Accueil > Actualité > Pour un congrès extraordinaire du MNLA !
Pour un congrès extraordinaire du MNLA !
Entretien avec Ansari Habaye ag Mohamed.
jeudi 18 juin 2015
par Masin
Certains dirigeants de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), dont Bilal ag Achérif, Secrétaire général du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), ont plongé l’Azawad dans une véritable confusion : Ils annoncent la signature de la "mascarade d’Alger", présentée comme étant un "accord de paix", alors que les populations de l’Azawad se sont exprimées à maintes reprises en rejetant ce document qui scelle leur mort et réitérant leurs aspirations animées par la volonté d’accéder à leur Liberté sur leur Terre et de recouvrer leur dignité.
Cette décision d’aller le 20 juin à Bamako pour signer est l’initiative uniquement de certains dirigeants des mouvements de la CMA qui est loin d’être partagés par notamment les membres de la Direction du MNLA qui sont scandalisés par l’attitude de leur "représentants" qui ont -disons-le - trahi les idéaux du MNLA.
Parmi les personnalités de l’Azawad qui ne cautionnent pas cette initiative aventurière, il y a Habaye ag Mohamed, Président de la Coordination des cadres de l’Azawad (CCA) qui nous a habitués à ses positions tranchées.
Pour comprendre la situation, nous lui avons posé quelques questions auxquelles il a eu l’amabilité de répondre.



Ansari Habaye ag Mohamed



Tamazgha.fr : : Le 5 juin 2015, les représentants de la CMA partis à Alger pour la poursuite des pseudo-négociations avec l’Etat malien, ont signé deux documents : "Arrangements sécuritaires pour la cessation des hostilités à Ménaka" et "Relevé de conclusions des consultations préparatoires à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger". La CMA annonce la signature du document d’Alger, présenté comme "accord de paix" à Bamako le 20 juin. D’abord, comment expliquer le silence et l’absence quasi-totale de communication de la délégation de la CMA jusqu’au jour de la signature ?

Ansari Habaye ag Mohamed : La fuite en avant des responsables négociateurs de la CMA n’a pas de limite… Le document du 5 juin entre dans le cadre de la mise en œuvre d’un accord que la CMA a paraphé mais pas signé. Cette attitude signifie que la CMA a perdu l’Azawad et est entrée dans un processus de "nord-malisation" de notre territoire !!! Ils n’avaient donc rien sur quoi communiquer en direction d’une opinion azawadienne dont ils connaissent la position et les aspirations.


Les documents signés, notamment le "Relevé de conclusions", apportent-ils du nouveau et répondent-ils aux exigences des populations de l’Azawad résumées dans le document remis par la Conférence extraordinaire à Kidal pour la médiation et la communauté internationale le 17 mars 2015 ?

Le contenu de ce document est en opposition avec le texte de l’accord signé par Bamako le 15 mai, il ignore les amendements issus de la concertation de Kidal du 15 mars. Pire : la création de nouvelles régions contenue dans ce document, ne figure nullement parmi les points essentiels remis à la mission internationale à Kidal le 17 mars. En acceptant de signer sur ce point, les responsables de la CMA ont exprimé tout le mépris qu’ils ont pour la volonté du peuple de l’Azawad et ont lancé les germes d’une violence entre les différentes communautés de l’Azawad. En cela, ils ont reproduit exactement le projet de ATT [1] des années 2000 visant à opposer les communautés les unes aux autres !!!


On constate que les milices gouvernementales maliennes sont toujours présentes à Ménaka et s’adonnent toujours à des exactions sur les populations civiles. Pourtant, selon le document sur les arrangements sécurités signés par la CMA, ces milices étaient censées quitter Ménaka le 8 juin. Comment expliquer cela ?

L’occupation de Ménaka par les milices s’inscrit dans une manœuvre de haute voltige machiavélique. Tous les acteurs visibles et audibles y ont joué leur partition, que ce soit le Mali, la Minusma ou la CMA (du moins les plus hauts responsables politiques et militaires qui comptent) pour imposer et faire avaler aux Azawadiens la signature par la CMA d’un accord, véritablement concocté pour créer définitivement le désaccord. Il y a eu de nombreux morts et dégâts matériels. Les négociateurs responsables de la CMA ne cessent de mener une campagne de propagande pour vendre aux populations incrédules de l’Azawad, que l’accord qu’ils signeront le 20 juin à Bamako répond à toutes leurs demandes et les plongeraient tout droit dans un eldorado qui rendrait jaloux le bédouin qatari !!!. Ces équipes de marchands de vents ont lâché des dizaines de champions de moyens de communication hightec (WATSAP, Viber,… ).


Depuis le début du conflit entre l’Azawad et le Mali, en 1963, l’Etat algérien s’est illustré par son hostilité aux Touaregs et son alliance naturelle avec l’Etat malien concernant l’Azawad et en particulier la question touarègue. Les accords signés avec l’Etat algérien comme médiateur ont tous étés des accords en défaveur de l’Azawad. Sachant tout cela, pourquoi le MNLA et les autres mouvements de l’Azawad ont accepté la médiation de l’Etat algérien ?

J’ai toujours affirmé que l’Etat algérien a des intérêts, des enjeux et des agendas, comme beaucoup d’autres Etats au sein de la médiation internationale, sur ce dossier. J’ai également toujours affirmé que c’est aux responsables de la CMA de faire preuve de la plus grande résistance face aux pressions et manipulations contraires aux idéaux de la lutte de libération. A ce que je sache, l’Etat algérien n’est venu chercher, de force, personne dans nos bases… C’est nous qui nous imposons chaque fois de répondre aux "invitations’’ d’Alger croyant faire preuve de diplomatie, alors que nous devrions nous comporter en combattants de la liberté.


En même temps que les pourparlers ont lieu, l’armée malienne et ses milices profitent de la moindre occasion qui se présente à elles pour user de la violence notamment sur les populations civiles. Est-il normal de poursuivre les négociations sans que la communauté internationale rappelle à l’ordre l’Etat malien et le condamne pour ses exactions ?

Que ce soit en période de "paix’’ ou de conflit, l’armée malienne, l’administration malienne, les milices lors des conflits, s’en sont toujours prises aux populations, en particulier touarègues et maures de l’Azawad. En dépit de forts relents génocidaires que revêtent les tueries massives, dans certains cas ciblées, la communauté internationale se contente de quelques émois. L’absence d’une réprobation des massacres par la communauté internationale est considérée par Bamako comme un blanc seing à "génocider’’ le peuple de l’Azawad.


Si cette délégation de la CMA se rend à Bamako et signe le 20 juin le document d’Alger, que se passera-t-il ?

La délégation de la CMA signera le 20 juin à moins que le couac vienne de Bamako. Après le 20 juin, le conflit entrera dans une nouvelle phase de violence et changera certainement de degré. La présence de forces internationales, de forces négatives, la dislocation des factions de la CMA, les intrigues et la politique du ventre vont brouiller les cartes, un moment… avant que la réalité ne reprenne le dessus, c’est-à-dire la volonté du peuple de l’Azawad.


Le MNLA n’a-t-il pas commis une erreur en acceptant de s’allier à des mouvements comme le MAA [2] et le HCUA [3] ?

Les alliances du MNLA sont toutes contre nature. C’est de la seule responsabilité du Secrétaire général avec son cercle d’amis.


Qu’est-ce qu’il y a lieu de faire aujourd’hui pour remédier aux différentes failles notamment au sein du MNLA et pour redonner à la lutte toutes ses chances d’aboutir ?

Il convient de convoquer un congrès extraordinaire pour que le MNLA retrouve le fil conducteur de sa lutte pour la liberté, la dignité dans la justice pour l’Azawad et les Azawadiens.


Propos receuillis par
Masin Ferkal.


Azawad war inezzu / L’Azawad ne se vendra pas
Rassemblement de solidarité avec l’Azawad
Samedi 20 juin 2015 à 15h à Paris.





Lire également :

La communauté internationale hostile à l’Azawad.
Azawad : la CCA met en garde les "négociateurs" de la CMA.
Le MNLA ne pliera pas !
La délégation de la CMA doit s’expliquer !
Kidal dit "Non au Mali, non à Alger !"
Azawad : le Conseil révolutionnaire se démarque de l’acte d’Alger
Les cadres de l’Azawad dénoncent l’acte honteux commis à Alger !
"Vos menaces ne font que renforcer notre détermination !"
Azawad : confusion et tentatives de manipulation...
La CCA met en garde la direction de la CMA...
La trahison semble inéluctable !
Les militaires du MNLA dénoncent la signature de la mascarade d’Alger...
Les femmes de l’Azawad dénoncent la mascarade d’Alger !

P.-S.

Ansari Habaye ag Mohamed, Président de la Coordination des cadres de l’Azawad (CCA), est natif de Tombouctou. Avocat de formation, il milite très tôt pour l’identité et la culture touarègues et a assuré le lien au début des années 90 entre les militants touaregs et les autres composantes amazighes. Très actif dans le soulèvement des années 90, Habaye représente, avec d’autres, le courant indépendantiste du mouvement touareg. N’ayant jamais fait confiance aux différents accords signés entre les mouvements de l’Azawad et l’Etat malien, il est resté en exil où il n’a jamais cessé son combat.

Notes

[1ATT : C’est ainsi que le président malien Amadou Toumani Touré est appelé. Il est arrivé au pouvoir en juin 2002 avant d’en être écarté suite à un coup d’Etat militaire le 22 mars 2012.

[2MAA : Mouvement arabe de l’Azawad

[3HCUA : Haut conseil pour l’unité de l’Azawad

Articles dans la rubrique :

Actualité
09/12/16
0
Le Centre international des cultures populaires (CICP) abritera une journée de solidarité avec (...)

Lire l'article

02/12/16
0
Samedi 3 décembre 2016 à 15h, à Place de la République à Paris. Le Comité international pour la (...)

Lire l'article

26/11/16
0
Rmexzen aɛuṛubi n ccuṛfa di Rbaṭ, i dinni yegga ufṛansis d uṣpanyu, lebda ixes ad yarz tagrawla di (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.