas algérienne ? elle quoi alors !? lunaire ? martienne ?

    - "algérienne et fédérale"... vous feriez mieux de dire clairement que vous voulez faire disparaître les régions, essentiellement pour rayer la Kabylie de la carte !

    Non monsieur, le "fédéralisme" est parfaitement contournable ! ce "fédéralisme" dans la contrée qui vous occupe resterait le poison islamo-arabe qui uniformise, qui verrouille, qui étouffe, qui enchaîne, qui étrangle, et qui continuera à égorger !

    Azulations.

  • moi aussi je suis pour le federalsme en algerie
    • Hate que l’algérie redevienne la NUDIMIE qu’elle était...Nous sommes certe des musulmans pour ceux qui le souhaitent mais pas des ARABES ( fait historique)

      De la part d’un chaoui originaire des AURES (fief de la resistance BERBERE).

      PS : le maitre mot reste l’instruction et le savoir pour nos générations futures berberes.

      Vive notre histoire amazigh.

      • Pour Rachid Ali-Yahia, le fédéralisme est incontournable ! 9 février 2011 11:06, par La Mécréante !

        cher Halim,

        tu as raison en tous points, l’ami, sauf quand tu rêves de Numidie. Cette époque (je devrais dire "ère") est terminée. à jamais terminée. ainsi vont les civilisations.

        c’est comme si tu avais la nostalgie de "l’âge de pierre", de "l’âge du fer" , "l’âge du feu", etc.

        tu as meilleur compte (au 21e siècle) à défendre ta contrée et la spécificité des tiens pour ne pas te dissoudre dans l’araberie qu’il est impossible de dissocier de l’islamerie puisque telle était la stratégie du mahométisme et de Okba.

        cela dit, je n’ai rien à dire à ceux et celles qui veulent "être musulmans" sauf à leur poser des barrières infranchissables :

        - 1) faites vos affaires hors du champ politique et hors de la vie sociale.

        - 2) pratiquez vos rites entre vous et dans vos demeures.

        - 3) vos prêcheurs vendredistes doivent être mis aux fers à perpétuité dès lors qu’ils vous enfournent dans la têtes que tout ce qui n’est pas musulmans doit être égorgé.

        « regarde cette vidéo authentique et dis-moi si tu es d’accord avec moi. »

        n’es-tu pas horrifié ?...

        « et celle-là, qu’en dis-tu ? »

        c’est bien cela "être musulman", n’est-ce pas ?

        je dois te dire que je ne pige rien à la langue arabe. je ne comprends donc rien à ce qu’ils psalmodient (1ère vidéo), ni à ce qu’ils vocifèrent (2e vidéo)

        pourrais-tu traduire pour moi ? merci d’avance.

    • Pour Rachid Ali-Yahia, le fédéralisme est incontournable ! 9 février 2011 05:19, par La Mécréante !

      hello spring,

      tu peux "être pour" tout ce que tu voudras (comme ce Monsieur Yahia), autant pisser dans un violon en attendant le 30 février de l’an XXXX de l’hégire pour que votre système islamo-ângérien vous demande votre avis.

      pour cela, il y aura des bureaux de vote à main levée dans leurs madrasas, leurs zaouïas, leurs "plus grandes mosquées du monde" avec des aazrayens qui compteront les voix.

      moi, "je suis pour" une "république" islamiste chiite qui vous mettra tous d’accord, forcément... fatalement.

      il n’y a rien de plus facile que d’organiser et fédérer les ângériano-muZ en troupeaux de broutants et ruminants.

      le FLN l’a fait, votre Hamas l’a consolidé pour... toujours !

  • Pour Rachid Ali-Yahia, le fédéralisme est incontournable ! 11 février 2011 06:59, par Abderrahmane

    Et si nos compatriotes algériens n’en que faire du fédéralisme et de la laicité ?? Et c’est bien le cas.
    Nos concitoyens sont majoritairement croyants dans la Religion Musulmane. D’ailleurs ce n’est pas seulement une religion mais un mode de vie, une culture... Le fédéralisme pour une Nation (Oumma) qui se dit unie et indivisible n’apporte rien de plus. Personne ne peut être convaincu d’un bienfait supplémentaire qu’elle pourrait apporter. Elle ne constitue d’ailleurs pas une priorité pour un Peuple de culture Arabo-Msulmane.
    Revenir aux sources de la foi Musulmane est plus essentielle pour assainir la société de tous les maux qui la gangrène, c’est plus concret et prioritaire. Cela ira bien entendu avec la démocratie à travers les conseils réellement (majlis echoura) ancrés dans le subconscient de tout un chacun.

    Maintenant, ce sera autre chose si les propositions à faire sont circonscrites à la Kabylie. Il est évident que le Peuple Kabyle acceptera plus facilement un projet de société laique. Ce qui rend plus consistant le projet d’autonomie plus que le projet de fédéralisme même si les deux se rejoignent à la fin. Il est plus réaliste de faire des propositions qui pourraient aboutir dans une société Kabyle que de s’aventurer à remettre en cause par exemple le code de la famille algérien. Certes, il est perçu à juste titre par les Kabyles comme étant esclavagiste à l’égard de la Femme mais une toute autre lecture est faite par nos concitoyens algériens qui y voient plutôt une mise en conformité de la condition féminine avec les préceptes de la Religion.

    Une perception diamétralement opposée entre celle qu’on pourrait dire "Kabyle" ou plutôt majoritairement Kabyle avec celle de la majorité écrasante des algériens concerne la Chariaa El Islamiya. En effet, si des Kabyles considèrent à juste raison que cela ne correspond nullement à leur mode de vie ou de pensée, il en va tout autrement du reste du peuple algérien qui trouve naturel que la chariaa soit la loi fondamentale du pays qui se veut pour la probité, a justice et la solidarité.

    Le fédéralisme n’a aucun avenir en algérie, à ne pas confondre avec l’autonomie qui elle ne concerne que la Kabyle. Il revient dans ce cas là aux Kabylie de choisir.

    • Ya Abedrrahmane il n’y a que un seul peuple algérien, un seul bien dit. La DEMAGOGIE arabo-islamique ne passe plus, fini, dégager, l’islam n’est plus votre marchandise. 14 siècles suffit, suffit,suffit. Etre de Tizi, Telemsan, Alger, Ghardaya c’est Kif Kif un algérien. Séparer la Kabylie de reste de l’Algérie est une nouvelle politique arabo-islamique pour esclavageser le reste de peuple algérien. Ya Abedrrahmane ni ta Mamman Chariâa Ni l’Omma de ton baba ne te sauveront de la mort et l’agonie face l’Histoire et le feu de la Liberté qui souffle sur le peuple algérien, Hélas.... et désolé pour vous
      • Pour Rachid Ali-Yahia, le fédéralisme est incontournable ! 12 février 2011 09:17, par La Mécréante !

        @Amvar

        vous parlez comme un fêlé, mon pauvre !

        - votre phrase de zaouïste : « Séparer la Kabylie de reste de l’Algérie est une nouvelle politique arabo-islamique pour esclavageser le reste de peuple algérien. »

        ouais... chaque fois que vous avez envie de sortir de votre trou vous cherchez les kabyles pour vous planquer dans leur dos... bande de "courageux", va !

        vous dégueulez les kabyles et les kabyles vous dégueulent. cherche tes talibans, va !

        quant au « feu de ta liberté »... ha ha ha !!! va traîner tes babouches ce matin à Alger avec les imbéciles qui répètent "dégage" comme des perroquets... tu comprendras ce que veut dire "feu" du côté de chez toi...

        PS : je te mets un zéro pointé pour ton français.

      • Pour Rachid Ali-Yahia, le fédéralisme est incontournable ! 12 février 2011 11:11, par Abderrahmane

        Tes insultes mises à part, ton message révèle une ignorance incroyable de la nature du peuple algérien. Manifestement tu n’arrives pas à saisir l’importance du DDine El Hanif (la Religion musulmane sacrée) dans le coeur de la majorité des algériens !! Une telle ignorance te fait dire des bêtises au sujet de la Chariaa qui est la loi fondamentale en religion musulmane. Comment imaginer qu’un peuple imprégné de la Religion abandonne le socle de cette même religion (je parle de la Chariaa) ???

        Il y a encore un autre élément que ta cervelle d’oiseau n’arrive pas à admettre : Le peuple algérien dans son écrasante majorité est fier, plus que fier, de sa culture millénaire arabo-musulmane. Il est d’autant fier qu’il se considère membre à part entière de cette Nation arabe. Qu’on le veuille ou pas. C’est bien le cas de l’algerois de bab el oued, de l’oranais ou du constantinois.

        Il ne faut pas te méprendre : la liberté à laquelle appelle les algériens est la même que celle revendiquée par les tunisiens et les egyptiens : la liberté de vivre libre jusqu’au bout le même projet de société inspiré par les preceptes de l’Islam et de la Culture Arabe millénaire. La langue arabe et la religion musulmane sont à jamais debout avec cette nouvelle ère de démocratie qui se lève sur les peuples arabes. L’algérie y est partie prenante et est un élément essentiel : ce n’est pas pour rien que tous les vendredis, les mosquées algéroises et d’ailleurs n’arrivent pas à contenir le flot humain qui se déverse tel un océan sur les rues avoisinantes.

        D’ailleurs, il ne faut pas avoir la mémoire courte : le peuple algérien, lors de la seule occasion depuis l’indépendance qui lui a été offerte pour exprimer son souhait et son choix, ne s’est pas trompé : il a choisi les éléments de la société qui sont le plus en avant sur le projet de société inspiré totalement de la Religion sacrée.

        La démocratie est bien la mise en oeuvre du projet de société accepté et voulu par l’écrasante majorité. La laicité n’est pas dans les moeurs de la majorité. Ton point de vue ne correspond pas non plus à celui de la majorité : Tu as le droit de l’exprimer mais de là à le voir mis en oeuvre... Si le peuple algérien vote démocratiquement et de façon transparence, il n’ y a aucun doute que son choix se porter sur la sacralisation de l’algéerie arabo-musulmane et de la mise en place de la Chariaa en tant que loi fondamental (ou constitution si tu veux).

        La Kabylie et les Kabyles sont libres d’adhérer à ce projet ou de choisir un autre. Mais il n’est pas logique d’imposer à la majorité un projet autre que celui que cette majorité aura choisi. Aucun démocrate ne l’acceptera. Ceux qui proposent une autonomie pour la kabylie dans le cadre algérien (la Kabylie partie intégrante de l’algérie), et si les Kabyles le souhaitent, pourront mettre en oeuvre éventuellement un autre mode de vie ou de gestion des affaires de la cité.

        Ne demandez pas aux arabes de se renier : les algériens sont arabes et fiers de l’etre.
        Ne demandez pas aux musulmans de renier leurs religions : ils sont fiers de la chariaa fondement de la Religion.
        Ne demandez pas aux algériens de renier leur culture arabo-musulmane : qui acceptera de se dépersonnaliser.

    • Pour Rachid Ali-Yahia, le fédéralisme est incontournable ! 11 février 2011 17:16, par La Mécréante !

      salut à vous Monsieur Abderrahmane,

      Nous sommes parfaitement d’accord ! "le fédéralisme" est absolument incompatible avec "la ouma islamo-algérienne".

      et c’est encore plus vrai quand vous dites ceci : "Le fédéralisme n’a aucun avenir en algérie, à ne pas confondre avec l’autonomie qui elle ne concerne que la Kabyle. Il revient dans ce cas là aux Kabylie de choisir."

      Le MAK et le GPK n’exigent rien de plus que la Kabylie. c’est pourquoi vous avez encore entièrement raison de présenter les choses ainsi :

      "Maintenant, ce sera autre chose si les propositions à faire sont circonscrites à la Kabylie. Il est évident que le Peuple Kabyle acceptera plus facilement un projet de société laique. Ce qui rend plus consistant le projet d’autonomie plus que le projet de fédéralisme même si les deux se rejoignent à la fin. Il est plus réaliste de faire des propositions qui pourraient aboutir dans une société Kabyle que de s’aventurer à remettre en cause par exemple le code de la famille algérien."

      c’est pourquoi nous pouvons dire ensemble (vous et moi) que ce Monsieur Yahia, aussi respectable soit-il, ferait mieux de finir sa vie paisiblement sans se mêler des affaires du 21e siècle, et encore moins des affaires algériennes. Il est hors sujet.

      Azulations.