Accueil > Actualité > Les Mozabites menacés !
Les Mozabites menacés !
samedi 8 février 2014
par Masin
Rien ne semble vouloir arrêter la barbarie qui s’abat sur les Mozabites depuis plusieurs mois maintenant. En tous cas, pas les autorités algériennes !
Un Etat hyper-militarisé qui dispose de moyens colossaux, aussi bien sur le plan humain que matériel, ne daigne pas contrôler la violence de quelques bandes de voyous qui sévissent dans le Mzab depuis plusieurs mois. Rien ne peut justifier ni cette défaillance au "devoir" de garantir la protection et la sécurité des citoyens. L’Etat algérien assume cyniquement une volonté délibérée de laisser faire et, par la même, de punir une population qui dérange. En d’autres termes, les événements que vit la Vallée du Mzab ces derniers mois témoignent du racisme de l’Etat algérien, un Etat anti-amazigh qui déploie tous les moyens possibles et imaginables pour achever la politique d’arabisation et d’islamisation qu’il déploie depuis 1962, ce qui ne peut se faire qu’avec l’éradication de l’Amazighité. Sous d’autres cieux, ces événements seraient qualifiés de "haine raciale" et ils seraient à juste titre condamnés.



Alors que les autorités algériennes ont fait croire à un renforcement du dispositif sécuritaire à Tagherdayt (Ghardaïa), c’est le jeune Bachir Bahadi, âgé de 35 ans, père de deux enfants, qui se fait sauvagement assassiné au quartier Babaouldjema de Tagherdayt le 6 février 2014 par des bandes de voyous [?] venues des quartiers Châambas.

Bchir Bahadi


La veille, le 5 février, c’est le jeune étudiant mozabite Azzedine Baba-Ousmail, âgé de 22 ans, qui a fait les frais de la barbarie et de la sauvagerie de ces bandes de voyous. Munis de diverses armes blanches (coteaux, sabres, etc.), ils se sont livrés au lynchage du jeune qui se trouvait au cimetière mozabite du quartier Babaouldjema (voir vidéo ci-dessous). Les quelques images qui ont été filmées de loin montrent l’atrocité et la férocité de ces groupes qui agissent dans l’impunité totale depuis plusieurs mois et souvent en présence des éléments de la gendarmerie et de la police algériennes. Cette barbarie n’est que l’expression de la haine du différent, du mozabite. Une haine entretenue et alimentée par les autorités algériennes qui non seulement laissent faire ce genre de crimes, mais elles donnent un caractère chronique à cette violence : elles en seraient les sponsors.

Azzedine Babaousmail


Ces assassinats interviennent alors que les autorités algériennes avaient déjà annoncé le renforcement du dispositif sécuritaire et ce depuis l’assassinat de Belhadj Kebaily, deuxième victime, le 19 janvier 2014. Il est donc difficile de croire à une quelconque volonté des autorités algériennes de mettre fin à ces violences alors que les différents appels à l’aide des Mozabites restent vains. A titre d’exemple, les bandes de voyous qui ont assassiné Azzedine Babaousmail ont commencé à agir depuis la nuit du 4 février dans le quartier de Babaouldjema où elles sont venues s’attaquer aux biens et patrimoine des Mozabites. La population a fait appel aux forces de police et de gendarmerie, mais ces dernières n’ont pas daigné se rendre sur les lieux et ont laissé faire les bandes qui agissaient, sans aucun doute, sous leur protection !
Incontestablement, des contingents de gendarmerie sont stationnés au centre-ville de Tagherdayt. Mais voilà que les attaques se font dans d’autres quartiers et ces gendarmes ne sont jamais allés au secours des populations attaquées et qui ne cessent d’appeler au secours. Mais que dire de l’attitude - images à l’appui - (voir notre article et la vidéo) des policiers algériens qui ont achevé Khaled Hadjsaïd ? Alors qu’il gisait par terre après avoir été violemment et sauvagement tabassé par les voyous Châambas, les policiers arrivés sur les lieux se sont acharnés sur lui avec des coups de pieds et des coups de matraques. En revanche, les agresseurs n’avaient pas été inquiétés par ces policiers.

Aussi, comment expliquer le fait que des dizaines de Mozabites ont été arrêtés par la police algérienne alors que, à notre connaissance, les agresseurs et les responsables des dégâts matériels et des assassinats n’ont pas été inquiétés ?

Il n’y a aucun doute quant aux intentions de l’Etat algérien qui, au-delà de l’instrumentalisation qui en sera certainement faite de ces événements en prévision de leur prochaine mascarade électorale, il vient, par-là, donner un nouveau coup frontal à l’Amazighité. C’est un coup par lequel il entend fragiliser et mettre à genou la communauté mozabite dans l’espoir de la pousser à renoncer à son identité amazighe et accepter le dictât de la soumission à l’arabisation et à la "wahabisation".

En attendant, que faisons-nous, nous Imazighen, ou du moins celles et ceux d’entre nous qui refusons la subordination et qui n’avons aucun doute quant à la politique anti-amazighe des régimes en place en Afrique du Nord qui ont programmé notre éradication ? Allons-nous continuer à compter nos morts ? Allons-nous continuer à nous contenter de condamner et attendre qu’une divinité vienne à notre secours ? Allons-nous continuer à laisser les supplétifs (Amazighs de service), mercenaires ou encore "nos" corrompus agir avec complicité et livrer notre pays à ces agresseurs au service de la pègre de l’arabo-islamisme ?
Si nous n’agissons pas et si nous ne prenons pas conscience de l’extrême gravité de la situation et de ses conséquences désastreuses sur notre pays, notre existence sera compromise et nous aurons ainsi contribué passivement à laisser faire l’éradication de l’Amazighité, notre disparition tout court, sans adjectifs et sans épithètes. 

Si ce qui se passe aujourd’hui dans le Mzab - et qui attend, par ailleurs, l’ensemble des Amazighs -, ne laisse aucun doute quant aux intentions des régimes islamo-arabistes en Afrique du Nord, il doit, en revanche, nous inciter à rompre avec cette résistance passive et renouer avec les luttes que nos ancêtres ont su mener contre les envahisseurs. On ne peut faire l’économie d’une lutte active et offensive face à cette coalition anti-amazighe qui use de tous les moyens pour nous anéantir. Notre survie en dépend. Nous sommes à un carrefour où l’on doit trancher avec cette question : tenons-nous à notre existence ou non ? 

Masin Fekal



Lynchage du jeune Azzedine Babaousmaïl au cimetière mozabite Babaouldjema




Les cinq Mozabites assassinés :
- Mohamed Abderrahmani, assassiné par les bandes de Châambas à la ville de Guerrara le 12 décembre 2013.
- Belhadj Kebaily, assassiné à Tagherdayt le 19 janvier 2014, par les bandes des Châambas.
- Khaled Hadjsaïd, mort à Ghardaia le 23 janvier 2014 des suites de ses blessures. Après avoir été agressé et laissé pour mort par les bandes de Châambas, les policiers algériens l’ont tabassé alors qu’il était jonché par terre.
- Azzedine Babaousmaïl, assassiné par les bandes de Châambas à Gharadai le 5 février 2014.
- Bachir Bahadi, assassiné à Ghardaia le 6 février 2014 par les bandes de Châambas.


- Lire également :

- L’Etat algérien plus que jamais raciste et barbare

- Amazighs de Kabylie et de la Vallée du Mzab, cibles de la même conjuration du Pouvoir algérien

- L’Etat algérien organise-t-il un ethnocide dans le Mzab ?

- La chasse aux Mozabites continue...

- Le Mzab, cible du pouvoir algérien...

- Quelques vérités sur les évènements de la Vallée du Mzab

- Les Mozabites victimes du racisme du régime algérien...

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


4 Messages

  • Les Mozabites menacés ! 10 février 2014 06:14, par La Mecreante !

    - « En attendant, que faisons-nous, nous Imazighen, ou du moins celles et ceux d’entre nous qui refusons la subordination et qui n’avons aucun doute quant à la politique anti-amazighe des régimes en place en Afrique du Nord qui ont programmé notre éradication ? »

    réponse : quand ils sortiront du mektoubisme inculqué par les égorgeurs hilaliens ils retrouveront les "couilles" de Tin-Hinan pour dissoudre la peste verte qui leur pourrit la vie de génération en génération.

    ceux qui refusent "la subordination" ne refusent pas toujours
    "la soumission" ...

    Forts de cette conviction, leurs égorgeurs les exterminent à l’aise puisque "allah akbar-allah ghaleb-mektoub" & Cie !

    - Amazigh et mahométan = antinomie.
    - La schizophrénie est encore une maladie incurable au 3e millénaire.

    repondre message

  • Les Mozabites menacés ! 10 février 2014 18:34, par Mecqan
    La majorité des jeunes de des quartiers arabes de Ghardaia ne travaille pas. Très mal instruits et profondément embrigadés par l’arabo-islamisme, ils sont comme cloîtrés, figés et hypnotisés dans leur lieu de prédilection, avec une oisiveté assumée et partagés entre la consommation de la drogue, l’aliénation par la récitation mécanique du Coran aux medersa, l’endoctrinement dans les halaqates salafistes et la prière occasionnelle dans des mosquées toujours en construction et jamais achevées. Il serait sans doute utile de préciser que pendant que tous les jeunes mozabites de l’Aghrem vaquent à leurs occupations quotidiennes, ceux des quartiers d’en face poireautent, attendant toujours la providence, une utopique renaissance, ou, à défaut, une prochaine compagne de razzia menée dans les riches territoires de l’ennemi d’en face ! Et redoutables qu’ils sont, ils ne se gênent nullement à s’attaquer aux Amazighs mozabites pour s’accaparer, sans conscience aucune, leur biens acquis par dur labeur. Tels des criquets pèlerins saisonniers, de véritables virées quasi terroristes, légitimées par des préjugés idéologiques et des prétextes religieux pompeux, y sont programmées avec une telle hargne et sauvagerie qu’elles ne laissent que vide et désolation derrière elles ! « Nous sommes les premiers habitants de ghardaia. Alors toutes ses richesses nous appartiennent. » prétendent-ils avec leur ignorance de bédouins conquérants incultes.

    repondre message

    • Les Mozabites menacés ! 12 février 2014 06:12, par La Mecreante !

      @Mecqan,

      où que tu les prennes, dans quelque contrée que tu les observes sur la planète, leur modus vivendi est immuable :

      - menteurs : taqîya
      - voleurs : "tuez et faites du butin"

      Tout ça a commencé à Médine et n’en finira jamais.
      Tamazgha en est infestée et y participe.
      l’Europe est contaminée et commence à y participer.
      le M’zab ne fera pas exception.

      repondre message

      • Les Mozabites menacés ! 12 février 2014 20:05, par Mecqan

        @ Azul La Mecréante

        Les quartiers arabes de Taghardayt portent viscéralement l’empreinte hilalienne de leurs habitants. D’abord, ils se différencient de ceux des Mozabites par la saleté récurrente des lieux où les mœurs semblent s’accoutumer à l’infecte émanant d’enclos laissés à ciel ouvert et servant d’écuries pour moutons, boucs, chèvres et brebis et que l’ignorance caractérielle quasi innée et la répugnance à toute forme d’hygiène semble attester de l’échec flagrant de ses habitants à l’adhésion à toute forme d’intégration citadine. Un décors pseudo citadin d’un autre âge que l’inexistence de toute forme d’architecture témoigne en attestant que ces habitants sont bel et bien les descendants des Beni Hilal, du moins en partie. Des gites aux "formes bâtardes", violant et polluant le paysage par leur aspect négligé et rudimentaire et qui témoignent d’un désintérêt total à toute forme architectonique. Il sont édifiés exactement à l’image des tentes de leurs aïeuls, entassés l’un à côté de l’autre dans un décors lunaire et que les rafales des vents du sable dénudent dans leur fragilité de constructions illégales, déformes et sans aucune norme. C’est à croire qu’elles sont construites à la hâte, juste pour les abriter des aléas de la nature. Des habitacles de fortune visiblement pour nomades de passage qui, de manière subconsciente, semblent être édifiés pour un moment, le temps d’une guerre, d’une mission anti amazigh pour migrer un jour ailleurs, une fois leur forfait de destructeurs accompli.

        repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.