Accueil > Dossiers et documents > Lounès Matoub > Regard sur la poésie de Lounès Matoub
Littérature
Regard sur la poésie de Lounès Matoub
jeudi 23 juin 2005
par Kamel

Il y a quelques années, la critique saluait le renouvellement qui s’est produit en poésie kabyle. Cette dernière, pour reprendre la thèse de M. Mammeri, est entrée dans une phase de stagnation liée à la rigidité des structures socio-économiques. Le renouvellement est, lui aussi, lié à l’évolution de ses structures et surtout aux grands bouleversements qu’à connu la société kabyle dans cette dernière moitié du XXème siècle. La poésie de Lounès Matoub, tout comme celle de Ben Mohamed et Ait Menguellat, représente un bel exemple de ce renouvellement tant sur le plan thématique que stylistique. Un court survol de cette œuvre permet de confirmer ce propos.

Chronique du présent

L’une des caractéristiques de la poésie de Matoub est d’être inscrite dans le temps. Le poète est devenu un chroniqueur de son temps. Certes Yusef U Qasi, Smail Azikyu sont aussi des chroniqueurs de leurs siècles respectifs, mais pas autant que Matoub ne l’est du sien. Matoub situe les événements dans le temps et dans l’espace. Il donne les propositions des protagonistes et analyse leurs actions. On peut relire l’histoire de l’Algérie depuis la guerre de l’indépendance rien qu’en décortiquant la poésie de Matoub. Mieux que cela, pour expliquer le présent, le poète recourt à l’Histoire d’un pays damné (1991) en constitue l’exemple le plus pertinent.
Les événements politiques comme la situation économique sont décrits avec précision. Plusieurs exemples peuvent être donnés, dont le plus important est le Printemps Berbère (1980). Ainsi dans Yehzen Lwed Aysi (1981/2-5) ; Matoub décrit la prise d’assaut de l’Université de Tizi-Ouzou par les CNS qui, dit-il, étaient appelés de Skikda. Il décrit l’arrivée des manifestants de Wagnun le 21 avril. Les accords de Londres (1985), les événements d’octobre 1988, l’assassinat de Boudiaf (1991), le terrorisme islamiste (1992-1997)... sont autant d’exemples figurants dans l’œuvre de Matoub.

Réécriture de l’Histoire.

L’Histoire des Berbères, des Algériens, des Kabyles est écrite par d’autres, dont les pouvoirs en place qui ne servent pas les intérêts des Berbères, des Algériens ou des Kabyles. Elle est donc travestie. Matoub s’est fixé comme but de la dépouiller des habits qui ne sont pas des siens, de la réécrire. Chaque fait historique qui lui semble important est rétabli. Ainsi, il ne se gênera pas pour dénoncer l’assassinat de Abane Ramdane au Maroc en 1957. Il précise même, que c’est son frère (Krim) qui l’a attiré dans le guet-apens. Il dénoncera aussi l’assassinat de ce dernier à Francfort en 1970. Comme il dénoncera l’assassinat des étudiants qui ont rejoint le maquis du F.L.N. Pendant la période de la bleuet et lors de l’opération montée par le capitaine Léger. Il contera comment Ben Bella a utilisé l’armée pour écraser la révolte kabyle de 1963 dans, Regards... dans une autre chanson, il reviendra sur cet événement et précise que Muhand Oulhadj s’est rendu. Dans Imazighen (1980/2), Matoub redit deux jalons importants dans l’histoire des Berbères, à savoir la fondation de l’Etat par Massinissa et la résistance de la Kahina.

La revendication berbère : Un des thèmes les plus récurrents dans la poésie de Matoub demeure la défense de la langue et de la culture berbères. En partant du constat de l’éternelle blessure de cette langue dans Ay Adrar nat Yiraten (1981/2), Matoub espère qu’elle bénéficiera d’une reconnaissance officielle dans Asirem (1989). Mais il dénoncera la folklorisation dans laquelle le pouvoir tente de l’enfermer dans Illuhq-ed zzhir (1998). Cette défense de la langue maternelle s’accompagne de la dénonciation de la politique d’arabisation, des agents de celle-ci, de surcroît quand ils sont Kabyles. Elle s’accompagne de la démystification du caractère sacré de l’arabe dans Allah Ouakbar (1993).

Autres thèmes

Outre ces thèmes cités, Matoub en a développé de nombreux autres. Il est l’un des rares à glorifier la maternité dans de nombreuses pièces, il a aussi décrit l’amour impossible, affligeant à contrarié. Il a aborder à maintes reprises le thème de la mort. Non que Vénus et Tanathos soient jusque-là absents de la poésie kabyle, mais avec Matoub, on a une autre vision du monde, une vision triste comparable à celle de Baudelaire. Mais sans verser dans le pessimisme et dans d’autres vers, Matoub offre une vision du monde, celle de l’amour de la vie. Il dénoncera la violence et surtout la guerre, la souffrance des mères ayant perdue leurs enfants. Ce n’est donc pas étonnant que Matoub ait adapté le "Dormeur du val" d’Arthur Rimbaud en kabyle (Aâsekri, 1986/2).

Pour ne pas terminer

Pour mieux cerner l’apport de la poésie de Matoub au renouvellement de la poésie kabyle, des études plus longues, plus détaillées doivent êtres faites. Elles ne doivent pas uniquement toucher le corpus connu car publié, mais elles doivent être élargies à la poésie jusque-là, inédite. Toutes les approches du texte poétique doivent être sollicitées. Limiter l’étude à une seule approche, conduirait à tirer des conclusions partielles. Pour mieux aborder les thèmes de cette poésie, il serait judicieux dans un premier temps de recourir aux statistiques lexicales qui permettront d’avoir les fréquences des mots relatifs à chaque champs sémantique. Comme il serait aussi intéressant de comparer les façons dont Matoub aborde les thèmes, à celles des autres poètes kabyles. Ce travail est certes de longue haleine, mais il vaut la peine d’être fait.

Saïd Chemakh
Enseignant de langue berbère
.

Extrait de AZAR-AZUR n° 1, juin 2000.

Articles dans la rubrique :

Lounès Matoub
24/06/12
9
Quatorze ans après l’assassinat de Lounès Matoub, le régime algérien ne fait que confirmer sa haine (...)

Lire l'article

08/10/09
24
C’était un certain 9 octobre 1988, un gendarme algérien avait tiré à bout portant sur Lounès Matoub. (...)

Lire l'article

25/06/09
9
Le 25 juin 1998 à la mi-journée, Lounès Matoub fut assassiné pas loin de son village au cœur de la (...)

Lire l'article


Rejoignez nous