Accueil > Actualité > Haftar, une menace pour les minorités non-arabes.
Libye
Haftar, une menace pour les minorités non-arabes.
Entretien avec Asma Khalifa, une militante amazighe, publié par l’agence de presse nationale italienne "DiRE"
samedi 20 avril 2019
par Masin
La militantes féministe amazighe de Libye, Asma Khalifa, affirme que Khalifa Haftar est une véritable menace aux Amazighs en Libye. Elle accuse, par ailleurs, la France qui soutient ce militaire.
Nous publions ci-dessous la traduction de l’article-entretien publié par l’agence de presse nationale italienne "DiRE", (www.dire.it", le 19 avril 2019.
L’article original est intitulé : Libia, parla l’attivista berbera : “Haftar vuole cancellarci”. Intervista alla Dire : "L’esercito generale minaccia le minoranze non arabe", de Vincenzo Giardina.

La Rédaction.



"Je ne vaudrai même pas imaginer ce que fera le général Haftar aux minorités qui ne sont pas arabes s’il réussirait à prendre le contrôle de Tripoli".
Asma Khalifa, une activiste libyenne, pour les droits des femmes amazighes, de la communauté berbère qui est sur la ligne de front. L’interview a eu lieu quelques heures après la rencontre au Palais des Glaces où des veto croisés ont empêché d’approuver une résolution des Nations unies en faveur d’un cessez-le-feu.
"Ahmed El Mismar, porte-parole de l’armée nationale libyenne [1] de Haftar, a souligné que le général ne reconnaît aucune minorité non arabe et a même menacé directement les Amazighs", a rapporté Asma.
"Des salafistes ont même émis une Fatwa qui les condamne, assimilant les Amazighs à des partisans de l’Etat islamique". [2]

L’activiste, jointe au téléphone, se trouve en Allemagne, au siège de l’Institut allemand des études mondiales et régionales où elle sur le point d’achever un doctorat de recherche. Elle se rend régulièrement à Tripoli où réside sa famille. La dernière fois remonte à dimanche dernier. "Je suis partie de l’aéroport international de Tripoli dans le chaos et le stress" confie-t-elle. "Les décollages se font uniquement de nuit car l’armée de Haftar ne dispose pas de dispositifs de vision nocturne".

En Libye, que ce soit à Tripoli ou à Zouara, près des frontières tunisiennes, Asma coordonne les activités d’une association qui se bat pour les droits des femmes berbères. "Il s’agit de Tamazight Women’s Movement, une association qui a pour but de promouvoir des voies de développement, mais dans des moments de conflits, comme le conflit actuel, la tâche est difficile", souligne l’activiste qui précise : "mais nous devons donner des réponses aux questions qui se posent au jour le jour, qu’il s’agisse de violence sur les femmes infligées par des époux ou du risque que des filles mineures soient mariées".
Les Amazighs de Libye avec ceux vivant en Algérie et au Maroc représentent 8 à 10 % de la population [3]
De Tripoli à Zouara jusqu’au mont Nefousa à l’ouest du pays sous le contrôle du gouvernement de Fayez Al-Serraj, plus qu’à l’est en Cyrénaïque contrôlé par Haftar, on parle une langue différente de l’arabe, expression d’une culture et d’une identité propres. Selon Asma les connivences et les soutiens internationaux sur lesquels le général a pu compter pour lancer son offensive du 4 avril pèsent sur leur futur.

J’accuse aussi la France", souligne l’activiste qui pense que la France "préfère une dictature qui malmène les minorités plutôt que le chaos des milices qui soutiennent Al-Sarraj, sans véritable structure de commandement". L’hypothèse est que les bombardements sur les quartiers résidentiels du sud Tripoli soient entrain de renforcer l’opposition au général. “Une tendance - avertit Asma - qui conduira à l’enracinement de l’idée d’une Lybie orientale à l’assaut d’une Lybie occidentale, avec une régionalisation qui nourrira le risque d’un conflit civil à 360 degrés”.

Propos recueillis par :
Vincenzo Giardina.


Article traduit de l’italien, publié par "Agenzia DIRE" : www.dire.it

Source de l’article

A lire également :

-  L’autre guerre des Amazighs de Libye
-  Khalifa Haftar, un raciste apprenti dictateur ami de la France.
-  LIBYE : une milice salafiste pro-Haftar menace les Berbères d’extermination
- Le HCAL dénonce les bombardements sur Tripoli
-  Les milices de Khalifa Haftar s’attaquent aux civils à Tripoli
-  “Guerre en Libye, le sceau de Paris”
-  Haftar sur les pas de Kadhafi ?
-  Les Emirats arabes ravitaillent Haftar
-  Arnaud Dotézac : "La position de la France est ambiguë"
-  La position de la France critiquée par l’Union européenne
-  Bombardement près de Zouara
-  Déclaration de l’Union européenne à propos de la Libye
-  Emmanuel Macron soutient-il Haftar ?
-  Déclaration du réprésentatnt spécial du SG de l’ONU au sujet de la conférence nationale sur la Libye
-  Déclaration du porte-parole du Secrétaire général des nations unies sur la Libye
-  Déclaration du HCAL (7 avril 2019)
-  Le SG des Nations Unies appelle à l’arrêt des hostilités
-  L’ONU appelle à une trêve humanitaire

P.-S.

Merci à D. Amzal, M. Imazatène et M. At-Lewnis pour leur précieuse aide à la traduction de l’article de l’italien.

Notes

[1Officiellement, cette armée est baptisée par Khalifa Haftar "Forces armées arabes libyennes" [Note de Tamazgha]

[3Ces chiffres sont très loin de la réalité qui est bien au-dessus de ces chiffres. [Note de Tamazgha.]

Articles dans la rubrique :

Actualité
21/06/19
0
La ville rose verra ce ce samedi 22 juin2019 se produire un spectacle théâtral kabyle organisé (...)

Lire l'article

17/06/19
0
Le 11 juin 2019, une page Facebook au nom de "Services des relations avec les instances (...)

Lire l'article

08/06/19
0
Le mouvement AKAL, parti politique amazigh tunisien dénonce l’assassinat de Kamaldine Fekhar et (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.