Accueil > Actualité > EDITO > Le 20 avril 2010 sera-t-il différent ?
Le 20 avril 2010 sera-t-il différent ?
mercredi 15 avril 2009
par Masin

Cette année encore nous assisterons à une célébration en ordre dispersé du Printemps amazigh : plusieurs activités, parfois le même jour, sont prévues par exemple en Région parisienne. Même Tamazgha qui a toujours appelé de ses vœux une célébration intelligente de cette date, cette année elle organise des activités un jour où d’autres évènements ont lieu à Paris. Comment cela pourrait être évité en l’absence de toute concertation entre associations et différents acteurs qui n’ont, jusque-là, affiché pratiquement aucune volonté pour faire en sorte que cette date soit célébrée de façon intelligente.

En 1996, trois ans après sa création, Tamazgha avait estimé que le Printemps berbère devait être célébré en région parisienne dans l’unité et la diversité. Elle avait lancé un appel pour proposer à l’ensemble des associations de la région parisienne et de France de commémorer le Printemps amazigh autrement qu’en ordre dispersé mais plutôt "avec l’esprit de cohésion qu’il implique". Elle avait suggéré aux associations de mener une réflexion à ce sujet.

Cet appel est toujours d’actualité et cette idée de célébration du Printemps berbère dans le rassemblement mérite une profonde réflexion, car seule des actions convergentes sont à même de faire avancer le combat amazigh.

Vu la position stratégique de Paris et l’importance de la communauté amazighe en région parisienne, est-il possible d’espérer que les associations ainsi que les différents acteurs de la culture amazighe puissent un jour se mettre autour d’une table pour l’intérêt de la cause, et rien que cet intérêt, et réaliser enfin ce projet qui contribuera, nous en sommes sûrs, à donner un élan important au combat amazigh dans l’Hexagone mais aussi en Afrique du Nord.

A l’approche du 20 avril et de la célébration du 29ème anniversaire du Printemps berbère, Tamazgha lance, encore une fois, un appel à l’ensemble des groupes et personnes concernés. Et faisons en sorte que ce 29ème anniversaire profite à cette réflexion.

La Rédaction.






[|Pour la célébration du Trentième anniversaire du Printemps berbère dans l’unité et la diversité |]

3[|APPEL|]3





Le 20 avril est une date irréversiblement entrée dans les annales de l’Histoire moderne de l’Afrique du Nord. Elle inaugure et représente dans notre conscience commune une phase radicale dans l’évolution de la question berbère depuis plus d’un demi-siècle.

Aussi est-ce avec une foi inébranlable et un espoir renouvelé que toutes les associations berbères de France comme d’Afrique du Nord la fêtent. Cependant force est de noter objectivement, par-delà l’intérêt des manifestations culturelles auxquelles elle donne lieu, qu’elle ne cristallise pas l’unité nécessaire au combat berbère.

En conséquence, il serait à notre avis de “meilleure politique” de commémorer cette date non plus en ordre dispersé, autrement dit chacun dans son petit coin, mais avec l’esprit de fraternité et de cohésion qu’elle implique. Pour ce faire, nous proposons à toutes les associations de la Région Parisienne de fêter tous ensemble le trentième anniversaire du Printemps berbère en menant une réflexion commune en vue de sa préparation.

Tamazgha est convaincue que cela est possible et donnera sans doute un nouvel élan à la revendication berbère à un moment où la cause amazighe a plus que jamais besoin d’être re-pensée !

Tamazgha.

Paris, le 12 avril 2009.

Articles dans la rubrique :

EDITO
14/02/12
3
L’attente n’a que trop duré. Cela fait longtemps qu’Imazighen devaient songer à leur libération. (...)

Lire l'article

23/12/11
2
Les dirigeants du CNT ainsi que le chef du gouvernement provisoire libyen ont dévoilé leur (...)

Lire l'article

30/11/11
36
Dans une intervention téléphonique (tiens, ça rappelle drôlement quelqu’un !) sur la télévision (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


6 Messages

  • Le 20 avril 2010 sera-t-il différent ? 18 avril 2009 18:35, par Saga des Gémeaux.

    Il serait grand temps comme le dit l’éditorial que toutes les associations berbères de France puissent effectivement fêter le Printemps Amazigh dans l’unité et la diversité. Espèrons que cet appel à l’unité sera entendu dans les quatre coins de la France pour que ce 20 avril il puisse y avoir une grande marche de tous les berbères de la diaspora. Ce qui manque à notre combat c’est l’unité de toutes les associations berbères si nous voulons pouvoir être en position de force face à nos ennemis de toujours : les arabo-musulmans. Si toutes les associations se réunissent pour célébrer comme il se doit Tafsut n’ imazighen, alors aura fait un pas vers l’unité qui nous manquent tant.

    Saga des Gémeaux.

  • Le 20 avril 2010 sera-t-il différent ? 22 avril 2009 16:32, par Amnay

    Tamazgha dit : nous proposons à toutes les associations de la Région Parisienne de fêter tous ensemble le trentième anniversaire du Printemps berbère en menant une réflexion commune en vue de sa préparation."

    excellente initiative ! il faudrait dès maintenant commencer à prendre contact avec tout ce beau monde et en finir avec l’improvisation !

    • Le 20 avril 2010 sera-t-il différent ? 22 avril 2009 22:10, par Kbiloïd

      Présent à la manifestation le 20/04/2009 à la Place de la République - Paris, je n’ai pas remarqué la moindre présence d’associiatons, hormis les militants MAK, quelques personnes du CERAK et la masse composée d’individus LAMBDA comme moi.

      L’assos Tamazgha a brillé par son absence. Me trompe-je ?

      Sont-ce là les résultats de cette réflexion commune ?

  • Le 20 avril 2010 sera-t-il différent ? 8 mai 2009 11:28, par Idir

    Merci à Tamazgha pour cet appel.

    Espérons que les Présidents, les Directeurs et tous les responsables associatifs entendront cet appel.
    Que chacune et chacun range son petit drapeau dans sa poche et consacre une journée COLLECTIVE POUR LA KABYLIE.

    J’enfonce des portes ouvertes, mais (il faut le répeter sans cesse) seule notre unité peut nous mener vers la liberté et la reconnaissance de notre peuple.

    Mettons notre ego dans la poche, faisons du printemps Berbere la fête de l’unité.

  • Le 20 avril 2010 sera-t-il différent ? 16 juin 2009 17:21, par Anzarbel

    Chers amis de Tamazgha.

    Nul ne peut nier vos efforts dans le domaine de la sensibilisation de ce qu’on qualifie de peuple Amazigh. Des années de labeur sans que cette conscience essaime comme le font les abeilles à chaque printemps. Je pense, modestement qu’il est venu le moment de revoir tous ces concepts. Commençons par admettre qu’il y a des peuples amazighs et non un peuple Amazigh. A partir de cette prise de conscience nous pourrions, effectivement construire un projet en commun.

    Ce n’est un secret pour personne en disant que la quasi totalité des associations dites berbères ont été créées par des Kabyles. Ce constat à lui seul explique la raisons de la désaffection ou de la défection de nos frères Amazighs d’ailleurs.

    Si les kabyles que nous représentons sommes incapables d’unir nos rangs, comment voulez-vous que les autres Amazighs non kabyles croient en la justesse de nos initiatives.

    Je sais qu’il y aura des voix qui vont crier à la division. Mais quelle division que celle que vous décrivez, à savoir que les "berbères ne sont jamais capables de fêter ensemble le printemps berbère."

    Sans vouloir vous froisser, même cette appellation de printemps berbère est mensongère. Ce printemps a eu lieu en Kabylie et résulte de la lutte des kabyles contre le pouvoir algérien. Il ne peut pas être un repère pour tous sans que les autres amazighs se l’approprient eux-mêmes.

    Ce sont toutes ces contradictions qu’ils tirer au clair.

    Maintenant, supposons que ce printemps est berbère. Pour travailler dans le sens d’une célébration unitaire, c’est maintenant qu’il faut commencer les préparatifs d’un tel événement. Cela passe par la constitution d’un comité de préparation représentatif de la majorité de ceux qui se trouvent dans la mouvance Amazigh et sans exclusive.

    Il faut se départir de la tentation de s’arroger la paternité de ce genre d’initiative. C’est ensemble que nous ferons les choses ou ne les ferons pas.

    Fraternellement.

    A Nat Zikki

    Le 16/06/2009