Accueil > Actualité > EDITO > L’ennemi c’est nous !
L'ennemi c'est nous !
vendredi 27 mars 2009
par Masin

Répression :

Vous vous rappelez certainement du samedi 14 février ! Ce jour là, la monarchie marocaine avait lâché ses forces de répression pour réprimer sauvagement plusieurs centaines de militants amazighs qui manifestaient pacifiquement devant le "parlement" à Rabat. Ils revendiquaient la libération immédiate des détenus politiques amazighs incarcérés dans les prisons de la honte à Meknès, Imtghren et Ouarzazat. Plusieurs militants avaient été blessés et d’autres arrêtés. Les manifestants s’attendaient à cette réaction barbare des services de la monarchie, ce monstre dont l’histoire est entachée de sang et la mémoire habitée par des siècles de torture, de répression et de haine aveugle de tout ce qui est amazigh. Pour la monarchie alaouite, la répression, le rabaissement, la torture est une habitude, une tradition héritée de l’idéologie qui lui avait donné naissance. Et nous en sommes toujours les victimes. Après avoir rallié une armée de Berbères de service corrompus et serviles, la monarchie s’attaque désormais à la jeunesse amazighe indépendante qui conteste la légitimité du pouvoir. Une jeunesse qui dérange et que le régime veut faire taire à jamais. La police ne cesse de traquer les militants et de menacer leurs familles.


Amateurisme :

Ces jeunes, très actifs et déterminés, restent toutefois vulnérables. Sur le terrain, à l’exception de quelques initiatives, cet activisme, né dans la douleur des répressions sauvages, des procès kafkaïens et des prisons, reste désordonné et fragile. Les actions menées sont parfois inutiles et sans impact sur la population concernée. On assiste de moins en moins à des actions ciblées et réfléchies. Sur le plan de la communication, les déclarations et communiqués rendus publics sont souvent indigents, insignifiants et ne comportent parfois aucune information utile. Les textes se ressemblent et se trompent souvent d’ennemi. Comment ne pas s’empêcher de penser que ces comportements qui s’apparentent à de l’immaturité et à l’agitation gratuite menacent jusqu’à l’avenir même du mouvement amazigh ? Pire, certaines actions ne sont que de l’eau dans le moulin du pouvoir qui vise à anéantir la résistance du peuple amazigh et son combat pour la liberté et la souveraineté.

L’ennemi, c’est nous !

Chacun d’entre nous doit se poser les questions suivantes : A quoi ont servi deux années de mobilisation ? Quelles sont les erreurs commises et les objectifs atteints ? Comment le mouvement amazigh devrait communiquer à l’avenir ? (Il est déplorable de voir les sahraouies de la fantomatique RASD utiliser les photos des militants amazighes blessés et présentés comme étant des "indépendantistes du Polisario" lynchés par la police marocaine).

Il est temps que le mouvement amazigh à Tamazgha et dans la diaspora rompe avec la médiocrité et l’amateurisme pour penser à d’autres méthodes de lutte pour exiger la libération des détenus politiques amazighs. Ces méthodes devraient avoir plus d’impact sur l’opinion publique amazighe et internationale. Il est aussi important de tirer profit des luttes des autres peuples colonisés et opprimés qui militent pour la liberté et l’autodétermination. Le peuple amazigh n’accèdera à aucun droit tant que la colonisation de sa terre continue. Le combat, le vrai, est celui pour le recouvrement de la souveraineté. Et chacun doit y contribuer à sa façon. L’ennemi, le véritable, est en nous. Il s’agit d’abord de le vaincre !

Lhoussain Azergui

Articles dans la rubrique :

EDITO
14/02/12
3
L’attente n’a que trop duré. Cela fait longtemps qu’Imazighen devaient songer à leur libération. (...)

Lire l'article

23/12/11
2
Les dirigeants du CNT ainsi que le chef du gouvernement provisoire libyen ont dévoilé leur (...)

Lire l'article

30/11/11
36
Dans une intervention téléphonique (tiens, ça rappelle drôlement quelqu’un !) sur la télévision (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • L’ennemi c’est nous ! 28 mars 2009 11:01, par Saga des Gémeaux

    L’éditorial est tout à fait intéressant car il pose le problème de l’organisation de notre combat pour la libération de Tamazgha-Afrique du Nord du colonialisme arabo-musulman. Durant la période coloniale européenne, n’avons nous pas connu la même chose avec la crise berbériste de 1947-49 ? Quand des Berbères oui des Berbères ont soutenu l’abject définition de ce que devait être la nation dite "algérienne" en tant qu’arabo-musulmane. La suite vous la connaissez. Les traîtres chez nous ce n’est malheureusement pas ça qui manque. Ce qui me fait penser à un article que Youba de Bgayet a publié il y a quelques mois sur Tamazgha.fr. Dans cet article il disait je crois que ceux qui ont honte de leur kabylité étaient ceux qui nuisaient au combat pour la libération de Tamazgha-Afrique du Nord en disant qu’étant les vraies "Algériens" ils arriveraient à changer le système de l’intérieur. Quelle erreur quand on sait que les Arabo-musulmans sont plus intelligent quand il s’agit de pervertir les consciences avec leurs méthodes abjectes. Ceci dit l’éditorial nous dit ce que nous devons faire pour que les berbères et l’opinion publique internationale prennent conscience de ce qui se passe en Afrique du Nord. Ce qui manque à notre combat c’est l’unité des Berbères et l’élaboration d’objectifs bien définis d’une part et d’autre part de pouvoir les diffuser afin que les gens puissent en prendre connaissance et en débattre entre eux. Autre chose qui nous manque et nous fait cruellement défaut : c’est la formation d’un lobby amazigh dans les pays libres qui puissent porter nos revendications à la connaissance des citoyens afin que ceux-ci ne se trompent pas d’ennemi. Les organisations et associations berbères devraient lancer une campagne de boycotte de toutes les manifestations "culturelles" des Etats colonialistes qui oppriment Tamazgha-Afrique du Nord ; je pense notamment à un boycotte des expositions de cet infâme institut du prétendu monde arabe qui insulte tous les peuples de la Méditérranée sud qui vivent sous l’oppression de nos ennemis orientaux. Quant à ceux des nôtres qui auraient la mauvaise idée de soutenir comme Khalida Toumi les prétentions et les mesures négationnistes de ces gouvernements abjects il faut les dénoncer et à ceux qui seraient tentés de faire comme elle de leur dire qu’ils ne font que justifier la colonisation orientale sur notre terre. On doit les écarter du mouvement national amazigh si nous voulons un jour créer la République Fédérale de Tamazgha-Afrique du Nord. En attendant ce jour tous les moyens devront être mis à disposition du mouvement national amazigh si nous ne voulons pas rééditer les erreurs de ceux des nôtres qui ont cru en toute sincérité que nous aurions notre place dans un Etat partagé avec les Arabo-musulmans. J’espère de tout coeur que des Massinissa, des Jugurtha, des Koceila et des Dihya de notre époque se leveront le moment venu pour libérer notre terre et poser les fondations de l’Etat fédéral amazigh fondé sur la démocratie et les droits fondamentaux.

    Saga des Gémeaux.