Accueil > Actualité > Désobéissance civile, une nouvelle voie pour le combat (...)
Désobéissance civile, une nouvelle voie pour le combat amazigh !
samedi 27 juillet 2013
par Yidir
Dans un communiqué en date du 25 juillet 2013, les révolutionnaires amazighs de Libye ont annoncé la décision de fermeture de l’oléoduc qui alimente la raffinerie de Mlitta. Il s’agit de la première action d’envergure mise en œuvre dans le cadre de la désobéissance civile décrétée par le Haut conseil des Amazighs de Libye (HCAL) suite à l’expiration de l’ultimatum donné au CGN. Les révolutionnaires Amazighs menacent d’étendre leurs actions à d’autres édifices énergétiques si le CGN s’entête dans sa position anti-amazighe. Par ailleurs, ils ont décidé de fermer le poste frontalier de Dhiba-Wazzen, avec la Tunisie.



Enfin l’AFP sort de son indifférence et parle de l’actualité en Libye. Mais il a fallu que les Amazighs procèdent à la fermeture de l’oléoduc alimentant le complexe gazier de Millita pour que cette agence d’information (pardon, agence de propagande) réagisse et publie une dépêche intitulée "Libye : les Amazigh ferment un oléoduc alimentant l’usine de Millitah", alors que le bras de fer entre les Amazighs et les autorités libyennes, notamment le Conseil général national (CGN), a commencé le 10 juillet 2012 lorsque le HCAL, représentant les intérêts et droits politiques des Amazighs, avait annoncé le boycott de la Commission des Soixante chargée de l’élaboration de la Constitution et qui par ailleurs annonçait le retrait des représentants des régions amazighophones au sein du CGN.
Il faut souligner qu’un ultimatum avait été fixé au mardi 23 juillet pour que le CGN révise ses positions et corrige sa position anti-amazighe sans quoi les régions amazighophones entreraient en désobéissance civile.

Le mardi 16 juillet, ce sont les révolutionnaires des régions amazighophones (Adrar n Infusen, At-Willul/Zwara et les Touaregs), ce qui représente la branche armée du Mouvement amazigh en Libye, qui menacent de faire appel à la force des armes si cela s’avère nécessaire pour protéger les intérêts des Imazighen.
Dans un communiqué en date du 17 juillet 2013, Le HCAL, appuyé par le Rassemblement national des Toubous et le Haut conseil des Touaregs, avait déjà évoqué la fermeture de raffineries et de postes frontaliers comme faisant partie des actions à mener pour mettre en pratique le mouvement de désobéissance civile.

L’AFP et d’autres média du monde dit "libre" n’ont pas jugé utile de s’intéresser à l’actualité libyenne, alors que le pays est entré dans une crise sans précédent. Cette crise provoquée par les Amazighs signe un ras-le-bol général d’une population décidée de ne plus se laisser faire en retirant, du même coup, leur confiance aux pseudo-institutions libyennes qui les entraînent irrémédiablement vers un faux destin identitaire et culturel. Il s’agit donc d’un combat pour la dignité et contre l’idéologie mystificatrice qui ne laisse aucun doute sur son orientation arabiste et sur ses relents racistes. Cette position qui consiste à se défaire de cet impérialisme, à se débarrasser définitivement de l’humiliation, de l’injustice et des stigmates du kadhafisme est une position respectable et courageuse non seulement pour les Amazighs de Libye mais aussi pour tous les peuples de Tamazgha écrasés par l’idéologie arabo-islamiste

Les événements du 23 juillet 2013, date de l’expiration de l’ultimatum lancé par les Amazighs et les Toubous où, très tôt le matin, les habitants d’At-Willul (Zouara) sont sortis dans les rues de la ville pour exprimer leur détermination à se battre ; suivis dès le lendemain par l’ensemble des régions amazighophones témoignent d’une mobilisation générale sans précédent. Pour cela, l’AFP a choisi la politique de l’omerta, elle n’a pas jugé nécessaire et utile de couvrir ces événements qui marquent un tournant décisif pour le combat amazigh. Vraisemblablement, la lecture faite de la position de l’AFP, à travers elle l’Etat français, nous incite à penser que la question amazighe brouille les intérêts stratégiques de la Françafrique. Dans la feuille de route de la politique de l’Elysée, la question amazighe est sciemment méprisée, elle relèverait d’une question éminemment sérieuse que l’on juge impossible ni de dissocier ni de défaire de la politique arabe de La France, elle est au centre d’un contentieux ancien, entre la France et les Berbères, qui remonte au moins au processus de décolonisation. Deux éléments au moins, pouvant être une preuve irréfutable, jalonnent le parcours historique de la France et des Amazighs : l’enseignement, en France, des langues et civilisationsd’origines (ELCO) imposées aux jeunes d’origine berbère à la demande de l’Algérie, Maroc et Tunisie ; plus récent est l’obstination de la France quant au "recouvrement de l’intégrité territoriale" du Mali au mépris des spécificités socio-culturelles du peuple touareg. La France reste rétive à une réelle décolonisation, en particulier celle qui touche directement les Amazighs.

En fermant l’oléoduc, les Amazighs de Libye portent atteinte - et c’est légitime - directement aux intérêts essentiels de la France : la question énergétique chère à la France. On comprend alors l’intérêt soudain de l’AFP de "couvrir" l’actualité libyenne.

Pour ce qui concerne la politique internationale, peut-on nous faire croire que l’AFP, censée être un organe d’information, n’est pas le porte-voix de la politique étrangère de la France ? La liberté de la presse, sur des sujets portant sur les intérêts propres aux Imazighen dans leurs pays respectifs comme dans la diaspora, est-elle effective ? En définitif, prétendre mettre fin au drame de la Françafrique avec une presse assujettie et pratiquant la politique de l’autruche est un leurre.
En entrant en désobéissance civile, combat pacifique, et en s’attaquant au nerf névralgique des puissances, un choc économique, les Amazighs libyens orientent désormais le combat de façon inédite et intelligente pour leur propre survie : une véritable leçon pour l’ensemble des Berbères encore sous le joug des dictatures arabo-islamiques du nord de l’Afrique.

Mestafa G’Idir & Masin Ferkal.


Lire également :


- AFAFA solidaire des Amazighs de Libye

- Nous ne reconnaîtrons jamais ceux qui ne nous reconnaissent pas

- Tamazgha aux côtés des Amazighs de Libye

- En Libye, les Amazighs haussent le ton !

- Libye : Toubous et Amazighs même combat !

- Les Amazighs de Libye à un tournant de leur Histoire…

Articles dans la rubrique :

Actualité
02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article

11/11/16
0
Le président du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, qui devait animer un meeting du MAK à Timizar ce vendredi (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages

  • un grand bravo aux amazighs de libye tout porte a croire que les mouvements de libertes viennent en de la bas ,il est plus jamais clair que l afrique du nord retrouvera tamazgha enfin un grand salut a vous freres de libye

    repondre message

  • Azul,

    je vous cite

    "...pour que cette agence d’information (pardon, agence de propagande)...)

    "...peut-on nous faire croire que l’AFP, censée être un organe d’information, n’est pas le porte-voix de la politique étrangère de la France ?"

    Quelle lucidité !!! à une nuance près, ce n’est pas le porte-voix de la France ( le peuple Français) mais du Quai d’Orsay.

    Quant à nous, on tente sans discontinuer de convaincre nos compatriotes en leur "apprenant" la vraie Histoire de l’Afrique du Nord et de ses autochtones depuis la nuit des temps. Tout en vous nous force à penser que vous êtes nos alter-ego. un jour l’Occident le comprendra, et vous aidera, pour notre survie à tous, je le souhaite ardemment.

    En attendant gardez vous bien de tous les dangers.
    St Augustin (du Nefoussa)

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.