Accueil > Actualité > La Catalogne déterminée...
La Catalogne déterminée...
Entretien avec Carles Castillanos
jeudi 9 novembre 2017
par Masin
Face à la complicité des Etats de l’Union européenne dans le projet de répression espagnole en Catalogne et leur approbation d’une politique espagnole qui vise à s’attaquer aux libertés les plus élémentaires afin d’empêcher les Catalans de réaliser leur aspiration d’accéder à leur souveraineté et de se gouverner par eux-mêmes, les Catalans sont déterminés à poursuivre leur combat et à défendre la République de Catalogne qu’ils ont proclamée le 27 octobre 2017.
Ils sont aussi heureux de recevoir le soutien de certains peuples comme les Corses, les Occitants, Imazighen, les Bretons, etc. En effet, les peuples qui aspirent à leurs libertés ont tout intérêt à renforcer les liens de solidarité entre eux et faire face à ces alliances d’Etats prêts à sacrifier un pan important de l’histoire de l’Humanité pour faire aboutir leurs projets impérialistes.

Pour comprendre l’évolution récente de la question catalane, nous avons posé quelques questions à Carles Castellanos, ancien vice-président de l’ANC [1], qui a bien voulu nous répondre. Nous le remercions pour sa disponibilité : cela nous permet de mieux comprendre l’actualité en catalogne.

La Rédaction.


Carles Castellanos



"Nous sommes un peuple très obstiné et tenace qui ne supporte pas d’être subjugué"

Entretien avec Carles Castellanos



Tamazgha.fr : Le Parlement de Catalogne a proclamé vendredi 27 octobre l’indépendance de la Catalogne et la constitution de l’Etat sous forme de République. Peut-on vraiment dire aujourd’hui que la république de Catalogne est née ? Et quel est votre sentiment personnel, vous qui militez depuis des décennies pour l’avènement de cette république ?

Carles Castillanos : L’indépendance de Catalogne a été vraiment déclarée le 27 octobre par le Parlement de Catalogne et en ce sens on peut dire que la République catalane est déjà née. Mais on sait que, comme les humains, les corps sociaux ont besoin de développer et de se renforcer. Nous sommes rentrés maintenant, comme tous les processus d’indépendance, dans une période de confrontation de légalités qu’on devra surmonter par la force des actions et des mobilisations.

Me concernant, je suis comblé d’une joie immense. En même temps, je suis préoccupé et suis conscient du travail très attentif qui nous attend devant les difficultés que nous aurons encore à surmonter. Mais il est évident que nous avons le sentiment d’une très grande satisfaction pour un idéal atteint grâce à l’admirable lutte de tout un peuple. C’est cela le plus important.

D’un côté, l’Etat espagnol persiste à s’opposer à la volonté du peuple catalan, et de l’autre les Etats européens, notamment, refusent de reconnaître l’indépendance de la Catalogne et font bloc derrière l’Etat espagnol qu’ils soutiennent. Et certains disent que l’indépendance de la Catalogne est nulle et non avenue dans la mesure où les Etats ne la reconnaissent pas. Quel est votre point de vue à ce sujet ?

Comme dans tous les cas de proclamation unilatérale de l’indépendance, il y a toujours un certain temps d’indétermination avant que certains Etats inaugurent la période des reconnaissances... On s’attendait déjà à la résistance espagnole qui a été tout de même d’une violence extrême. La négation de l’Etat français ne nous étonne guère vu son ADN jacobin et contraire à la liberté du peuple catalan. En revanche, on s’attendait moins à l’indifférence d’autres Etats. Ceci dit, je pense que les choses commencent à bouger, notamment du côté de la Belgique, la Suisse,…. Les pressions de l’appareil diplomatique espagnol ont été tellement dures au point où cela ait provoqué de la frayeur… Mais petit à petit les informations circulent et la vérité concernant notamment la répression commence à se savoir. Nous sommes conscients qu’au-delà des engagements diplomatiques inavouables, la cause catalane gagne de plus en plus de nombreuses sympathies…

Le gouvernement de la monarchie espagnole a déclenché l’article 155 de sa constitution et a été jusqu’à la destitution des autorités catalanes tout en annonçant la prise de contrôle des institutions de la Catalogne. Qu’en est-il réellement sur le terrain en Catalogne ? Et qu’allez-vous faire pour que cette indépendance arrachée suite à une longue lutte ne vous sera pas volée ?

Nous allons faire valoir notre volonté notamment par les élections, les mobilisations,… tout en montrant, une fois de plus, la volonté majoritaire du peuple catalan à se gouverner par lui-même. Nous allons aussi opposer une forte résistance aux tentatives qui consistent à occuper davantage notre pays. Nous sommes des millions de Catalans mobilisés. Malgré la dureté du régime espagnol actuel qui n’hésite pas à se servir des instruments judiciaires et policiers créés par la dictature de Franco, nous sommes un peuple très obstiné et tenace qui ne supporte pas d’être subjugué. L’Etat espagnol finira par comprendre qu’il serait plus rentable pour lui de lâcher…

La propagande pro-espagnole parle d’une majorité de Catalans qui est contre l’indépendance et veut pour preuve l’affluence massive, selon les chiffres annoncés, lors des manifestations dites « unionistes » qui ont lieu à Barcelone. Qu’avez-vous à dire à ce sujet ?

En politique on doit se borner aux résultats des élections. Les Espagnols comptent comme voix favorables à eux les voix non exprimées… Ce n’est pas une façon raisonnable d’envisager la question. C’est dans l’intention de résoudre définitivement cette question que nous avons convoqué un référendum qui, malgré la répression, a vu une participation de trois millions de personnes. 90 % des voix se sont exprimées en faveur du OUI à l’indépendance de la Catalogne et pour un Etat sous forme de République.

Les manifestations unionistes espagnoles qui ont été des vraies manifestations de fascistes venus de toute l’Espagne ont atteint quelques centaines de milliers de participants, alors que du côté indépendantiste les manifestants se comptent par millions. Il semblerait d’ailleurs qu’ils ont déjà renoncé à ces manifestations d’Espagnols fascistes voyageurs parce qu’elles posent beaucoup de problèmes à l’ordre public. Maintenant, les dits "unionistes" se bornent à lancer de petits groupes de fascistes sur la population.

Qu’en est-il de l’instrumentalisation de groupes d’extrême droite, de pro-nazis et de nostalgiques du franquisme qui serait effectuée par le gouvernement espagnol notamment lors des manifestations ? Et quel serait l’intérêt de l’Etat espagnol ?

C’est un aspect important de la situation actuelle parce que cela a révélé à quel point l’Etat espagnol est profondément enraciné dans le franquisme. Il faut dire que ces petits groupes de manifestants qui agissent avec impunité contre la population sont souvent formés par des policiers habillés en civil venus de l’extérieur de la Catalogne et qui se sont installés parmi nous.

L’État espagnol pratique une activité de type militaire contre toute la population afin de la dissuader de son objectif d’indépendance. Une idée qui révèle une idéologie de type fasciste, voir coloniale. Mais cette pratique n’a fait qu’encourager le peuple catalan à lutter davantage pour se libérer de l’oppression espagnole.

Les médias ont annoncé la participation du parti du président catalan, Carles Puigdemont, aux élections que compte organiser le gouvernement espagnol en Catalogne le 21 décembre prochain.
A partir du moment où la République de Catalogne est proclamée, ces élections annoncées ont-t-elles un sens. Par ailleurs, la participation d’une partie de la famille indépendantiste ne risque-t-elle pas diviser la Catalogne ?

Le plus probable sera une participation massive et unitaire. Nous avons déjà eu cette expérience lors des élections précédentes (25 septembre 2015) qui ont donné au Parlement une majorité indépendantiste. Deux candidatures indépendantistes s’étaient alors formées (Junts pel Sí et CUP-CC : Candidatura d’unitat popular – crida constituent) et ont a atteint 72 sièges, ce qui a fait la majorité absolue (atteinte à 68 sièges).
Pour le 21 décembre, la situation sera similaire, avec une seule ou deux candidatures, ce qui nous assurera la victoire (à moins que l’Etat espagnol parvienne à tricher sur les résultats).

Face à l’hostilité des Etats, la Catalogne attend-t-elle d’autres soutiens et sous quelle forme ?

Pour le moment notre principal soutien est le peuple catalan. Il y a aussi la solidarité des autres peuples tels que les Basques, les Imazighen, les Occitans, les Bretons, les Flamands (comme en témoignent les derniers événements en Belgique), etc. Récemment on a vu aussi des manifestations à Madrid… Et à travers le monde de nombreux intellectuels et politiques prennent position. Nous pensons que les reconnaissances internationales des Etats ne tarderaient pas à se manifester. Et en attendant nous allons poursuivre notre tâche de construction de la République catalane en entamant le "processus constituant" qui aura à définir (à travers des débats partout en Catalogne) la nature de l’Etat à même de répondre aux aspirations du peuple catalan exprimées en toute liberté.

Propos recueillis par :
Masin Ferkal.


Lire également :

- Katalunya tuklal afus n Imazighen ! (Tadiwennit d Salem Zenia)
- Tamazgha aux côtés des Catalans
- L’ANC déterminée à défendre la République
- Le NPA pour la défense de la souveraineté catalane
- Vive la République de Catalogne !
- Le gouvernement espagnol vise la destruction de la Catalogne !
- Catalogne : l’inéluctable indépendance !
- La Catalogne est indépendante !
- Tamazgha dénonce la répression espagnole en catalogne
- Tamazgha soutient la Catalogne
- Le PNO solidaire de la Catalogne
- La Catalogne sur la voie de l’indépendance. Un exemple à suivre !
- "La conscience actuelle de la majorité des Catalans se fonde sur la conviction que seuls les Catalans doivent décider de leur futur. (Interview)
- La conscience nationale, un préalable pour tout mouvement de libération...


Notes

[1ANC : Assemblea Nacional Catalana (Assemblée nationale catalane) est une organisation populaire, unitaire, plurielle et démocratique qui a pour but l’indépendance politique de la Catalogne sous la forme d’un État de droit, démocratique et social. L’ANC est née en 2012 suite à une Assemblée constituante qui s’est tenue au Palais Sant Jordi de Barcelone le 10 mars 2012. Une feuille de route vers l’indépendance a été alors adoptée à cette occasion.

Articles dans la rubrique :

Actualité
10/11/17
0
A l’initiative du Collectif de solidarité avec le peuple catalan, une réunion publique s’est tenue (...)

Lire l'article

03/11/17
0
Di tegnitt-agi anida Kaṭalunya tettnaɣ ɣef tlelli-ynes mgal adabu n Ṣbenyul ixsen ad tt-irkeḍ yerna (...)

Lire l'article

03/11/17
0
L’Assemblée nationale catalane (ANC) et l’Òmnium Cultural appellent, ce vendredi 3 novembre 2017 à (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.