Accueil > Actualité > Est-ce la fin du suspense à Kidal ?
Est-ce la fin du suspense à Kidal ?
La CMA rend publique la Résolution générale de la Conférence extraordinaire de Kidal.
lundi 16 mars 2015
par Masin
Réunie à Kidal du 12 au 14 mars en Conférence extraordinaire, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) vient de rendre public la Résolution générale de cette Conférence extraordinaire.
Si cette déclaration adoptée par l’ensemble des présents a le mérite d’être claire, n’en demeure que les dirigeants de la CMA entretiennent un flou et une ambiguïté artistiques quant à la position officielle de la CMA qui s’est gardée jusque-là de rendre publique sa propre déclaration.



Plus de quatre mille personnes, venues des quatre coins de l’Azawad mais de l’étranger également, ont pris part à cette rencontre exceptionnelle.
Durant trois jours la parole a été donnée à l’ensemble des représentants des tribus, des villages, des fractions, des différentes catégories sociales, des différents mouvements, aux femmes, aux combattants, aux jeunes afin de s’exprimer sur ce qui a été présenté par la communauté internationale comme "accord de paix" entre le Mali et l’Azawad. Ce document, qui est en réalité une véritable mascarade, a été concocté à Alger – comme par hasard – au terme de plusieurs mois de négociations et pourparlers, ponctués par la mauvaise volonté de l’Etat malien qui a, à plusieurs reprises, fait usage des armes et de la violence alors dans l’Azawad.
La décision de cette Conférence extraordinaire ne devait en réalité rien avoir de surprenant puisque la position des populations de l’Azawad a été claire dès le 25 février 2015, date à laquelle l’Etat algérien, chargé de la médiation dans les pourparlers entre les représentants de l’Azawad et l’Etat malien, avait fait connaître le contenu de ce qui est consacré "Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger". A l’unanimité, et à travers l’ensemble du territoire de l’Azawad, mais aussi dans les camps de réfugiés ou encore au sein de la diaspora azawadienne, la position est le rejet de ce document qualifié de mascarade et d’accord de la honte et de l’humiliation. Ce que préconise ce document est considéré comme un retour en arrière, comme une énième humiliation des populations de l’Azawad dont les revendications fondamentales n’ont pas été entendues. La population a alors dit haut et fort que rien ne la détournerait de son aspiration première à savoir l’accès à sa liberté et à l’indépendance de son pays, l’Azawad.
L’on ne pouvait donc imaginer que les travaux de la Conférence extraordinaire aboutiraient à une décision pouvant aller à l’encontre de cette position unanime des populations de l’Azawad. Même si la confusion et le suspens entretenus ces derniers jours à Kidal ont rendu légitimes certaines craintes, notamment le retournement de dirigeants qui s’aventureraient à aller à l’encontre de la population cédant aux pressions de la Communauté internationale et ses intimidations.

La Résolution générale de la Conférence extraordinaire vient donc mettre fin au suspense et a permis le soulagement de l’ensemble des Azawadiens et de leurs soutiens. La CMA doit donc se plier à la volonté populaire et ne pourra parapher le document d’Alger.
La Conférence extraordinaire de Kidal considère qu’après plus d’un demi-siècle d’âpres luttes, les populations de l’Azawad méritent davantage de considération et n’accepteront nullement qu’elles soient traitées étrangères sur leur propre Terre. Elle a tenu à rappeler les crimes dont l’Etat maline est responsable et qui n’ont jamais été reconnus ni sanctionnés, ce qui la Conférence n’admet pas et exige d’ailleurs de l’Etat malien la reconnaissance de ces crime et leur réparation. Dans sa résolution générale, tout en exprimant son attachement à la recherche d’une paix juste et définitive la Conférence exige, comme un des préalables à une réconciliation, "une reconnaissance de l’Azawad en tant qu’entité politique, juridique et territoriale". Ainsi, la Conférence est on ne peut plus claire quant à la détermination des Azawadiennes et des Azawadiens d’aller vers leur indépendance, seule ce combat qui aurait un sens pour eux.

La Conférence a tenu à s’exprimer sur le terrorisme, un sujet habituellement utilisé pour faire diversion et semer la confusion dans l’Azawad, en affirmant qu’elle "encourage la lutte contre le terrorisme et condamne les groupes armés qui mènent une guerre par procuration contre l’Azawad".
Enfin, la Conférence exige des dirigeants de la CMA rigueur et intégrité en les appelant à faire en sorte que "la CMA demeure dans sa mission primordiale de défense et de lutte pour les aspirations du peuple de l’Azawad". Un message clair, qui n’est, par ailleurs, pas inutile lorsqu’on sait que les pressions exercées sur les dirigeants de la CMA sont fortes et multiples. Les services des Etats intéressés par l’Azawad, notamment l’Etat algérien, font usage même de la corruption pour retourner des dirigeants. Cette mise en garde de la Conférence de Kidal est donc plus que nécessaire pour que des brebis galeuses – et il y en a – ne se lancent pas dans des aventures qui seraient lourdes de conséquences.
Ainsi, les dirigeants de la CMA viennent de recevoir les grandes lignes de la feuille de route qui doit guider leur action future. Et en aucun cas ils ne doivent s’éloigner de cette feuille de route qui leur a dicté la voie à suivre. Aucun écart ne sera toléré par la population qui n’est pas prête à brader des décennies de combats et de sacrifices.

Les Azawadiennes et les Azawadiens, et l’ensemble des Amazighs, les observent et attendent leur réaction qui ne saura trahir la volonté populaire. La CMA se doit de clarifier sa position et rendre publique une déclaration par laquelle elle fera connaître sa position qui ne saura s’éloigner de la position des Azawadiennes et Azawadiens qui s’exprime jusque dans la rue depuis le 26 février. L’expression de la CMA n’a que trop tardé et doit intervenir dans les meilleurs délais pour mettre fin à ce suspense et se mettre au travail pour faire avancer le combat de l’Azawad, le seul combat de l’Azawad : celui de sa libération totale de tous les colonialismes et toutes les injustices.
Et gare à ceux qui trahiront l’idéal de l’Azawad : personne ne leur pardonnera !


La Rédaction

Télécharger la Résolution générale de la Conférence extraordinaire de la CMA (PDF) :
PDF - 66 ko

Lire également :

- Confusion à Kidal

- Le Mali synonyme d’insécurité

- Sur les accords d’Alger 2015

- Tamazgha soutient l’indépendance de l’Azawad !

- Le peuple de l’Azawad, toujours dans la rue pour rejeter l’"accord" d’Alger !

- Tirs de roquettes par des islamistes à Kidal.

- Les Touaregs rejettent les accords d’Alger

- Langue de bois : Fabius et le vrai faux accord d’Alger !

- Kidal se mobilise contre les accords d’Alger

- L’Azawad, rien que l’Azawad !

- Les Touaregs plus que jamais déterminés !

Articles dans la rubrique :

Actualité
22/09/16
0
L’Etat présente son troisième rapport périodique au Comité des droits économiques, sociaux et (...)

Lire l'article

03/09/16
0
Les autorités marocaines viennent, une fois de plus, d’user d’arbitraire à l’égard des militants de (...)

Lire l'article

30/08/16
0
En mars 2016, nous avons publié un article sur notre site pour évoquer le cas de la montagne (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


1 Message

  • Il vont encore actioner ag ghaly pour lancer serval 2,ou accepteront ils,eux qui se disent démocrates et civilisés,la volonté du peuple de l’azawad d’acceder a son autodétérmination ?

    repondre message

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.